La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Reportages » Visites d’Usine » Hamer’s french users

Hamer’s french users

D juillet 1997     H 03:00     A Judge Fredd    


agrandir

Après avoir vu avec quel soin les Hamer sont fabriquées, vous vous demandez peut-être pourquoi on n’en voit pas plus entre les mains des stars. Bonne question, qui appelle plusieurs réponses.

Intro

Vernon Reid

Note : cet article comporte plusieurs onglets (juste au-dessus de ce texte). N’oubliez pas de cliquer sur chacun d’eux pour lire l’article dans son intégralité.

D’abord, vu sa petite taille, Hamer ne pourrait se permettre une politique d’endorsement en masse façon Gibson ou Ibanez. Ensuite, dans l’histoire de la marque, la première collaboration "de prestige", avec Rick Nielsen de Cheap Trick a donné le La : Hamer préfère travailler avec des musiciens qui viennent à la marque plutôt que d’aller les chercher. Le "client type" c’est le guitariste qui à un moment de sa vie musicale a cherché à se démarquer des choix guitaristiques les plus évidents, même s’il ne joue pas exclusivement sur Hamer.

Vous remarquerez également que de Doug Pinnick à Vernon Reid, de Jeff Ament à Tom Dumont, ou bien encore avec les polisseurs de manches français qui suivent on est plus dans l’univers des groupes et de la musique live que dans celui plus superficiel de la guitare pyrotechnique. Une Hamer n’est ni un support à branlette virtuose (quand bien même elle en a les capacités), ni un objet d’exposition (quand bien même elle en possède les atours) mais avant tout un instrument destiné à servir (quand bien même vous la laisseriez dans son étui. Vous seriez bien le seul d’ailleurs).

En espérant que ce dossier sur une marque qui gagne à être connue vous a plu, et en m’excusant auprès de Rocky (ancien guitariste d’Halliday, possesseur d’une Special FM et d’une Arch Top Standard) que je n’ai pu joindre à temps, je vous souhaite une bonne lecture !

Partie 1

Paul Personne

Paul Personne

Hamer possédée(s) : Special FM

Première rencontre : C’est Didier Désormeau de Camac qui, connaissant mon goût pour la Les Paul, a pensé que les Hamer pourraient m’intéresser. Il m’en a fait essayer deux, une Arch top Custom et une Gold Top. J’ai trouvé que c’était vraiment deux super guitares malgré leur crosse trop lourde pour moi (voir "Défauts" NDR). Je n’ai donc pas donné suite, et il y a environ six mois, passant à Tomahawk Music, je vois une Special FM et je décide de l’emprunter pour réessayer, avec du recul. Je l’ai essayée, je l’ai bien aimée et je l’ai achetée.

Utilisation : Au début je l’avais accordée en open de Sol pour la slide, à cause de son sustain. Comme elle est assez facile à jouer, que le manche est fin, je l’ai réaccordée en standard et j’en joue sur des titres comme Attaqu’ ou Doute Chronique. (Ne cherchez pas, Paul ne l’a pas utilisée sur l’album Route 97. NDR)

Qualités : J’aime les micros de cette guitare. Le mélange des deux est vraiment sympa, le grave est un peu moins gras que celui d’une Les Paul, l’aigu a de bons médiums. Elle est très facile à jouer jusqu’à la dernière case comme la Les Paul Special dont j’ai toujours été un fan. C’est une guitare simple, qui a un bon sustain, on est dans l’esprit PRS/Gibson que j’aime bien.

Défauts : L’épaisseur de la crosse et le poids des mécaniques font que la position horizontale est la position naturelle de cette guitare. Cela m’oblige lorsque je lâche le manche sur scène par ex., à aller le rechercher ce qui n’est pas le cas avec mes autres guitares. Sinon, j’utilise beaucoup le potentiomètre pour nuancer sur scène et l’éventail du potar d’origine n’était pas assez étendu, j’étais obligé de le mettre à zéro et de remonter pour retrouver mon volume rythmique. J’ai donc changé le potentiomètre d’origine au profit d’un Gibson.

Nono

Guitariste de Trust, mais était-il besoin de le préciser...

Nono

Hamer possédée(s) : Eclipse, ArchTop GT.

Première rencontre : J’utilise beaucoup de guitares différentes, cela dit j’ai toujours aimé les Hamer, j’en ai d’ailleurs possédé plusieurs (une Chaparral, une Prototype SS) depuis les débuts de la marque. Pour celles que je possède actuellement, je les ai essayées chez Camac et ce sont les deux modèles qui m’ont convaincu avec une petite préférence pour l’Eclipse.

Qualités : Je joue pratiquement tous les blues sur scène avec l’Eclipse dont je trouve le micro grave exceptionnel. J’aime beaucoup son look et le confort qu’elle procure. Les micro de la GT me rappellent les sons Gibson que j’aime bien. Sinon, les deux guitares ont des manches qui me conviennent parfaitement. J’apprécie le fait de retrouver le côté basique que j’aime chez Gibson ou Fender avec des combinaisons forme/structure/micros qui n’existent que chez Hamer.

Défauts : Je n’aime pas trop la crosse Hamer que je trouve esthétiquement un peu lourde, elle nuit à l’équilibre visuel de l’instrument.

David Jacob

Bassiste de Trust.

David Jacob

Hamer possédée(s) : Cruise Bass 2Tek, Chaparral 12 cordes.

Première rencontre : Etant six-cordiste je jouais sur Status, marque importée, comme Hamer, par Camac. Puis je suis repassé à la quatre cordes. J’ai donc cherché une basse sur laquelle je retrouvais, les sensations que m’avait procurées ma première basse, une Jazz Bass. C’est exactement ce qui s’est passé lorsque j’ai essayé la Cruise 2Tek. Elle avait aussi la couleur de son et les qualités que je recherchais. Ensuite, j’ai vu la 12 cordes dans le catalogue, j’ai appris à cette occasion que Doug Pinnick et Jeff Ament jouaient là dessus ; par la suite, je l’ai essayée chez Universal Guitars et elle a vraiment quelque chose de magique. Je l’ai d’ailleurs utilisée sur le dernier album de Trust dans La Tunga.

Qualités : Même si ce n’est pas mon souci premier, j’apprécie la finition de ces basses et je les trouve très polyvalentes. La Cruise est simple d’emploi, facile d’accès, son chevalet 2Tek est top. En slap, elle offre une grosse dynamique. La 12 n’est pas toujours facile à utiliser à cause de sa couleur de son particulière, mais c’est fou le nombre de choses que l’on peut faire avec.

Défauts : Le seul reproche que je ferais à Hamer est d’ordre esthétique : je trouve leur logo énorme, ce qui n’enlève rien à ces basses.

Eric Cervera

Eric Cervera

Collaborateur de Guitar et Bass, guitariste de Kitchen Of Love.

Hamer possédée(s) : Chaparral, Diablo, Californian, Steve Stevens et Special.

Première rencontre : La toute première fois, j’ai craqué sur une Steve Stevens qu’un pote avait rapportée du Canada ; je l’ai d’ailleurs rachetée depuis. Ca fait qu’en allant à New-York quelque temps après, j’ai fini par dégoter une Chaparral dans un bouiboui pas possible et ça a été le coup de foudre.

Utilisation : Pour les gros sons de rythmique, la Special (celle-ci est équipée de doubles Di Marzio) c’est l’arme absolue, le son est bien gras. Pour le jeu plus technique, j’ai tendance à préférer la Steve Stevens ou la Diablo.

Qualités : Dans l’ensemble ce sont des guitares qui sonnent tout de suite, faciles à jouer, les bois sont d’excellente qualité, la lutherie est top. Elles ne se désaccordent pas et sont très versatiles, ne se cantonnant pas à tel ou tel style. Très fiable, c’est un peu l’outil rêvé.

Défauts : Un seul défaut : la Steve Stevens est vraiment mal équilibrée, c’est gonflant quand tu joues debout.

Partie 2

Philippe Paradis

Guitariste de Daran, dont le troisième album est en cours de réalisation, il travaille avec What’s, un groupe de techno, et sur le prochain album solo de Nono.

Philippe Paradis

Hamer possédée(s) : Diablo, Eclipse.

Première rencontre : C’est Woody Whallen (Kaman) qui m’ayant vu jouer à Cannes il y a deux ans, m’a passé une Diablo. Très honnêtement, à l’époque je me fichais de savoir sur quelle guitare je jouais, tout ce qui m’intéressait c’était de jouer. Puis, au fur et à mesure, je me suis intéressé à l’instrument en lui-même et je suis passé par d’autres guitares. Récemment, on m’a proposé une Eclipse avec laquelle je joue régulièrement.

Qualités : J’aime bien les mini humbuckers, ils ont un bon niveau de sortie et on arrive à garder pas mal de brillance ; pour tout ce qui est blues c’est super, même si je ne m’en sers pas uniquement pour le blues... C’est un bon compromis entre une Melody Maker et une Les Paul Junior au niveau de la forme, j’aime bien...

Défauts : Je ne serais pas contre une Eclipse avec un double bobinage en aigu.

André "Dédé" Amparzoumian

Guitariste de Zoom, groupe qui accompagne Florent Pagny, vient de sortir un album, collabore à Delka avec son frère et a participé au dernier album de Kobé.

André Dédé Amparzoumian

Hamer possédée(s) : Steve Stevens, Chaparral, Californian, Duo-Tone.

Première rencontre : J’ai découvert la Steve Stevens à Francfort, pendant un salon et j’ai craqué. Ensuite, je suis tombé sur une Chaparral équipée du Sustainiac, c’était l’enfer... Après j’ai acheté une Californian parce que je voulais une guitare un peu plus passe-partout et que j’avais entendu Stevie Salas, dont je suis fan, jouer dessus. Lors d’un show case avec F. Pagny, Didier Désormeau (Camac) m’a fait essayer une Duo-Tone, que j’ai adoptée.

Qualités : En électroacoustique, elle sonne déjà monstrueux, en électrique, le son est gras, ça le fait. Mais quand tu mélanges les deux sons en live, tu te régales... Ce qui est super aussi c’est de pouvoir enregistrer une partie à la fois en électrique et en électroacoustique, en une seule prise.

Défauts : J’ai un problème avec une des vis de maintien du humbucker grave qui se dévisse régulièrement mais à part ça...

Hervé Grégoire

Guitariste de No Man’s Land dont le 3ème album est sorti fin 96, en tournée continue depuis, ne les ratez pas à l’Elysée Monmartre en Septembre.

Hervé Grégoire

Hamer possédée(s) : Diablo, Californian Elite.

Première rencontre : En fait, gamin j’étais dingue de Steve Stevens, alors quand je l’ai vu jouer sur Hamer, ça m’a branché tout de suite. Pareil avec Vernon Reid que j’aime beaucoup. Ensuite j’ai joué dessus et ça m’a convenu tout de suite.

Qualités : La Diablo est simple, légère et efficace, j’ai fait tout l’album avec, à part quelques parties de slide et quand tu connais le nombre de guitares disponibles au studio ICP, c’est plutôt un compliment. La Californian, plus lourde possède un spectre sonore très équilibré des graves aux aigus, elle est pleine partout. Rien à dire...

Défauts : Les galbes des manches ne sont pas toujours identiques.

Tox Géronimi

Tox Geronimi

A joué avec Alain Bashung, a collaboré avec l’ancien chanteur de Cock Robin. Sera en tournée avec Indochine cet été.

Hamer possédée(s) : Standard n°0060, Mirage

Première rencontre : La première que j’ai eue c’est la Standard, ensuite j’ai acheté une Steve Stevens au moment où elle est sortie. Depuis Camac, qui a repris l’importation de la marque m’a contacté, j’ai donc choisi la Mirage, et j’attends une Gold Top.

Qualités : Ce sont de bonnes guitares pas trop connues qui changent un peu par rapport aux classiques. J’apprécie la polyvalence de la Mirage, qui allie un peu de Fender et un peu de Gibson. Disons qu’on obtient des sons de Strat mais en plus large avec plus de médiums. Quant à la GT, ce qui m’attire ce sont les micros de type P90 dont j’aime beaucoup le son.

Défauts : Pour moi ce n’est pas vraiment un défaut, mais disons que ce ne sont pas des guitares trop faciles, il faut envoyer.

Hamer au Smithonian Institute

Le Smithonian Institution’s National Museum of American History (ouf !) est un ensemble de seize musées (plus un zoo) situé à Washington. Fondé en 1846 grâce aux fonds légués aux Etats-Unis par le savant anglais James Smithson, il est à la fois un musée et un centre voué à la recherche et à la diffusion du savoir. Récemment, l’Institut a organisé une exposition intitulée "Electrifiée, amplifiée et déifiée, la guitare électrique, ceux qui la font, ceux qui en jouent" couplée à de nombreux colloques et communications sur la naissance, le passé, l’avenir et l’influence que la guitare électrique a eu sur les Etats-Unis, leur mode de vie, leur musique et leur culture, vaste sujet... Hamer était convié en compagnie d’autres fabricants (Fender, Gibson, Guild, PRS etc.) à présenter quelques-unes de ses guitares les plus significatives. C’est ainsi qu’on a pu dans ce conservatoire des valeurs ricaines contempler une Duo-Tone et une Chaparral 12 cordes pour l’innovation, la Flyin’ V Bass qui a tout déclenché, la première Sunburst pour le côté historique, une Prototype, une Standard et une Archtop Artist. Il est probable que la Flyin’ V reste à demeure au Smithonian à l’image du LEM d’Apollo 11, du Spirit of St Louis ou de la locomotive Baldwin. Pas mal non ?

Bonus

  • Def Leppard, Gary Moore, Mötley Crue, Night Ranger, Mick Jagger et Stevie Salas ont tous joué (ou continuent de le faire) sur Hamer.
  • La DuoTone a su convaincre des gens aussi différents que Dweezil zappa, Ty Tabor ou Jeff Tweedy (Wilco).
  • Je possède moi-même quatre Hamer : deux Blitz, une Arch Top Custom et une Standard.

 

Mots-Clefs

Type d’article
Visite d’usine
Marques
Hamer
Numéro
G&C 187

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Audiences de Juillet/Août 2000

2.  Pratique et bien pensé

3.  Le chorus

4.  Boîte à cra-cra

5.  Custom up your Lâg


Dans la même rubrique

30/06/1997 – Hamer’s french users

31/05/1997 – Hamer : The Factory

30/04/1997 – Hamer : The Line

31/03/1997 – Hamer : The Story