La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Kill, kill, kill !!!

Edwards by ESP EH-R

Kill, kill, kill !!!

D janvier 1999     H 16:03     A Judge Fredd    


agrandir

Edwards, sous marque d’ESP, nous avait habitué à d’honnêtes guitares au rapport qualité/prix intéressant. Avec cette EH-R, un pas est franchi qui le rend encore plus intéressant, la guitare n’étant pas loin de la perfection pour qui recherche une arme de tueur.

Fabriquée au Japon, elle adopte un corps de type LP avec une base plus plate et une belle table sculptée. A l’arrière, une découpe stomacale et un profilage de la corne inférieure et de la jonction corps/manche (à la dix-huitième case) augmentent le confort de jeu. Le veinage du bois est mis en valeur par le vernis blueburst qui va du bleu clair au noir, l’arrière du corps étant totalement noir.

Le manche en érable, assez plat, comporte une butée juste avant la crosse pour retenir la man gauche en cas de démanché rapide qui en outre renforce ce point, stratégique sur les guitares à crosse tilt-back comme celle-ci. Un sillet en matériau composite pour améliorer la glisse des cordes et donc leur tenue d’accord témoigne de l’attention dont la guitare a été entourée. Cette Edwards fait preuve d’un bon sustain naturel sans doute favorisé par la largeur des frettes qui sertissent la touche, vingt-quatre cases, en palissandre. Les mécaniques, des Gotoh à bain d’huile, et un couple de type Stop Bar et Tune-o-Matic constituent le reste de l’accastillage. L’E-HR ne souffre guère de reproches quant à sa fabrication.

Edwards by ESP EH-R

Côté micros, on retrouve une configuration classique mais qui a fait ses preuves : deux humbuckers servis par un volume, une tonalité et un sélecteur trois positions. Les deux doubles concilient un fort niveau de sortie, donc une grosse patate, avec une grande précision dans les attaques. On entend distinctement chaque corde, ce qui n’empêche pas les accords de sonner monstrueux. Admettons-le, les sons clairs ne sont pas vraiment la vocation de cette Edwards même si le caractère progressif des deux potards et la finesse de la position intermédiaire laissent quelques possibilités dans ce registre. Sa vraie destination c’est... le grâouh ! Dès qu’on enclenche la saturation, la guitare se révèle, avec un son grenu, méchant et chaleureux sur le micro grave, un tranchant net et beaucoup d’harmoniques sur le micro aigu et une position intermédiaire moins sauvage pour calmer un peu le jeu de temps en temps. Ca larsène à qui mieux mieux, le son a du corps, une grosse présence et les harmoniques sifflées sortent à la pelle. Bref, elle sera nettement plus à l’aise sur Superbeast (cf. dernier Rob Zombie) que sur Jeux Interdits (cf. dernier Narcisso Yepes ?).

ESP signe là une machine de tueur impressionnante, bien faite, jolie et puissante. Son prix correct devrait lui faire remporter pas mal de suffrages chez ceux qui recherchent des sons à la Gibson avec un peu plus de brillance et un son un peu moins creusé.


Autres infos
  • Fabrication sans reproche
  • Grosses qualités dans le domaine de la saturation
  • Bon accès aux aigus
  • Confort de jeu
  • Pas idéale pour les sons clairs
  • Prix indicatif : 5 800 F TTC env.
  • Distribution : COM Distribution

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Edwards
Numéro
G&C 203

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Grave !

2.  La nuit du chasseur

3.  50 ou 100 watts ?

4.  C’est L K’on Veut !

5.  Kustom KLA 20 R


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache