La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Douce et douze

Gretsch G5422G-12 Electromatic

Douce et douze

D 21 août 2016     H 11:31     A Judge Fredd    


agrandir

Une Gretsch se doit d’être belle, atypique et efficace, trois qualités que cette G5422G-12 possède sans conteste.

Autant l’avouer de suite, on est conquis au premier coup d’œil. La guitare est tout simplement magnifique dans cette version noire et gold. Le corps de cette demi-caisse, en érable 5 plis ; présente deux ouïes surdimensionnées en F qui reçoivent un binding, tout comme la table et l’arrière du corps. La table est légèrement voûtée, tandis que l’arrière montre, lui, un galbe prononcé. Le manche collé, en érable également, est surmonté d’une touche palissandre, ceinte, tout comme la tête, du même binding que le corps. Elle reçoit 22 frettes medium jumbo, des repères perloïd dits hump-blocks et un sillet Graphtec NuBone.

JPEG - 131.6 ko

Classieuse

Le hardware comme d’habitude chez Gretsch est on ne peut plus classe : chevalet Adjusto-Matic à six pontets posé sur la traditionnelle base en palissandre, cordier majestueux orné de l’initiale de la marque, qu’on retrouve aussi sur les boutons de potards métalliques propres à Gretsch, attaches de sangles spécifiques, sélecteur 3 positions, pickguard doré, il n’y a guère que les douze mécaniques qui, par contraste, semblent un peu trop standards. En revanche, elles assurent une excellente tenue de l’accord ce qui est plus que vital sur une 12 cordes. Bref, la G5422G-12 est une réussite esthétique que viennent parfaire les deux Filter-Tron Black Top avec leur rings assortis. C’est juste la classe !
A la prise en main, on est ravi de la légèreté de l’ensemble, et, en position debout, la guitare se montre équilibrée malgré une tête imposante. Le manche en U (dixit le fabricant) est un poil plus large que celui d’une six-cordes mais cela reste tout à fait raisonnable et le confort est au rendez-vous. L’action est juste comme il faut, ni trop haute ni trop basse, la main gauche ne fatigue pas et les cordes ne zinguent pas, c’est parfait.

JPEG - 116.7 ko

Ca sonne !

Sans être branchée, la guitare sonne déjà assez puissamment, moins fort qu’une acoustique bien sûr, mais aucun problème pour s’accompagner en chantant. On se rend tout de suite compte qu’elle possède un bon sustain naturel, des attaques à la fois claquantes et rondes et bien sûr la magie des 12 cordes opère, avec ce chorus naturel si reconnaissable. On branche et là on dispose de deux volumes, grave et aigu ; en dessous on a la tonalité et, près du manche, le volume général, présent sur une majorité de Gretsch, qui permet d’avoir son volume juste sous la main qui strumme et, en position intermédiaire, de ne pas modifier l’équilibre entre les deux micros si on l’a ajusté finement.

En son clair, on retrouve toutes les qualités entrevues « acoustiquement », le micro grave amène une belle rondeur sur les basses et magnifie la profondeur des sons délivrés, tout en préservant la finesse des aigus. Le micro aigu semble du coup moins terrien, plus éthéré, et on se retrouve du coup très souvent sur la position intermédiaire, qui allie les points forts des deux micros et permet, de plus, de faire pencher la balance plutôt vers l’un ou l’autre. Gretsch indique avoir implanté un trebble bleed, dispositif autorisant une baisse au volume sans perte d’aigus. Effectivement, le son ne devient pas sourd quand on baisse le volume, par contre, il baisse à mon sens un peu trop vite sur les premières graduations, mais cela vous conviendra peut-être. Le point fort de cette G5422G-12 en son clair, c’est qu’on a un rendu électroacoustique chaud et naturel et ce, sur un ampli, via des dpoubles bobinages, Hotel California nous voilà. Il suffit de rajouter un chorus ou un léger phasing et on se retrouve à « purplerainiser » sans retenue. En son crunch et saturé, on se prend vite pour Monster Magnet ou QOTSA, à nous le stoner, d’autant que la guitare ne part pas en larsen incontrôlés malgré la taille de sa caisse.

JPEG - 38.2 ko

Superbe

J’ai vraiment passé un excellent moment avec cette 12 cordes Gretsch et, j’insiste sur ce point, je l’ai jouée une heure entière sans jamais avoir à réaccorder la bête. La qualité de la fabrication coréenne, alliée à la classe naturelle et à la conception sans faille Gretsch, nous offre un instrument de qualité, pleinement exploitable dans divers genres musicaux, à un prix extrêmement sympathique. On regrette juste que la housse ne soit pas fournie.



Autres infos
  • Superbe
  • Légère et équilibrée
  • Confort de jeu
  • Tenue de l’accord impeccable
  • Sons
  • Livrée en carton
  • Prix indicatif : €
  • Distribution : Fender France

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
12 cordes
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Gretsch
Numéro
GX76

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Alors ce salon ?

2.  Le NAMM ? Certains l’aiment show !

3.  Le killer de tuerie de la mort !

4.  Phasing

5.  De la relativité de ce que nous percevons


Dans la même rubrique

20/12/2016 – Une belle américaine

24/08/2016 – Jolie, Irréprochable, Lovable

22/08/2016 – La guitare à Ragnar

21/08/2016 – Douce et douze

26/06/2016 – Divine surprise