La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Un siècle de guitare » Les amplis du siècle » Acoustic, Trace Elliot

Acoustic, Trace Elliot

D janvier 2000     H 23:38     A Judge Fredd    


agrandir

Nous l’avons vu, le SVT se taille la part du lion chez les bassistes pros, mais simultanément Acoustic sort le 360 Bass Amp (devinez sa puissance).

A l’époque, fin des sixties, les transistors c’est la modernité, les lampes, la vieille école. Chez Acoustic Control Company on est du genre rationnel, scientifique et prêt à bouffer tout crû la vieille garde. Le 360 est un bon ampli mais à force de trop vouloir en faire dans l’innovation et la course à la technologie, Acoustic finit par effrayer un peu la clientèle, tandis que le SVT, basé sur des solutions éprouvées, rassure ; les deux amplis sont par ailleurs aussi lourds et gigantesques l’un que l’autre. Acoustic comptera tout de même quelques fameux endorsers dont Jaco Pastorius ne sera pas le moindre.

Trace Elliot voit le jour en 1979 sous le nom de Sound Wave et commence par fabriquer des systèmes de sonorisation ; cette activité audio pro explique en partie le niveau de qualité que l’on pourra constater sur les productions ultérieures de la marque. Un des employés, Alan Morgan, bassiste assez connu localement, attire une importante clientèle de bassistes. Progressivement, Wave Sound se lance dans la fabrication d’amplis basse customs, pour Genesis et Pink Floyd entre autres. Le créneau est accueillant puisque seuls Ampeg et Acoustic sont présents dans le haut de gamme à l’époque et tous deux sont mal en point. L’audio pro est abandonné, et en 1981/82 la compagnie monte sa première usine à Witham.

C’est le moment de changer de nom, Sound Wave ayant un côté trop "technicien" pour des produits destinés à des instrumentistes. Trace, s’impose rapidement, le mot désignant la ligne d’un oscilloscope et sonnant américain aux oreilles britanniques. La deuxième, Elliot, met plus longtemps à venir. Les séances de brain storming ont lieu au pub, après le travail, et c’est là qu’après avoir failli s’appeler Trace Henry ou Trace Patrick, les amplis verts sont baptisés Trace Elliot par un employé australien complètement saoul mettant à profit son seul éclair de lucidité de la soirée. Trace construit alors ses premiers "combos" 400 W comprenant un 18", un 15", un 12" et une trompe à aigus. Les compagnies de location de matériel, très actives outre-Manche sont séduites par leur côté tout-en-un et vont constituer une excellente publicité pour la marque. Supergroupes (Level 42 par ex.) + compagnies de location = forte demande du grand public..

Acoustic et Trace ont imposé l’idée qu’un ampli à transistors pouvait être haut de gamme et très performant. Trace Elliot ayant bénéficié d’un contexte plus favorable (absence de réelle concurrence à leurs débuts et tendance musicale favorable) a pu s’inscrire dans la durée. Amusant retour des choses, leur haut de gamme actuel, le V6, est entièrement à lampes.

 

Mots-Clefs

Type d’article
Autres
Marques
Acoustic Trace Elliot
Numéro
G&C 214

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Study Ooooh !

2.  Laiho l’aligne verte

3.  Vintage flange

4.  Quand wah varie, c’est la Variwah

5.  Amplis guitare


Dans la même rubrique

31/12/1999 – Les amplis à modélisation

31/12/1999 – Les systèmes modulaires et le retour aux classiques

31/12/1999 – Soldano SLO 100

31/12/1999 – Le Boogie MkI

31/12/1999 – Le Vox AC30