La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Yeah !

Danelectro Double Cutaway (DC)

Yeah !

D juin 1999     H 23:21     A Judge Fredd    


agrandir

Elle trônait sur la pochette de notre deuxième CDrom en compagnie de Jimmy Page, et voici-t-y pas qu’à peine on s’disait que ça serait sympa si... eh ben... ils l’ont fait et elle nous revient en reissue 99 !

Pour ce modèle mythique, la Corée a été préférée à la Chine, probablement pour hausser le niveau de fabrication, encore que cela ne soit pas flagrant, car les chinois avaient mis la barre assez haut. Il semble qu’on ait voulu être en tout point fidèle à l’originale : tête coke bottle, double cutaway ouvert et équilibré, épais pickguard blanc et chantourné, chevalet en bois etc. On aurait bien sûr préféré que les attaches de bandoulières en plastique soient un peu moins fidèles à la tradition vu leur côté pas pratique du tout mais bon... On se mire volontiers dans le vernis noir, à la fois brillant, profond et... très facile à nettoyer. Une bande de simili cuir adhésif crème court tout autour du corps avec une ou deux petites bulles d’air. Cela dit, c’était aussi le cas sur les vraies donc à la limite, là encore, c’est de la fidélité aux traditions.

Danelectro Double Cutaway

L’électronique est semblable à celle de la U2 : deux simples lipsticks routés via un sélecteur trois positions, bénéficiant de deux doubles potentiomètres, volume (bague marron) et tonalité (bouton crème central). Tout cela donne à la guitare un éventail sonore chaud et authentique qui convient à merveille au jeu au bottleneck mais se montre aussi profitable pour le jeu satndard surtout dans un registre clair ou crunch. En son clair, la guitare possède un beau velouté sur le micro grave et produit des sons incisifs sans agressivité superflue sur le micro aigu. En son crunch, rendez-vous directement autour des années 69/70 sans passer par la case départ, et sans toucher 20 000 F TTC env. (Vu le prix de la DC c’est pas nécessaire) avec un moelleux bienvenu, un grain souple et des attaques tantôt pétantes tantôt fondantes. Les sons saturés sont accessibles mais d’une part la guitare n’est pas vraiment conçue pour ça et, d’autre part, les lipstick sont sensibles aux parasites (même si cela a été amélioré) qui se trouvent amplifiés par l’ultra saturax. A réserver à des utilisations ponctuelles donc.

Avec cette guitare on retrouve toutes les qualités que l’on avait pu apprécier sur la U2 agrémentées d’un look légendaire propre à séduire tous les Jimmy Page en herbe. Encore une qu’on est content de revoir.


Autres infos
  • Le look.
  • Les sons.
  • Le confort de jeu.
  • La qualité de fabrication.
  • Les attaches de bandoulières ne sont guère commodes.
  • Prix indicatif : 3 080 F TTC env.
  • Distribution : SMI

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Danelectro
Numéro
G&C 208

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  La guitare à sept Korn

2.  Micros Kinman : le choc !

3.  Nouveau et intéressant

4.  Ampeg SVT

5.  Venue Vidi Vici


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache