La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Hot, bluesy and righteous

Gibson Les Paul Standard Billy Gibbons Burst Aged

Hot, bluesy and righteous

D 20 juin 2010     H 11:08     A Judge Fredd    


agrandir

Tous les fans du Lil’ Ole Band From Texas, connaissent Pearly Gates, la Les Paul 59 de Billy Gibbons, partie intégrante et indispensable de la légende ZZ Top. Gibson et Gibbons en proposent une réplique en quantité très limitée, dans les séries Inspired by, et devinez quoi... l’une d’entre elles s’est arrêtée un moment dans nos locaux !

Pearly Gates est l’une de ces très recherchées Les Paul Standard Sunburst de 1959. Billy Gibbons l’a achetée à un fermier texan qui, lassé de la conserver sous son lit sans la jouer, l’avait mise en vente pour quelques 250 $. Ca faisait un moment que Billy Gibbons était à la recherche d’une Les Paul et il venait de toucher quelques dollars provenant de la vente d’une Packard (c’est cette voiture qui originellement portait le nom de Pearly Gates) prêtée à une amie partie s’établir du côté de Los Angeles. Comme il le dit lui-même, il était loin de se douter ce jour-là de l’influence qu’allait avoir cet instrument sur son son, sa musique, son groupe, sa carrière, sa vie : « Elle a été assemblée lors d’un de ces jours marqués par le destin, avec la colle idéale, les bois idéaux et une électronique qui a y a parfaitement trouvé sa place. A ce jour, je n’ai trouvé aucune autre guitare qui possède sa puissance brute. »

Gibbons Burst aged

Precious And Grace

Annoncée début 2009, il a fallu attendre le mois de juillet pour voir la Les Paul Standard Billy Gibbons mise en vente. Produite à 350 exemplaires, elle se décline en trois séries différentes :

  • VOS, la moins chère (autour de 9 000 € tout de même), 250 exemplaires dont une cinquantaine ont été préemptés par Gibson et Billy G. himself pour distribuer à des potes ou autres (y a des veinards quand même... Et moi ? J’en ai pas eu...), il devrait donc en rester 200 à l’achat.

  • Aged mais non signée, comme celle qui nous occupe aujourd’hui, produite à 50 exemplaires, qui gagne par rapport à la précédente un relicage de haut-vol, oeuvre de Tom Murphy, reproduisant à l’identique, tous les stigmates, toutes les marques et usures que l’original a accumulé en cinquante années d’existence. A ce niveau, le relicage devient de l’art.

  • Aged, comme la précédente mais numérotée et signée de la main de Billy Gibbons à l’arrière de la crosse, elle coûte autour de 21 000 €, ce qui fait un peu cher de la signature quand même... 50 exemplaires également.

La guitare qui nous occupe a été achetée par Laurent, son heureux propriétaire, pour 11 000 euros en Suisse, à l’époque où l’euro était encore au top. Cet amoureux des Les Paul sunburst 59, constatant que, sauf miracle, il n’aurait jamais la possibilité d’en acquérir une (trop chères, trop rares), a littéralement pisté les Billy Gibbons Burst et a fini par toucher son graal de l’autre côté des Alpes. Conscient de sa chance, il a eu la gentillesse de nous appeler pour nous faire partager autant que faire ce peut sa béatitude. Entre parenthèses, c’est pas malin passque maintenant, j’ai constamment l’impression qu’il me manque une guitare...

She’s Just Killing Me

On ouvre le luxueux étui, pour découvrir une couverture blanche de protection ornée du nom de la gratte en lettrage western et de la signature du maître, ainsi qu’un petit livret qui, comme pour toutes les Inspired By Series, recèle une photo de l’originale et de son maître en action plus un certificat d’authenticité qui nous apprend que nous tenons la trentième guitare de la série entre nos mains. Très légère, la belle présente une table plain, un poil tigrée, simple d’aspect, très roots. On passe un moment à admirer les pains, l’usure du vernis, que ce soit sur le manche, la table ou l’arrière du corps. C’est très classe même si l’on ne goûte guère les relics, l’illusion est parfaite et alors même qu’on sait pertinemment qu’on n’a pas affaire à la vraie, on a quand même l’impression de toucher un morceau de légende. C’est très troublant. Sans parler du nombre de personnes qui s’y sont laissées prendre, au journal comme à l’Atelier 58 : « Oh dis donc elle a bien vécu celle-là ! », « Elle est de quelle année cette Les Paul ? », « Y a pas à dire c’est vraiment beau une vraie Les Paul vintage » etc. Bref, je promets solennellement que le jour où je rencontre Tom Murphy, ce dieu vivant du relicage, je me prosterne à ses pieds. Le seul point litigieux à ce stade vient du sillet dont la matière n’est peut-être pas aussi noble que ça (serait-ce du plastique ?).

Autres détails éclatants, le sélecteur trois positions est dur à actionner comme s’il avait rouillé, sa rondelle plastique est vierge de toute inscription, ça c’est effacé avec le temps, les cordes sont montées comme sur l’originale, passant par-dessus le cordier, bref tout a été mis en oeuvre pour parfaire l’illusion.

Le manche remplit bien la main mais n’est pas non plus une bûche, les sensations de jeu s’avèrent très agréables et cette guitare est sans aucun doute une des meilleures Les Paul sur lesquelles il m’ait été donné de jouer. Le 010/046 passe comme une lettre à la poste, tirés faciles, action plutôt basse, tout baigne. La guitare vibre de partout, on sent les vibrations dans la main gauche, sous le bras droit, sur le ventre c’est... sensuel à souhait ! A vide, elle sonne déjà profond et brillant à la fois, le sustain naturel, jouissif, impressionne.

Billy Gibbons et les Pearly Gates

Have You Heard ?

La Les Paul Standard Billy Gibbons est équipée de Seymour Duncan Pearly Gates, des made in USA authentiques, qui sonnent comme les premiers que la marque avait sortis dans les 80s et s’approchent autant que faire se peut des sonorités des PAF 59 de Pearly Gates. Le grave est un peu sourd, un peu boueux, mais comme on a beaucoup de latitude avec les volumes, il est facile de l’éclaircir en baissant un peu, la position optimale se trouvant vers 8,5/9 au volume. Quand on descend vers la moitié, et ce sur les deux micros, on crunche. En descendant encore on arrive à des sons clairs même sur un canal très saturé, l’idéal pour revenir sur le riff de La Grange juste après le solo, si vous voyez de quoi je parle. Sélecteur en position milieu le jeu sur les volumes offre quantité de variations de rendu avec des sonorités parfois ultra jazzifiantes (ben oui c’est une les Paul donc elle est toute-puissante). L’aigu donne envie de franchir la frontière mexicaine, à fond la caisse, dans un hot-rod bourré de girls en essayant de ne pas se faire « Arrested For Drivin’ While Blind ». C’est de la balle ! Beaucoup de corps, des basses qui se tiennent, le côté assez creusé typique de la Les Paul avec, dès qu’on joue sur les mids, le retour des harmoniques sifflées, inséparables du son blues/boogie musclé cher au Reverend Willy G. Bref, le Judge est plus que conquis, lui qui pourtant était resté dubitatif lorsqu’il avait appris que Pearly Gates allait être clonée.

Billy Gibson et les Gibbons Guitars (à moins que ce ne soit le contraire ;-) ne se sont pas moqués du monde : cette Les Paul Standard Billy Gibbons Burst Aged donne clairement envie de jouer et on regrette que son prix la destine plutôt à être exposée dans une vitrine. Espérons qu’à l’instar de Laurent (que je remercie encore une fois pour sa gentillesse), les autres acquéreurs seront des passionnés et non simplement des collectionneurs avisés, et qu’on pourra en voir et en entendre quelques-unes sur scène ou en studio, parce qu’elles le valent bien !


Autres infos
  • On a vraiment l’impression de toucher la vraie
  • Travail de relicage impressionnant
  • Confort de jeu
  • Légèreté
  • Sons authentiques
  • Trop rare, trop chère pour la plupart d’entre nous...
  • Attaches de bandoulière un peu minces, fidélité oblige
  • Prix indicatif : autour de 12 500 €
  • Distribution : Gibson Europe

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Musiciens/Groupes
Billy Gibbons ZZ Top
Marques
Gibson
Numéro
GX39

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Où il peut être avantageux d’avoir un gros doigt pour jouer de la guitare

2.  Corps mince, son gras

3.  Born under a good sign

4.  Une vraie petite teigne !

5.  Un Greta pour ta tegra ?


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache