La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Ne pas prononcer son nom en mangeant des BN

Ibanez FGM400QMBA

Ne pas prononcer son nom en mangeant des BN

D mars 1998     H 10:21     A Judge Fredd    


agrandir

Ibanez n’en finit pas de décliner ses modèles phares avec, de temps à autres, une réussite esthétique certaine comme cette FGM de toute beauté.

Tout d’abord quelques éclaircissements sur la désignation un peu alambiquée de cet instrument : FGM400 veut dire que cette guitare appartient à la série des Frank Gambale Models développés en collaboration avec le maître australien du sweeping, "QM" indique que le corps, constitué d’une base en acajou, reçoit une magnifique table en quilted maple (érable pommelé) et "BA" désigne la finition Blonde Amber maison.

La principale originalité des Frank Gambale vient de leur corps à la fois très mince et tout en galbes. La guitare y gagne en poids et donc en confort une fois debout, sans que l’équilibre en soit affecté. Design oblige, la prise jack est intégrée au corps, les boutons de potentiomètres semblent sortir d’une boîte de Léonidas et le vibrato affleure à peine. Seul le sélecteur cinq positions détone un peu avec sa grossière bordure noire. Le manche dont la jonction s’effectue à hauteur de la seizième frette est le Wizard d’une pièce d’érable, large et plat devant comme derrière, bien connu des aficionados de la marque. Il est ici entouré d’un filet courant également autour de la crosse. Sa fixation s’effectue en quatre points et tout a été fait pour faciliter le travail de la main gauche dans les hauteurs. La touche en palissandre, sertie de frettes médiums, ne présente qu’un repère rectangulaire, à l’octave, orné des lettres FGM travaillées façon notes de musique. Rassurez-vous les repères de tranche sont bien là. Comme souvent chez Ibanez, le confort de jeu est au rendez-vous.

Le vibrato à blocage est le Lo Pro Edge modèle le plus huppé de la marque, efficace, ergonomique et fonctionnel, rien à dire. Sa défonce est tapissée de mousse pour amortir les chocs lors des tirés. On s’étonnera juste que les vis de son sillet à blocage

traversent le manche vu qu’on sait faire autrement maintenant et que plus on garde de bois à cet endroit stratégique mieux ça vaut... La crosse supporte six Gotoh à bain d’huile et un petit support à l’arrière pour les clefs Allen du vibrato, pratique. A ce sujet Ibanez fait bien les choses et livre la guitare avec toutes les clefs nécessaires aux différents réglages. Terminons la revue de l’accastillage avec les deux attaches de bandoulières XXL évitant tout décrochage intempestif.

Sons et câblage

Un double AH2 et deux simples SB2 ressemblant au Hot Rails de Seymour Duncan, équipent la 400. Ils sont routés via un sélecteur cinq position, une tonalité exploitable et un volume push-pull. Lorsqu’il n’est pas tiré on a la config classique avec les trois micros seuls sur les positions impaires et les positions intermédiaires sur les paires. Une fois enclenché, il permet au micro grave de rester constamment en fonction ce qui donne : micro grave, micro grave plus micro central sur la position intermédiaire mais aussi sur la position centrale, les trois micros dont le humbucker splitté sur la position intermédiaire entre central et double et enfin le double plus le grave. On peut gloser sur les choix effectués, mais il faut bien admettre que cela enrichit la palette sonore de l’instrument. Les sons ainsi obtenus étant principalement des variations sur le thème "son intermédiaires façon Stratocaster", s’avèrent exploitables et gratifiants surtout en son clair ou crunch. La navigation entre les diférents sons demande un peu d’habitude mais on s’y fait. En routage "normal" chacun des micros s’avèrent capable de sons saturés avec plus ou moins de bonheur, mais je n’étonnerai personne, vu l’endorseur de la FGM, en précisant que les sons de type fusion sont de loin les plus réussis et qu’acheter cette guitare pour jouer du thrash metal serait une erreur. Cela dit, et bien que conscient de la destination de cet instrument, ses micros peuvent paraître un peu anonymes et on se demande s’il n’eût pas été plus heureux (surtout au regard de son prix) de l’équiper de Seymour ou de Di Marzio comme la’ a fait Ibanez pour certains modèles.

La FGM400QMBA aurait alors vraiment tout pour séduire.


Autres infos
  • Look
  • Confort
  • Finition
  • Micros un peu anonymes
  • Prix indicatif :11 690 F TTC env. ou 12 540 F TTC env. avec étui
  • Distribution : TIP

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Musiciens/Groupes
Frank Gambale
Marques
Ibanez
Numéro
G&C 194

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Audiences de Décembre 1999

2.  La nouvelle Kisstare

3.  Bis repetita

4.  Nos ancêtres les Gull Wah...

5.  Les guitares samplées


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache