La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » L’oiseau rare

De Armond by Guild - Jet-Star

L’oiseau rare

D février 1999     H 12:41     A Judge Fredd    


agrandir

Ouarf ! Que dis-je ? Râââh ! Ooooh et autres fouillaillaïe ! Une guitare à moins de trois mille balles qui sonne comme ça, c’est pas tous les jours !

De Armond by Guild - Jet-Star

Commençons par nous mettre les idées en place. Fender a racheté De Armond marque de micros prestigieuse mais battant sérieusement de l’aile et a décidé de la revitaliser. Première étape, on réactive la fabrication de ces micros légendaires, aux USA mêmes et on en équipe certains modèles Fender ou Guild. Deuxième étape, on crée un département guitare sou l’égide de Guild, ce qui constitue un gage de qualité. Les instruments, fabriqués en Corée, reprennent donc pour la plupart le design d’anciens modèles Guild comme la Jet Star objet de ce test.

En réalité, cette Jet-Star n’est pas la copie de l’originale mais plutôt celle de la Thunderbird (voir crosse), autre modèle Guild utilisé entre autre par Muddy Waters, dont on aurait remplacé les switches par un sélecteur trois positions. Le corps en acajou possède une forme tout à fait originale qui plaira ou non ; moi j’adore. Il rappelle tout à la fois les Fender par sa corne supérieure et la SG par les chanfreins pratiqués sur son pourtour aussi bien devant que derrière. En position debout on retrouve cette ambivalence avec un comportement et un équilibre tenant à la fois de la Strato et de l’Explorer. Le manche, collé, en acajou, rond et présent sait se fondre dans la main. Son binding et les frettes assez larges de la touche en palissandre aident à la glisse. L’accès aux aigus est facile et total la jonction corps manche s’opérant à hauteur de la dix-huitième case sur vingt-deux. L’accastillage se compose d’un couple de type Stop Bar Tune O’ Matic, de six mécaniques à bain d’huile et deux attaches bandoulière tous chromés. La guitare s’avère bien finie tant pour le vernissage qu’en ce qui concerne l’ajustement des pièces ou le traitement de bord de frettes et seule l’absence de signature sur les mécanique et l’allure un peu cheap du sillet nous rappelle son niveau de prix.

D’enfer

Si la lutherie est coréenne, la mise en son est confiée à deux doubles Gold Tone De Armond "proudly made in the USA", recouverts du superbe capot métallique propre à la marque. Ils sont routés via un sélecteur trois position et bénéficient chacun d’un volume et d’une tonalité. Fidélité et tradition obligent, les potards du micro grave sont minis et gradués jusqu’à 9, tandis que ceux du micro aigu sont standards et gradués jusqu’ à 10. On constate qu’ils font preuve d’une puissance respectable en conciliant puissance et grain. Ils crunchent assez vite avec le volume à fond même sur canal clair (pour peu qu’on pousse un peu le volume de l’ampli). Cela étant leurs volumes et leurs tonalités sont progressifs et exploitables sur toute la longueur de leur course ce qui permet de passer de clair à crunch d’une pichenette sur le volume ou de changer l’égalisation de manière pertinente sur le micro aigu surtout. En son clair, le micro grave est assez velouté mais également puissant, le blues picking par exemple va sonner très chaleureusement avec de belles attaques et beaucoup de rondeur. Le micro aigu a lui un caractère plus tranchant, plus râpeux, plus agressif, la tonalité permettant de minorer cette tendance si on le désire. En, position intermédiaire aussi les volumes font merveille, permettant beaucoup de nuances de rendu. A ce stade, on est frappé par la qualité des sons délivrés pour une guitare de ce prix. En son saturé, l’excellent comportement de la Jet-Star se confirme, l’aigu fuse, larsène et se montre agressif et rond à la fois. On atteint les rives du thrash sans problème en baissant les médiums et en passant en dropped D ; la guitare est très convaincante, dans ce registre. Le micro grave se promène quant à lui du power blues avec un taux de saturation raisonnable au grunge lorsqu’on pousse le saturax avec une décomposition du son assez jouissive. Notons encore la reverb naturelle engendrée par la longueur de corde entre le chevalet et le cordier.

La Jet-Star est la guitare idéale pour se démarquer du troupeau avec son look spécial, ses micros performants mais possédant leur caractère et sa capacité à tirer son épingle du jeu dans tous les styles. Son rapport qualité/prix alléchant devrait finir de convaincre les indécis.

J’ai découvert depuis la mise en ligne de ce test le site de Mark Steven Wong http://www.photoweborama.com un photographe qui joue aussi de la guitare. Sa rubrique Guitar Photos recèle quelques petits joyaux dont cette Jet Star qui est très proche de celle testée. Mark m’a donné la permission de les mettre en ligne avec cet article. Cliquez sur les vignettes ci-dessous pour les agrandir.


Autres infos
  • Look
  • Prix
  • Confort de jeu
  • Sonorités
  • Volumes et tonalités progressifs et pleinement exploitables
  • Tout terrain
  • Ne conviendra pas aux virtuoses "à la Vai" mais est-ce bien un contre ?
  • Prix indicatif : 2 990 F TTC env.
  • Distribution : Fender France

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
De Armond
Numéro
G&C 204

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Marshall 100W

2.  Finlandia

3.  Blazing, badass and beautiful

4.  Galerie photo

5.  Super car !


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache