La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Hughes & Kettner se met en quatre

Hughes & Kettner Tube 50

Hughes & Kettner se met en quatre

D mars 1997     H 03:55     A Judge Fredd    


agrandir

Les allemands étant gens travailleurs et opiniâtres, H&K, après avoir frappé un grand coup avec ses nouveaux Attax, a décidé de se frotter au monde des amateurs de lampes avec de solides arguments.

Pourtant ledit monde, est souvent resté sur son quant-à-soi. Rappelons-nous du fantastique préampli Access ou du Triamp qui, malgré leurs indéniables qualités, furent l’objet de deux critiques majeures : trop chers et trop complexes. Nos cousins germains faisant parfois preuve d’une grande souplesse, Hughes & Kettner présente aujourd’hui la série des Tube, amplis tout lampes, économiques et simples d’emploi, comprenant deux têtes, 50 et 100W et deux combos, un 20W et le 50W objet de ce test.

Quatre-en-un

Côté robe, le Tube ne se distingue des Attax que par une plaque représentant une lampe chromée, fixée sur la toile avant, et la partie triangulaire métallique de sa face avant. Profitant de l’expérience acquise grâce au Triamp, H&K a imaginé un ampli deux canaux architecturé autour d’un étage de puissance comprenant deux EL34. Mieux, chacun des deux canaux peut fonctionner selon deux modes, A et B, ce qui donne quatre sons directement accessibles depuis le pédalier (fourni), qui se connecte à la prise DIN cinq broches sise au-dessus de l’entrée instrument et commande également la mise en/hors service de la reverb et/ou de la boucle d’effets. Chaque canal dispose de sa propre égalisation trois bandes, les deux partageant presence, reverb, boucle d’effets et master volume. Pour une utilisation sur scène, je conseillerais de positionner ce dernier réglage au moins aux trois quarts de sa course. Soulignons qu’on peut le pousser au maximum sans aucun problème de bruit de fond, de larsens intempestifs ou de détérioration du son. L’égalisation, et cela vaut pour les deux canaux, est extrêmement efficace ; le mieux est de faire ses réglages et ensuite de corriger le tout en poussant ou baissant la presence, l’ampli gardant une brillance conséquente même lorsqu’elle est à -5. Seul restriction sur l’égalisation, suivant la guitare utilisée, le volume développé, le canal et le mode sélectionnés, le HP (12" Celestion Rockdriver Pro, 8 ohms), réagit différemment aux basses. Il faut donc veiller à trouver un réglage qui convienne à tous les cas de figures.

Hughes & Kettner Tube 50

Sur le canal 1, le mode A n’est pourvu que d’un volume, ce qui le destine tout naturellement aux sons clairs jusqu’à 7 environ, après quoi il crunche. On dispose de beaucoup de brillance, d’attaques bien pétantes, les sons sont beaux et malléables. Si l’on souhaite plus de douceur, il suffit de baisser un peu le master. En mode B, le canal 1 propose un gain et un master. On commence par des sons clairs, en maintenant le gain dans le premier quart de sa course, on continue en passant par toutes les valeurs de saturation, du crunch façon Mellencamp à mi-course, jusqu’à du bon gros lead à fond. Les larsens fusent, le son est très chantant, des médiums efficaces permettant de taper exactement dans le registre que l’on désire. On le voit, ce mode est très versatile ; cela dit, on peut le cantonner aux sons crunchs, tant le canal 2 cartonne question saturax. Sur ce dernier, les deux modes partagent gain et volume. En mode A, on débute avec des crunchs plus agressifs que tout à l’heure, trip Webb Wilder dans le premier quart, AC/DC dans le second ; ensuite on obtient une saturation très rock, avec un beau sustain et pas mal d’harmoniques. En mode B, bonjour les hardos, grungeos et autres thrashos. C’est plein, joufflu et graillonnant, tout en préservant l’attaque et l’intelligibilité de chaque note à l’intérieur des accords. En règle générale, le Tube 50 combo est assez percutant ; ceux qui veulent plus de moelleux pourront soit se rabattre sur la tête 50W soit brancher le Tube 50 sur un baffle 16 ohms.

Vos quatre volontés

En dehors de ses qualités sonores, le point fort du Tube est de s’adapter aux désirs de son utilisateur : on peut s’en servir comme d’un deux canaux (clean/crunch, clean/lead, crunch/lead, lead/superlead), à la manière d’un trois canaux (clean/crunch/lead, crunch/lead/superlead) ou d’un quatre canaux (clean/crunch/crunch poussé/lead, clean/crunch/lead/superlead), on fait ce qu’on veut et tous les sons sont disponibles immédiatement au pied, quel pied ! Si l’on ajoute à cela, une boucle d’effets à niveau variable, mixable avec le son direct, une reverb de bonne qualité, une sortie ligne au format XLR avec Red Box (simulateur de HP H&K) intégrée, trois sorties HP (4, 8, 16 et 2x8 ohms), deux voyants pour signaler tout problème concernant les lampes de puissance, un logement pour le module MIDI MSM-1 de la marque (optionel) et un prix plus que raisonnable, on obtient un ampli vraiment très attractif.


Autres infos
  • Polyvalence
  • Rapport qualité/prix
  • Red Box intégrée
  • Canaux, modes, reverb et boucle contrôlables au pied
  • Master pleinement exploitable
  • Fabrication robuste
  • Risques d’accoutumance
  • Prix indicatif : 5 400 F TTC env.
  • Distribution : Camac

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
50 W Combo Lampes
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Hughes & Kettner
Numéro
G&C 183 Guide d’achat 1997

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Erazor Head

2.  Laurent Brondel et le Consortium

3.  Disto à donf’

4.  Cinq delays

5.  Les électriques


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy