La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Effets/Multieffets » L’usine à delay

Line 6 Echo Park

L’usine à delay

D 29 octobre 2006     H 18:03     A Judge Fredd    


agrandir

L’Echo Park est le delay de la série Tone Core, la ligne de pédales d’effets de type « stomp box » de la marque. Intimidant au premier abord par la multiplicité des réglages et paramètres possibles, il se montre finalement très logique, versatile et convaincant.

En métal, comme toutes les Tone Core, l’Echo Park pèse son poids. Psychologiquement ça rassure le chaland, accessoirement ça assure une stabilité sans faille à l’engin, d’autant que Line6 n’a pas lésiné sur le patin caoutchouc antidérapant. Le design très « Caterpillar » du boîtier renforce encore l’impression de sérieux et de solidité.

Line6 Echo Park

Passée cette première (bonne) impression on est un poil refroidi (un poil seulement) lorsqu’on s’aperçoit qu’il suffit de tirer un peu sur les potards pour que leur capuchon vous reste dans la main, on constate ainsi que leur axe est en plastique. Bon enfin c’est pas l’but non plus hein les p’tits gars... un potentiomètre ça se tourne OK ? Et là, pas de problème ils sont très agréables à manipuler.

Complexpliclassifistication des réglages

Les trois du dessus sont très classiques pour un delay : Mix règle la balance entre son dry et delay, Repeat joue sur le nombre de répétitions et Time sur leur espacement avec un maximum de 2,5 secondes. Sur la deuxième ligne à gauche, on trouve un réglage de la modulation qui va agir différemment suivant le mode dans lequel on est. On choisit son mode, via un petit switch sis sous le réglage de modulation, parmi les trois disponibles, Tape (écho à bande à l’ancienne, les répétitions se dégradent au fur et à mesure), Digital (les répétitions reproduisent fidèlement le signal dry, comme sur un DD-6 par exemple), Analog enfin, qui tâche de reproduire les prestations des premières pédales de delay lorsqu’on avait abandonné les systèmes à bandes mais que les numériques n’étaient pas encore nés. Donc la modulation (vous vous souvenez ?) rend les répétitions du mode Tape un poil plus sharp (enfin c’est l’impression que j’ai eue), colle un effet chorus léger sur celles du mode Digital et un mélange de vibrato et de fausseté, une espèce de modulation qui fait penser à ce qui se faisait sur les synthés dans les années 80 sur le mode Analog.

Restent un deuxième sélecteur (Trails) à deux positions celui-là, autorisant, sur la position On, les répétitions à continuer jusqu’à extinction naturelle même lorsque le delay est coupé, ainsi qu’un cinquième potard, cranté, qui donne le choix entre onze positions, huit jouant sur le type de delay (reverse, ping pong, sweep, slapback etc.) et trois sur le Tap Tempo (normal, au triolet, à la croche (pointée)). C’est un des points forts de l’Echo Park : on peut déterminer le temps de delay au pied et à la volée, ce qui veut dire qu’on peut changer le tempo du delay tout en jouant, et qu’on peut à tout moment reprendre la main manuellement (à la main quoi) ;-) en tournant (un potard ça se tourne ! Remember ?) le réglage Time.

Versatile et suffisamment convivial

A l’usage, l’Echo Park se montre convaincant tant en mode purement numérique où il fait largement aussi bien que les DD Boss, référence en la matière, qu’en mode Tape et Analog qui redonnent au son un petit supplément d’âme et imitent de vieux effets de façon crédible. Les résultats sont aussi bons en insertion qu’en branchement frontal. En action, le Tap Tempo est un régal et oriente clairement l’Echo Park vers la scène, même si d’autres points comme l’absence de mémoire l’en éloigne. Des différents types de delay accessibles via le sélecteur cranté, je retiendrai surtout les tap, le reverse et le swell mais c’est tout à fait subjectif et personnel.

Panneau des commandes © Line6

Avec l’Echo Park, Line 6 signe une pédale très polyvalente, qui ne serait pas loin de devenir l’arme ultime en scène si on lui ajoutait des mémoires qu’on l’équipait de potards un peu moins cheap. Cela étant il est probable que son prix, pour l’instant très correct au vu des prestations fournies, augmenterait.

Quelques samples trouvés sur le site de Line 6 :

http://www.judge-fredd.fr/media/son... Mode Tape

http://www.judge-fredd.fr/media/son... Mode Digital

http://www.judge-fredd.fr/media/son... Mode Analog

http://www.judge-fredd.fr/media/son... Analog + Swell

En voir et en entendre plus avec une démo interactive sur le site Line 6

line6 EP Tape
line6 EP Dig Mod
line6 EP Analog
line6 EP Analog Swell

Autres infos
  • Solidité apparente et stabilité
  • Stéréo en entrée et en sortie
  • Gros potentiel grâce aux diverses combinaisons
  • Les trois modes sont crédibles et exploitables
  • Tap Tempo
  • Les potentiomètres font nettement plus cheap que le reste de la pédale
  • On regrette de ne pouvoir mémoriser trois ou quatre réglages persos
  • Système d’accès à la pile parfois capricieux sur la pédale testée
  • Prix indicatif : 149 € TTC env.
  • Distribution : Line 6
  • Merci à La Pédale pour le prêt de cet effet

 

Mots-Clefs

Effets
Delay Echo
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Line 6
Numéro
Inédit
Type d’effet
Pédale

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Riff Machine

2.  Vox Cry Baby

3.  La tenue de l’accord

4.  (12 x R)3

5.  Fille de Strato


Dans la même rubrique

23/04/2015 – La fuzz de 007

21/04/2015 – Parce qu’on n’est pas des moutons

22/12/2014 – I’ve got the six, gimme your nine !

27/10/2014 – Souveraine

21/06/2014 – Wacko Tango