La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Vous en rêviez ? Le Custom Shop les a faites

Jackson Custom Shop

Vous en rêviez ? Le Custom Shop les a faites

D juin 1998     H 12:00     A Judge Fredd    


agrandir

On sait depuis longtemps que le Custom Shop Jackson est capable de tout. Après avoir bavé dessus à Francfort, j’ai profité de Musicmania (et de l’ampli de Rudy Roberts) pour tester deux de ces monstres.

Comme ses consoeurs, la Captain America Graphics Custom Shop Rhoads possède un nom à vous faire friser l’asphyxie chaque fois que vous le prononcez. Les fans des Marvel Comics auront reconnu Captain America et Nick Fury du SHIELD qui se pouillent consciencieusement sur la totalité du corps en aulne, très léger, de cette Randy Rhoads. Un pourtour rouge souligne la scène, l’arrière du corps étant noir. Le manche érable, collé, est recouvert d’une touche en ébène arborant des repères dents de requin en nacre. On remarque le binding qui court également autour de la crosse et la finition "natural", assez rare sur un manche collé. Plutôt large et plat, il tient bien au creux de la main, on l’oublie assez vite. La touche, elle aussi assez plate, plaira aux tapping maniacs. Les cordes montées d’origine gagneraient à être plus grosses, la guitare étant plus que facile à jouer. L’accastillage, sobre et classe, ne comporte pas de Stop Bar derrière le chevalet, les cordes s’ancrant à l’arrière, à la manière d’une Flyin’ V ou d’une Telecaster.

Captain America Graphics Custom Shop Rhoads

Sons

Il ne faut pas trop chercher la versatilité. Cette Rhoads, très fidèle à l’esprit maison, se destine sans équivoque aux musiques brutales. Le Jeff Beck Seymour Duncan, recouvert d’un capot arborant un bout du bouclier du Cap’ et d’apocalyptiques flammes incandescentes (dixit Jackson), délivre un son creusé et lourd à la fois, propre à mettre en émoi tous les fans de thrash. Cela étant, le volume se montre très progressif, permettant des sons clairs même sur un canal très saturé, bon plan pour les ballades hein les gars ? Voilà donc une gratte qui vous donne ce qu’elle promet, elle est belle et en plus, elle est bonne !

Moins flashy au premier abord, la Robin Eggs Blue Custom Shop Telecaster (argl !) doit son nom à la couleur caractéristique des oeufs du "robin", une variété de merle américain très populaire. Un "binding" rouge courant sur la totalité de la guitare, complète le tableau. Beaucoup plus lourde que la Rhoads elle est pourtant faite des mêmes bois, aulne, érable et ébène, aux mêmes endroits. Le frettage est de type "overjumbo" (ce terme n’existe pas, mais la Robin mérite qu’on l’invente rien que pour elle). Le manche, collé (jonction à la 18 ème case) bénéficie d’un talon profilé garantissant un accès optimal aux aigus. Le Floyd Original, s’accompagne d’un accastillage doré, on ne lésine pas.

Sounds

Ses trois Seymour Duncan Pearly Gates sont routés d’une manière pour le moins originale : volume push-pull, une tonalité pour les positions milieu et grave, plus une tonalité pour le micro aigu et un sélecteur trois positions. Maintenant on suit bien parce que si ce n’est pas facile à comprendre, c’est encore plus dur à expliquer et je ne recommencerais pas. Lorsque le volume n’est pas tiré, sélecteur de positions en bas, on a le micro aigu avec un son bizarre comme si il était "coil tappé". En position milieu, les trois micros fonctionnent de concert, et en position grave, on a le micro grave et celui du milieu. Quand on tire le volume, on n’a que l’aigu à fond, en direct sans qu’ aucun contrôle soit opérationnel. Le fait de disposer d’une tonalité spécifique aux micros graves permet de travailler leur égalisation et d’atteindre des choses proches de ce qu’on obtiendrait avec une wah légère en position fixe. Le push-pull permet de passer instantanément en chorus à fond les ballons. Ce système vraiment particulier se montre plus riche qu’il n’y semble au premier abord, même s’il occulte pas mal des possibilités qu’on pourrait avoir avec trois micros. Enfin, c’est le choix du commanditaire. Par ailleurs, la guitare a pas mal de patate et un micro aigu impressionnant de puissance et de précision.

Voilà donc deux guitares très spéciales, chacune à sa manière, jouissant d’une excellente finition doublée d’un grand confort de jeu. Si la Captain America fait payer son caractère, la Robin Egg n’est finalement pas si chère pour une guitare aussi soignée et originale.

Détail


  • Captain America Graphics Custom Shop Rhoads : 21 660 F TTC env.
  • Robin Eggs Blue Custom Shop Telecaster : 14 740 TTC env.
  • Camac

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Jackson
Numéro
G&C 197

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Riff Machine

2.  Vox Cry Baby

3.  La tenue de l’accord

4.  (12 x R)3

5.  Fille de Strato


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache