La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Transistube

Fender Roc Pro 1000

Transistube

D janvier 1997     H 23:36     A Judge Fredd    


agrandir

Fender était pratiquement la seule major à n’avoir pas plongé dans le monde hybride du "transistube" ; c’est aujourd’hui chose faite avec la série Roc Pro qui ne manque pas d’arguments.

La finition est soignée : épais tolex, cornières et (plus discutables question stabilité) pieds métalliques. Métal encore pour le logo et la grille de protection du HP, qui semble en mesure de résister à des chocs assez violents. Le ROC Pro 1000 est un combo 100 W deux canaux, Normal et Tube Drive. Le premier, à transistors, est dédié aux sons clairs ; il comporte un volume une égalisation trois bandes et un switch mid shift qui rend les médiums moins agressifs. Le second, destiné aux sons crunchs et saturés, intègre une 12AX7/ECC83, à l’instar, de certains Valvestate. Lui aussi, comprend sa propre égalisation trois bandes et un volume, réglages auxquels s’ajoutent deux gains, utilisables séparément. Cela permet donc à ce canal d’offrir deux sons différents, disponibles instantanément, ce qui revient à dire que l’ampli est un trois canaux dont deux partagent égalisation et master volume. Pour le reste, on dispose d’une reverb à ressorts, d’une boucle d’effets à niveau variable (trois présélection) secondée par un réglage Effects Mix, pour un dosage fin du niveau de l’effet par rapport au son dry, d’une sortie External Speaker (8 Ohms), et d’une sortie Line. L’ampli est livré avec un footswitch (et son câble) commandant la commutation des canaux, des gains du canal Tube Drive et la mise en/hors service de la reverb. Une attache velcro, à l’intérieur de l’ébénisterie permet de l’amarrer lors des transports par exemple. Si l’on ajoute à cela un 12" Fender spécialement développé pour la série Roc Pro et un châssis dont l’aluminium, dixit le fabricant, est censé éliminer tout parasite radio ou autre, il est clair que Fender a tout fait pour que ces amplis soit réussis, pratiques et durables.

Fender Roc Pro 1000

Rock

En son clair, les aficionados de la marque ne seront pas dépaysés : attaque, corps, aigus claquants et clinquants, basses rondes et pétantes sont au rendez-vous. Avec des simples on sonne très vite à la SRV ou à la Mark Knopfler, avec des doubles on peut jouer le blues en alliant chaleur et nervosité. L’ampli suit bien les nuances en réagissant assez fidèlement aux variations de la main droite. Les corrections sont très efficaces, il n’est pas besoin de trop les pousser. Cela dit même en les poussant elles ne prennent jamais le HP en défaut. Le Mid Shift transfigure le rendu général et se montre bienvenu dès qu’on souhaite plus de moelleux. Le son reste clair sur pratiquement toute la course du volume ce qui autorise des niveaux conséquents d’autant que l’appareil dispose d’une puissance respectable. En mode saturé, la lampe entre alors en fonction, on dispose donc de deux gains : 1 et 2. Curieusement, sur l’appareil testé le 1 est plus puissant que le 2 en niveau, tout en produisant des saturations plus "vintage, bien que fort conséquentes. Le 2 est sans équivoque porté sur un saturax plus moderne et moins subtil, quoique... Là encore, l’égalisation est efficiente, sans reproche et permet un vrai travail de modelage de la saturation. Les sons crunch sont accessibles soit en leur dédiant le gain 1 ce qui demandera un réglage léger de celui-ci, le gain 2 servant alors à atteindre des saturations plus prononcées. Une autre solution nous est offerte par la sensibilité de l’ampli aux attaques et au niveau du signal entrant : on peut très bien sur un gain comme sur l’autre disposer de sons très saturés avec le volume de la guitare à fond, on aura alors deux couleurs de saturations différentes, et en baissant le volume revenir à des sons crunchs voire clairs en jouant aux doigts par exemple. Bien entendu, ces pratiques sont très courantes quand on joue sur un ampli tout lampes, mais il convenait, l’appareil utilisant une technologie différente de souligner qu’elles étaient ici aussi possibles. Même constatation dans ce mode : le Roc Pro n’usurpe pas ses 100W. La boucle est très performante (merci le réglage de Mix) et devrait pouvoir s’adapter à n’importe quel type d’effet. La reverb en revanche, ne supporte pas les taux supérieurs à 2 sans devenir franchement dérangeante.

Pro

Le Roc Pro est sans conteste un ampli digne d’intérêt, polyvalent, qui se situe largement au niveau de ses concurrents, tout en gardant, pour les sons clairs entre autres, une personnalité Fender très marquée. Seul son prix pourrait le mettre en difficulté face aux Marshall et autres Peavey de même technologie (le Roland étant dans la même zone de prix que le Fender). Cela dit, très honnêtement, la qualité de finition du Roc Pro se situe tout de même un ton au-dessus de la concurrence. Seul le temps et l’usure pourront nous dire si cette option s’avérera payante.


Autres infos
  • Qualité des matériaux et de la finition
  • Grosse puissance
  • Polyvalence sonore
  • Footswitch fourni
  •  Disparité de niveau entre les deux gains
  • Prix indicatif : 4 550 F TTC env.
  • Distribution : Gaffarel

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
100 W Combo Hybride
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Fender
Numéro
G&C 181

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Audiences de Novembre 1999

2.  Transistube

3.  Elle deviendra votre obSession

4.  La machine s’emballe !

5.  La vie en Colorsound 2/3


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy