La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Dossiers » Un siècle de guitare » Les amplis du siècle » Marshall 100W

Marshall 100W

D janvier 2000     H 23:40     A Judge Fredd    


agrandir

Après la guerre, Jim Marshall batteur de son état ouvre un magasin de batterie à Hanwell dans la banlieue de Londres. L’endroit devient vite un lieu de rendez-vous assez décontracté au contraire des magasins de musique plus traditionnels du centre ville.

Parallèlement, le bouillonnement US et le succès des Shadows aux States popularisent les tous nouveaux produits musicaux américains, notamment Fender. Oui mais voilà : Fender n’est pas importé en Angleterre. Marshall décide donc de faire venir du matériel américain et de le vendre dans son magasin qui, du coup, se dote d’un atelier de réparation dont s’occupe Ken Bran, roadie et technicien. C’est lui qui suggère à Jim Marshall l’idée de réaliser un ampli moins cher, car fabriqué sur place. Le premier ampli de la marque emprunte un maximum au Bassman, mais très vite les choses évolueront et la suite est Histoire...

Tête JTM45/100

En 65, sur la demande insistante de Pete Townshend et d’autres guitaristes en mal de puissance, Marshall se lance dans la réalisation d’un prototype 100W. L’équipe reprend le préampli du JTM45 et son transfo de sortie qui va causer bien des problèmes vu qu’il n’est pas censé aller au-delà de 50W et est déjà juste pour le JTM 45. Ils reprennent aussi, de Vox, l’idée du quartet de lampes de puissance. Le premier essai se fait avec quatre 6V6 (60W prévus) et une lampe GZ34 rectifieuse : le transfo de sortie saute. Après plusieurs autres tentatives, Marshall en vient à virer la GZ34 au profit de transistors, à utiliser, pour la première fois au monde sur un ampli de guitare, un transfo de sortie 100W et opte pour des KT66 en puissance.

Côté baffle, là encore, l’influence du Bassman 4x10 est patente. On remplace les 10" par des 12" seuls capables de restituer la puissance incroyable de ces têtes ; Pete Townshend apporte l’idée des deux baffles empilés et du pan coupé. En 66, Marshall prend la géniale décision de remplacer les KT66 par des EL34 tellement plus musicales. Un ampli de légende est né : le 100 W va faire carrière jusqu’à nos jours, à travers les séries JCM 800, 900 et 2000 et inspirer un nombre incalculable de copies. On le voit, son importance est grande car, non seulement il va devenir une icône du rock, mais son développement a généré plusieurs avancées techniques : abandon des lampes rectifieuses sur toute la gamme Marshall, adoption des EL34, concept du baffle 4x12, puissance énorme.

Il ne tarde pas à être adopté par les groupes les plus en vogue de la planète (Who, Hendrix, Deep Purple, Cream etc.) et par un curieux retour des choses, les amplis Marshall font l’objet d’un furieux marché noir aux US, l’offre ayant du mal à satisfaire la demande ; amusant quand on pense que Jim Marshall avait commencé par importer des amplis américains durs à dénicher en Angleterre.

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
Lampes
Type d’article
Autres
Marques
Marshall
Numéro
G&C 214

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Alors ce salon ?

2.  La fille du retour de la vengeance 2

3.  Le Judge sur Dailymotion

4.  Et un Express un !

5.  Le « neck » plus ultra


Dans la même rubrique

31/12/1999 – Les amplis à modélisation

31/12/1999 – Les systèmes modulaires et le retour aux classiques

31/12/1999 – Soldano SLO 100

31/12/1999 – Le Boogie MkI

31/12/1999 – Le Vox AC30