La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Universalis

Fret King Supermatic

Universalis

D 20 avril 2011     H 14:41     A Judge Fredd    


agrandir

Avec cette Supermatic Trev Wilkinson nous propose la guitare ultime, "the only guitar you’ll ever need" et il faut bien avouer que s’il y a une guitare qui peut y prétendre c’est bien celle-là, vu ce qu’elle offre en matière de souplesse et de possibilités.

En gros, on part du modèle Corona de la marque (strato) avec un corps en aulne aux arêtes semblant un peu moins arrondies, un peu plus "ibanesques" si on veut, que sur le modèle de base. Le manche, d’une pièce d’érable, fixé en quatre points, reçoit une touche palissandre 24 cases. L’accessibilité est optimum grâce à la découpe généreuse de la corne inférieure. Bref on arrive à quelque chose d’emblée assez consensuel pour satisfaire un grand nombre d’entre nous.

Fret King Supermatic

Polyvalence toujours, Fret King a opté pour une config HSH, drivée par un sélecteur cinq positions. On connaît la souplesse de ce type de config, capable d’assurer aussi bien en son clair que crunch ou saturé, de produire des sons de simples convaincants autant que des sons de gros humbuckers bien méchants. Mais, pour pousser le vice un peu plus loin, Trev Wilkinson lui a adjoint le système Vari-Coil, un potentiomètre qui permet un passage progressif des humbuckers vers un son de micro simple avec la possibilité de s’arrêter à ’importe quel point entre les deux. C’est comme si vous aviez la possibilité de splitter vos doubles mais... plus ou moins, bonjour la richesse sonore, c’est assez incroyable.

Autotune

Tout ça est déjà bel et bon mais la killer feature de cette Supermatic, celle qui lui a donné son nom, c’est le chevalet Wilkinson ADT440 et ses six micros moteurs gérés par un microprocesseur, ainsi que le capteur magnétique qui le renseigne sur l’état de l’accordage de chacune des six cordes. Un afficheur indique l’état de l’accordage ainsi que le défilement des différents pré-réglages etc. Le système s’utilise assez simplement : il suffit de presser 3 secondes le bouton sis en bas du capteur pour voir défiler les numéro des presets en mémoire : standard, Drop D, Open de Sol, Open de Mi, DADGAD et un spécial. Si vous n’avez pas l’usage d’un ou plusieurs de ces presets et que vous préférez par exemple, disposer d’un accordage standard en Mib ou d’un Drop C etc. Libre à vous de le mettre en mémoire à la place d’un des presets d’usine. Un petit manuel regroupe les différentes manips possibles sur le système (appel d’un preset, enregistrement de preset, factory reset etc.) mais les opérations basiques sont très vite évidentes et ne demandent plus de réflexion. Le changement d’accordage est rapide et peut se faire silencieusement pendant que vous parlez à votre public entre deux morceaux.

Détail

Les sensations de jeu rappellent le monde strat, version un peu raide. Je sais que certains guitaristes apprécient ces guitares qui demandent qu’on leur rentre dans le chou, personnellement je n’aurais rien contre un peu plus de souplesse, un peu plus de confort de jeu, surtout dans les tirés. Cela étant la guitare reste égale à elle-même quel que soit l’accordage : on n’a pas de mauvaise surprise façon corde nouilles trop cuite ou , au contraire câble de frein trop tendu ; sous les doigts, on retrouve des sensations de jeu dans la moyenne, semblables d’accordage en accordage. On accède facilement aux aigus et on bénéficie des qualités ergonomiques d’une superstrat si l’on excepte le talon qui aurait pu être plus contouré

Niveau son, ça claque, là encore dans un esprit très fendérien. Du coup, le son des doubles en mode double est un peu trop droit et passe-partout, et quand on les bascule sur le mode simple ou entre les deux mais plus proche du simple on a des sons plus en accord avec la lutherie. Fret King a voulu pour cette guitare une polyvalence extrême. De ce point de vue c’est très réussi et la guitare pourra se balader sur une majorité des styles musicaux actuels. La rançon de cette polyvalence, comme toujours, c’est un manque de personnalité propre.

Efficace et prometteur

Le Supermatic est à ce jour et de mon point de vue le système d’accordage automatique à la fois le plus simple, le plus discret, le plus économique et le plus efficace à mettre en œuvre sur scène. A tel point qu’on aimerait bien que Trev Wilkinson l’adapte à d’autres modèles, voire le propose seul à la vente. La Fret King Supermatic fera une excellente guitare pour vos accordages alternatifs sur scène et intéressera aussi ceux dont le répertoire demande beaucoup de sonorités différentes.


Autres infos
  • Système Supermatic
  • Discrétion du dispositif
  • Polyvalence
  • Accès aux aigus
  • Vari-Coil
  • Léger manque de caractère (rançon de la polyvalence)
  • Prix indicatif : 2 150 €
  • Distribution : Saico

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Fret King
Numéro
GX44

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  La nouvelle Kisstare

2.  Suite et faim...

3.  Audiences de Juin 2000

4.  Deux nouvelles ouah ouah au chenil

5.  Audiences de Février 2001


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache