La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Dirty Thirty

Budda Superdrive 30 Series II 1X12 Combo

Dirty Thirty

D 20 octobre 2010     H 19:39     A Judge Fredd    


agrandir

Chez Budda, ils l’ont surnommé Dirty Thirty, et il faut bien avouer qu’il n’usurpe pas son surnom même s’il est aussi capable de beaux sons clairs. Vous recherchez un combo puissant et bien fait ? Lisez donc ce qui suit.

Budda bénéficie désormais de la puissance de feu de Peavey, ce qui lui permet de développer sa gamme tout en préservant l’originalité de ses produits. Accessoirement, cela va nous permettre à nous autres guitaristes européens de voir un peu plus d’amplis Budda et de Bud-Wahs aborder nos contrées et ça, on ne s’en plaindra pas.

Le Superdrive 30 II est assez imposant pour un 30W, il y a de la place, à tel point que le HP Budda Phat 12 (un 12” donc) paraît plus petit qu’il ne l’est en réalité. Avec la grille de ventilation du panneau arrière cela permettra en tout cas aux lampes de respirer. Tout est plutôt classe sur cet ampli, vinyle, liseré crème à l’avant, châssis et logo violets (couleur emblématique de la marque), poignée type cuir très agréable, boutons de potards en pointe de flèche, connecteur du jack HP métallique etc. Bref de la belle ouvrage comme on dit. La tête abrite trois 12AX7 en préamplification, quatre EL84 en puissance et une 5u4 rectifieuse.

Budda Superdrive 30 Series 2

Zen comme un jardin

Habitués qu’on est aux amplis modernes et à leurs armées de potards, on trouve, a priori, le panneau des commandes de ce Budda un poil clairsemé pour un deux canaux, mais rassurez-vous tout est là : Power et Standy (libellé Go/Rest), un master volume qui se tire pour opérer le changement de canal lorsque le footswitch n’est pas branché, égalisation 3 bandes avec un potard de mids qui se tire pour fonctionner en mode « Modern », soit des mids moins présents et, parallèlement un renforcement des basses et des aigus, le Drive (gain) du canal Drive, le volume du canal Rythm qui lui aussi se tire pour donner accès à un mode Bright. Et on termine avec les entrées instrument et footswitch.

La face arrière n’est pas plus encombrée que la face avant : Send et Return de la boucle d’effets, sortie Slave avec son volume pour inféoder un deuxième ampli au Budda, deux sorties HP (on peut déconnecter le HP interne) avec leur sélecteur d’impédance, embase secteur et fin du coup.

On regrette l’absence de LED témoin sur l’ampli ou sur le footswitch indiquant sur quel canal on se trouve. Bien sûr, avec l’habitude on finira par se repérer à l’oreille mais j’ai trouvé ça peu pratique lors d’une première prise en main surtout si on se sert de sons crunchs sur les deux canaux et je ne pense pas que l’ajout d’une LED au moins sur le footswitch soit si problématique...

Les sons clairs se révèlent assez droits, dans la lignée traditionnelle des amplis US. Le mode Modern (bouton de mids tiré) n’a que peu d’action sur eux. Par contre le Bright est très efficient et permet d’obtenir ces attaques claquantes et aigus étincelants chers au rock ricain et à la country. En poussant le Rythm volume un peu en dessous de la moitié, on commence à cruncher et, plus on va monter, plus cela va s’épaissir avec un très beau grain et des harmoniques musicales à souhait. Attention tout de même, cela s’accompagne d’une nette hausse du volume, les 30W revendiqués étant tout sauf anémiques.

Sur le canal Drive, on retrouve cette texture sonore riche en harmoniques, ouverte, sans compression « surnaturelle », assez épaisse sans jamais devenir brouillonne. Le passage en mode Modern, est ici intéressant et porte bien son nom. On obtient des saturations un peu plus actuelles, sans toutefois donner dans le ronconcon metal hein, c’est pas du tout le propos. Par contre les affcionados du boogie rock qui mettent de temps à autre un orteil sur les plate-bandes du hard y trouveront de quoi s’amuser. Des sons plutôt séduisants dans l’ensemble, généreux et texturés, une bonne dynamique, une vraie réactivité au jeu de la main droite et au variations de volume sur la guitare, voilà un ampli qui vous donne ce qu’il a promis. Reste qu’il n’est pas... donné justement.

Multiplication des Budda

Signalons que cet ampli se décline aussi en combo 2x12 ainsi qu’en stack et que si jamais 30W c’était encore trop pour vous, il existe aussi en version 18W, avec seulement deux EL84. De quoi se convertir au « buddisme » .


Autres infos
  • Classe
  • Bien fait
  • Sonorités convaincantes
  • Mode Modern
  • Absence de LED témoin (voir texte)
  • Prix indicatif :
  • Distribution :

Portfolio

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
30 W Combo Lampes
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Budda
Numéro
GX41

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Le tremolo ultime ?

2.  Audiences de Janvier 2001

3.  Xciting

4.  Faites chauffer les doigts !

5.  L’échappée belle


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy