La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Effets/Multieffets » Stargate, la porte des étoiles

Boomerang Phrase Sampler

Stargate, la porte des étoiles

D mai 1999     H 14:24     A Judge Fredd    


agrandir

Avec le Pod, le Phrase Sampler Boomerang est probablement l’un des appareils qui vont réconcilier les guitaristes et l’électronique, et cela pour une très bonne raison : il est simple à utiliser et efficace en diable.

Le Boomerang se présente sous la forme d’un pédalier à peu près aussi long qu’un rack standard. Son châssis métallique gris à logo jaune, campé sur deux extra super patins antidérapants, inspire confiance. Il a été conçu pour que toutes les interventions puissent se faire au pied. On trouve donc un switch Thru/Mute, qui permet de muter le signal dry juste au dessus d’une large mollette grippante pour ajuster le volume des loops. Suivent cinq switches gris, l’un pour enregistrer/lancer les boucles, le second pour lancer/stopper les boucles, le troisième pour, ne jouer la boucle qu’une fois ou permettre à une boucle répétitive de se terminer de manière naturelle. Le quatrième, renverse la boucle qui est alors jouée à l’envers, tandis que le cinquième permet d’empiler de nouvelles interventions sur la boucle déjà enregistrée et/ou de changer la vitesse d’enregistrement ou de play-back.

Chaque commande est accompagnée d’une LED témoin verte, celle dite "record" flashant à chaque retour au début de la boucle quand elle est jouée. Deux autres LED complètent les tableau, une jaune pour le clip et une rouge indiquant que la vitesse est réduite de moitié. Au rayon connections, la prise du transfo (9V de base façon Boss, 300 mA min.), une entrée et une sortie jack flanquée de deux répliques au format RCA, un trim donnant plus ou moins de priorité au son samplé ou au son dry, et un switch trois positions, suivant que vous utilisez un instrument, une source de niveau ligne ou un micro. A noter la sortie RCA ne route que les boucles, pas le son dry, ce qui est idéal sivous désirez envoyer les boucles dans un ampli, un retour ou une tranche spécifique.

Boomerang

Placement

Il me semble préférable de placer le Boomerang le plus loin dans la chaîne, et si possible en fin de boucle même si cela peut vous sembler colorer un poil le son. La meilleure solution serait en fait la suivante : à la fin de la boucle d’effets placez soit un effet stéréo de type delay par ex, soit une AB box (avec fonction A+B), envoyez une sortie vers le retour de la boucle et l’autre vers le boomerang. Routez la sortie du boomerang vers un autre ampli de puissance et un deuxième baffle. Cela vous permet de le faire bénéficier de vos effets et du préampli de votre tête et dans le même temps de préserver votre son habituel, tout en disposant à côté d’une amplification spécifique pour les loops. Bon, c’est un peu de matos mais ça me semble mieux surtout en son saturé car cela évite que l’ampli ait tout à gérer.

De plus, rien n’interdit plus alors de faire tourner une boucle en son crunch avec trémolo (par exemple des nappes de guitare) et de jouer par dessus des traits en son over saturés avec un delay monstrueux, ce qui serait impossible sur un seul ampli. Enfin, lorsqu’on ne joue pas, le Boomerang émet un léger souffle si on ne baisse pas le volume à la molette ; l’envoyer sur un ampli de puissance supplémentaire dont les réglages seront optimisé pour le Rang évitera à votre ampli de magnifier ce souffle. Evidemment ce genre de routage est nettement plus aisé en studio ou home studio puisqu’il suffit d’envoyer la sortie du boomerang sur une autre tranche, ou même de le mettre en insert sur la table.

Ca ouvre la tête

Au bout de dix minutes on commence déjà à s’éclater. Les possibilités sont multiples :

  • jouer une rythmique et choruser dessus
  • bâtir des architectures harmoniques en empilant les samples les uns sur les autres
  • bruiter et là no limits...
  • passer les boucles à l’envers et enregistrer une nouvelle couche, puis tout remettre à l’endroit, la dernière couche se trouvant du coup à l’envers
  • enregistrer à demi-vitesse et lire la boucle en vitesse normale, elle est deux fois plus rapide et à l’octave au dessus. L’inverse est possible aussi la boucle est alors plus longue et à l’octave en dessous. On peut aussi mixer les enregistrement en demi vitesse avec des couches en vitesse normale.
  • lorsqu’on enregistre avec le reverse mode on, dès qu’on lance la boucle elle est lue à l’envers. Dans ce temps même de lecture, l’appareil enregistre ce que vous êtes en train de faire. Ainsi dès que la première boucle est lue, une seconde, de la même longueur s’enclenche, l’appareil enregistrant toujours ce que vous êtes en train de faire pour créer une troisième boucle qui va se lancer dès que la lecture de la seconde sera terminée.

On le voit, le Boomerang ouvre pas mal de portes : créativité d’abord, la combinaison de toutes ses possibilités offrant un champ d’investigation monumental ; pédagogie ensuite car rien n’interdit de s’en servir pour comprendre tel ou tel lick en le passant en demi-vitesse ; rigueur enfin, surtout sur le plan rythmique où il faut assurer tant lors du bouclage lui-même que lorsque vous jouez par dessus.

Voilà donc un appareil superbe qui reprend les choses là où le regretté Jam Man les avait laissées. Dommage qu’il ne soit pas un poil moins cher ce qui l’aurait plus sûrement démocratisé. Cela dit, puisqu’il est en France désormais, ne boudons pas notre plaisir.


Autres infos
  • Ouvre tout un champ d’investigation.
  • Booste la créativité.
  • Habitue à la rigueur.
  • Très facile d’emploi.
  • Un prix un peu plus serré et cela aurait été parfait.
  • Prix indicatif : 3 900 F TTC. env.
  • Distribution : La Pédale

 

Mots-Clefs

Effets
Sampler
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Boomerang
Numéro
G&C 207
Type d’effet
Pédalier

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Outsider à considérer

2.  Crunchy boy

3.  Ca glisse au pays des merveilles

4.  L’arrivée remarquée

5.  Anthagram, pic et pic et colegram


Dans la même rubrique

23/04/2015 – La fuzz de 007

21/04/2015 – Parce qu’on n’est pas des moutons

22/12/2014 – I’ve got the six, gimme your nine !

27/10/2014 – Souveraine

21/06/2014 – Wacko Tango