La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » La nouvelle Kisstare

Washburn Paul Stanley PS2000B

La nouvelle Kisstare

D mars 1999     H 01:22     A Judge Fredd    


agrandir

Paul Stanley jouait sur l’Iceman Ibanez depuis si longtemps que lorsque Washburn lui a demandé ce qu’il aimerait pour son modèle signature, il n’a pu s’empêcher de la réinterpréter.

Résultat, une très belle guitare qui ressemble à son modèle tout en s’en démarquant. Les angles de son corps en acajou sont un peu plus doux, la corne inférieure a été renversée tandis qu’une petite pointe fait son apparition du côté supérieur. Cette base acajou est recouverte d’une couche (overlay) d’érable, ceinte d’un quadruple binding extrêmement bien posé. Binding encore autour du manche, avec deux épaisseurs autour de la crosse. Celle-ci, de type 3+3, bien qu’assez chantournée, est suffisamment resserrée pour que les cordes ne prennent pas une angle trop fort derrière le sillet, gage d’une bonne tenue de l’accord.

Autre bonus de ce point de vue, la PS2000 bénéficie comme toutes les Washburn américaines fabriquées au Custom Shop de la marque à Chicago, du Buzz Feiten System censé optimiser la justesse de l’instrument. Les six Grover à bain d’huile complètent le tableau, le tout dotant effectivement cette guitare d’une tenue d’accord et d’une justesse parfaite. Le manche, fait de deux pièces d’acajou, est recouvert d’une touche en ébène sertie de 22 frettes jumbo. Plutôt large, possédant un dos équilibré entre rondeur et minceur, il offre beaucoup de confort de jeu. Son renflement arrière près de la crosse, sert de butée à la main gauche en cas de retour précipité vers les premières cases.

La pub qui tue


Evidemment, comme tout modèle huppé, la PS2000 propose des choses un peu exclusives, le Star Tailpiece (la pièce avec l’étoile), furieusement glam (Paul a beaucoup regardé Au Nom De La Loi quand il était petit) qui s’adosse au cordier, le pickguard et le cache trussrod autographié, tous deux façon miroir. Elle est de plus livrée dans un très bel étui G&C (non, non ce n’est pas nous) maison américaine spécialisée dans l’étui haut de gamme, avec un certificat d’authenticité signé de la main même de Paul Stanley (Paaaauuuuul !).

Une guitare Kissonne

Les micros sont des Seymour Duncan recouverts d’un cache chromé, un Custom Custom en aigu et un `59 en grave. Ils bénéficient de volumes séparés et d’un Tone commun et sont routés via un classique sélecteur trois positions. Dès la prise en main on sent qu’on a affaire à un véritable instrument, bien fait, bien fini, vivant. Le modèle testé aurait pu être un poil mieux réglé (manche), l’action aurait gagné à être un peu plus basse. Compte tenu du prix et du caractère un peu élitiste de l’instrument je n’ai pas voulu me lancer dans un réglage pour ne pas risquer d’abîmer quoi que ce soit. Je l’ai donc jouée telle quelle sauf en ce qui concerne le réglage de hauteur des micros qui était un peu bas.

Résultat, le son attaquait d’entrée mais manquait paradoxalement de corps. En les remontant on récupère du corps et de la rondeur. Mais attention, il ne faut pas s’y tromper : Paul Stanley n’est pas un thrasher, mais plutôt un hard rocker tendance glam avec de solides racines rock. Sa guitare, à son image, et malgré un look agressif, n’est pas si extrême que ça et on pourrait très bien jouer du blues en son clair dessus. Cela ne l’empêche pas d’avoir du coffre et du souffle en son saturé, mais elle est plus "classique" qu’il n’y paraît. Le micro grave demandera à être précisément réglé en hauteur pour optimiser sa contribution à la position intermédiaire. Tous les potentiomètres se montrant vraiment exploitables on peut en varier notablement le rendu. Le micro aigu se montre précis, chaud et équilibré. Bref, la Paul Stanley, possède des qualités sonores tout à fait honorables.

Une guitare attachante, dotée d’une fort belle et bonne lutherie, beaucoup plus polyvalente que son look pourrait le laisser penser, dont seul le prix constitue une véritable barrière. A ce sujet, le modèle est décliné en deux versions coréennes, la PS500B assez semblable à la 2000B mais sans Buzz Feiten System et avec des micros Washburn, ainsi que la PS100B, plus dépouillée (pas de chrome sur les micros, pas de Star Tailpiece). Y’en aura pour tous les porte-monnaies !


Autres infos
  • Look.
  • Qualité de la lutherie et des accessoires.
  • Etui superbe.
  • Confortable.
  • Mon banquier.
  • Prix indicatif : 16 900 F TTC env.
  • Distribution : Music Connection

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Musiciens/Groupes
Kiss Paul Stanley
Marques
Washburn
Numéro
G&C 205

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Les lampes ont du mouron à se faire...

2.  Cékoicédonk ce site donc ?

3.  Relay chapeau !

4.  Reviendu !!!

5.  Torpille droit devant !


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache