La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Rouge de plaisir

Roadrunner Comet

Rouge de plaisir

D 8 octobre 2006     H 17:57     A Judge Fredd    


agrandir

La Comet trônait en sa livrée rouge sur le stand de Roadrunner et semblait me faire comme un clin d’oeil. Je la pris donc sur mes genoux...

D’abord, elle est belle, avec ce charme sixties qu’on retrouve souvent chez Roadrunner. Son corps en aulne avec top érable vous a des rondeurs très sensuelles qui ne laissent pas insensibles. Ce corps est dit Thinline, ce qui veut dire non pas qu’elle est percée d’une ouïe mais qu’elle est très mince. Le manche en érable est collé ; il reçoit une touche palissandre ornée de deux inserts « comète » du plus bel effet. Son profil, assez plat, en D combiné à une bonne accessibilité de la main gauche jusqu’aux environ de la 22e case procure un réel plaisir de jeu. Il faut cependant lui rentrer un peu dedans, pour les tirés par exemple, main gauche de fillettes s’abstenir... On note l’accastillage avec six mini Grover, un chevalet Gotoh accompagné d’un cordier sur mesure en deux parties, l’entrée jack se trouvant sous la tranche inférieure de l’instrument. La Comet est légère et se prête bien au jeu assis.

Roadrunner Comet


L’électronique est travaillée avec deux Benedetti P90 spécialement réalisés pour Roadrunner dont on va pouvoir splitter la moitié du bobinage grâce aux deux toggle switches (un par micro) situés sur le cutaway supérieur de la Comet. En bas on retrouve deux volumes et un sélecteur 3 positions. Donc si vous comptez aussi bien que moi cela nous donne trois positions en bas que multiplient les quatre possibilité en haut, soit douze configuration sonores possibles, même si certaines se ressemblent un peu quant au rendu, avec l’avantage d’une simplicité d’emploi totale. Une fois branchée, on est scotché par le son des Benedetti, très réussis, qui non splittés sonnent très corpulents et incisifs à la fois, comme il se doit pour des P90 et une fois splittés, s’adoucissent, et deviennent plus légers, « Fender style ». On se prend alors pour Dick Dale ou Danny Gatton, c’est très étonnant. Dans un registre comme dans l’autre la Comet est à son aise et nous met à l’aise.

Plaisir, c’est le mot qui me vient en tête lorsque je repense à cet essai, visuel d’abord, tactile ensuite, sonore enfin.


Autres infos
  • Look
  • Electronique
  • Légère
  • Pêchue
  • Versatile 
  • Rien de particulier
  • Prix indicatif : 2 780 € TTC env.
  • Distribution : Roadrunner Guitares

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique Luthier
Type d’article
Salon de Paris 2006 Test express
Marques
Roadrunner
Numéro
Inédit

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  L’indispensable OVNI

2.  Supaire

3.  Epoustouflifiant !

4.  A nous les petites danoises !

5.  Hamer : The Factory


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache