La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Hello happy Attax players !!

Hughes & Kettner Tour Reverb Stack et Combo

Hello happy Attax players !!

D septembre 1999     H 16:34     A Judge Fredd    


agrandir

Avec le Club Reverb Hughes & Kettner préfigurait la nouvelle gamme Attax dont voici les fleurons, deux 100 watts un combo et un stack. Répétons-le pour les nouveaux venus, c’est du transistor mais de qualité, et aujourd’hui plus encore qu’ hier.

En effet, outre un remodelage esthétique très réussi qui donne aux Attax plus de classe, un gros travail a été fait sur le rendu sonore ainsi que sur tous les autres postes. La peinture par exemple, a aussi pour rôle de parfaire l’étanchéité de l’ébénisterie, elle intègre donc divers matériaux dont du Téflon etc. Côté esthétique, on retrouve les canons H&K, modifiés de telle sorte qu’ils affichent clairement la volonté d’évolution de la gamme vers un matériel encore mieux fabriqué, encore plus performant, encore plus musical. Ainsi la série entière passe-t-elle au noir, plus cossu, plus rassurant. Même chose pour l’écusson sur lequel s’étale le logo en plastique imitation alu brossé, et la toile rehaussée de points brillants, rappelant la finition chromée du panneau des commandes. L’ébénisterie a également fait l’objet de soins particuliers notamment sur le stack où l’épaisseur des panneaux s’est vue augmentée. Voyons tout cela de plus près...

Kilébô kilébô mon combo !

Combo

Le combo reçoit un panneau arrière ajouré en plus de l’évent de trois centimètres env. que l’on retrouve à sa base. Il intègre un 12" Celestion Rockdriver Pro, une reverb à ressorts et une boucle d’effets en série. Le Tour Reverb est un deux/trois canaux : un Clean avec volume et égalisation trois bandes, plus un Overdrive pouvant fonctionner en mode crunch ou lead. Les deux modes partagent la même égalisation trois bandes, et sont dotés chacun d’un gain et d’un volume, le lead recevant en sus, un contrôle de voicing jouant sur l’égalisation des mids, pour passer de sons hards classiques à des sons plus thrashs, plus modernes. Le voicing est intéressant de -2 environ jusqu’à +5. On parcourt ainsi toutes les égalisations qui se sont succédées en son "hard", des années 70 à nos jours. Son autre intérêt vient de ce qu’on peut régler l’égalisation de manière optimum pour les sons crunchs sans pénaliser les sons leads puisqu’on peut encore les affiner grâce au voicing. Complètement à droite, se trouvent le niveau de la boucle d’effets, le réglage du taux de reverb et le master général. La reverb ne s’utilisera guère au-dessus de 2. La plupart des connexions se trouvent à l’arrière avec : la sortie casque, une sortie pour un baffle externe, une sortie ligne, le départ et le retour de la boucle d’effets et deux entrées footswitch permettent d’un côté de changer de canal et de switcher entre crunch et lead répétant là les deux boutons poussoirs que l’on trouve sur le panneau de commandes, et, de l’autre, de mettre en/hors service la boucle d’effet et la reverb.

Les sons clean sont très convaincants, l’égalisation autorisant toutes sortes de variations. La puissance est également au rendez-vous, les attaques se montrent incisives sans agressivité malvenue et le tout a gagné en souplesse par rapport à la précédente gamme Attax dont les sons étaient un peu plus raides. Les basses sont rondes et pleines, les mids jouent à plein leur rôle de coloristes. Les sons crunchs doivent être compris au sens strict du terme, disons pour illustrer le propos dans un sens "claptonien", car dès qu’on pousse un peu trop le gain, on a du mal à gérer les basses, même avec un réglage idoine assez bas. Des sons crunchs classiques donc et très musicaux dans le registre précis évoqué plus haut. Basculons sur le lead, ou le réglage de voicing nous fait son numéro, métamorphosant le son, nuance après nuance d’un son hard à la Led Zep, dans le deuxième quart de sa course (oubliez le premier quart, trop de mids), à une saturation plus dense façon VH et consorts ; dans le deuxième quart, on passe par quelque chose d’assez métallicien pour finir par se vautrer dans la gabegie de gros graoûhs bien creusés, à la Deftones, Zombie et compagnie dans le dernier quart. C’est un des réglages de ce type les plus réussis et progressifs du marché. En lead, inutile de pousser les basses au-delà de leur point milieu, ou les aigus après les ¾, les mids étant libres de parcourir tout leur spectre. La boucle, essayée avec un delay/sampleur Akaï fonctionne à merveille ainsi que son réglage de niveau qui permet un dosage très précis de l’intervention des effets dans le rendu général.

Happy stack player

Stack

Si le panneau de commandes est le même, on a rajouté une sortie HP à l’arrière. Bizarrement d’ailleurs, la tête peut fonctionner en 1x4 ou 2x8 Ohms, tandis que le baffle lui peut fonctionner en 2x4 ou 1x8 Ohms. Cela s’explique si on a deux baffles. Avec un seul baffle on reste plus perplexe, mais disons que d’une part la sortie 4 Ohms vous permet de ne sortir que sur deux HP pour réduire un peu la masse sonore engendrée par l’ampli, et d’autre part que, l’ampli étant à transistors, on peut n’utiliser qu’une de ses sorties 8 Ohms sans risque pour la tête. De plus n’oublions pas que le propre du stack est de pouvoir se mélanger avec d’autres baffles ou têtes. Le baffle, outre son ébénisterie plus massive, reçoit des poignées à la Marshall qui respectent la main du porteur contrairement aux poignées des versions précédentes. Son équilibre est assuré par de gros patins à base triangulaire et il équipé de quatre 12" Rockdriver Junior.

Le design est assez réussi, sobre et rassurant, massif et élégant. Encore une fois , on remarque une sensible amélioration quant au côté naturel du son. Les sons clairs se montrent aussi intéressants que sur le combo avec évidemment un surcroît de rondeur dans les basses dû au baffle 4x12. Le son est plus massif que sur le combo. L’égalisation trois bandes est ici aussi souveraine. Les meilleurs sons crunchs sont encore obtenus en maintenant le drive dans ses premières graduations avec le master assez poussé (6/7). Au-delà, on sature et mieux vaudra passer en mode lead, dans lequel les basses seront moins ardues à gérer. Maintenir le réglage des basses vers 3 sera bienvenu si l’on veut leur conserver une bonne tenue, car elles sont à la fois présente et compressées ; donc plus on augmentera le volume, plus on aura de mal à les contrôler. De plus, elles donnent entière satisfaction à 3 alors... Le voicing, là encore, donne les trois types de sons déjà vus sur le combo (hard, metal, thrash pour schématiser) avec les mêmes variations et avantages que tout à l’heure. Le stack tient bien la puissance et ne se trouve débordé que si on pousse tout les volumes aux ¾ ce qui n’a musicalement aucune raison d’être.

Cette nouvelle mouture de la série Attax apporte un véritable plus par rapport au précédentes, avec des sons moins raides, gagnant en naturel et une musicalité très affirmée. Quant aux prix ils sont plutôt modestes au vu des qualités sonores de ces amplis, surtout en ce qui concerne le stack.


Autres infos
  • Look sobre et classe.
  • Fabrication top.
  • Sonorités convaincantes et en très net progrès.
  • Beaux sons clairs.
  • Beaux sons saturés.
  • Bon rapport qualité/prix.
  • Gestion des basses rigoureuse recommandée.
  • Prix indicatif :
    • Combo : 3 890 F TTC env.
    • Tête : 3 240 F TTC env.
    • Baffle 4x12 : 3 995 F TTC env.
  • Distribution : Camac

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
100 W 50 W Combo Stack Transistors
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Hughes & Kettner
Numéro
G&C 210 Guide d’achat 1999

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Audiences de Novembre 1999

2.  Transistube

3.  Elle deviendra votre obSession

4.  La machine s’emballe !

5.  La vie en Colorsound 2/3


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy