La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » La nuit du chasseur

Meloduende Hunter

La nuit du chasseur

D 20 avril 2011     H 16:50     A Judge Fredd    


agrandir

Décidément les français aiment les métaux et savent les travailler. C’est le cas de Meloduende, fabricant artisanal de guitares en aluminium qui nous a confié sa Hunter à la déco très automobile.

L’aluminium est un alliage dont les éléments principaux peuvent varier. Cela fait l’objet d’un codage sur quatre chiffres. C’est ainsi que le 6061 ici utilisé fait partie de la famille des 6000, alliages dont les deux principaux composants sont le magnésium et le silicium. Ce type d’alu se déforme et se soude facilement ce qui en fait un excellent candidat pour la fabrication de corps de guitares. Il présente d’autre part une excellente résistance à la corrosion. Entièrement façonné à la main, le corps, creux, de la Hunter, de type single cut reçoit une déco dite H2O, noire avec deux stripes aluminium façon GT et une autre bande alu argentée sur la tranche. Le manche, un Warmoth en érable, est surmonté d’une touche en palissandre, 22 cases, avec repères en alu (tant qu’à faire...). Le tout bénéficie de la liaison Duende, à savoir une pièce d’aluminium reliant le talon du manche au chevalet, en l’occurrence, un imposant vibrato Stetsbar chromé comme l’ensemble de l’accastillage. Il offre des sentations très vintage tout en étant pensé de façon très moderne et équilibrée avec ses deux ressorts latéraux et un bras qui se visse en position centrale. Il fonctionne très bien et préserve l’accordage si on évite les dive bomb extrêmes pour lesquels il n’est pas conçu.

Call me the Hunter

Love

Pour le reste de l’accastillage (métallique et chromé donc) on a les rings et les capots des deux Bare knuckle « The Mule », deux boutons de potentiomètres, le capuchon du sélecteur trois positions, six mécaniques Gotoh 510 à bain dhuile, très douces et progressives au profil très bio design, doux sous la main, la plaque de protection de la cavité électronique à l’arrière, deux staplocks Schaller complets et le cache truss rod. Le manche, fixé en quatre points à hauteur de la seizième frette, reçoit une touche palissandre et un sillet en os. L’accès aux aigus s’avère un poil plus facile que sur une Les Paul, mais en l’absence d’efforts particulier sur le contourage du talon, le gain n’est pas énorme quand même. La tête, un poil anonyme, reçoit le logo M maison. Niveau finiton et ajustage tout est net et clean avec juste un très léger interstice sur un côté de la jonction corps/manche mais rien de bien grave. Le profil en D n’est pas désagréable, la guitare, à vide procure un réel confort de jeu avec des tirés faciles, une action dans la moyenne et une bonne tenue d’accord. On note d’emblée un sustain naturel au-dessus de la moyenne, du à l’aluminium et au système Duende. Les attaques sont précises et nettes. Pour ceux qui se posent la question, par rapport aux guitares en acier que j’ai pu essayer, on n’a pas de vibrations secondaires, pas le côté grognement de l’acier. En revanche on a une sonorité plus droite, plus propre, moins connotée. Le poids de cette Hunter est dans la bonne moyenne, elle est bien équilibrée en position debout, il ne nous reste qu’à brancher l’oiseau.

tryptique

Hargne

On dispose d’un volume, une tonalité et un sélecteur trois positions. Les spécialistes noteront la présence de potards CTS et d’un treble bleed pour garder au son sa brillance, même lorsqu’on réduit fortement le volume. On commence avec de très beaux sons clairs, veloutés sur le micro grave, à la fois doux et aux attaques nettes, détachées, sur la position intermédiaire, et un micro aigu au rendu plus canard mais très exploitable lui aussi. La tonalité, très efficace, permet en outre des variations intéressantes. Cela est encore plus vrai sur les sons saturés. Ces derniers raviront ceux qui aiment le graôuh mais... précis, avec chaque note clairement audible. Sur cette Hunter, les Barenuckles sonnent moins gras qu’à l’habitude. Le tout conviendra très bien pour des saturations californiennes avec sons creusés et tranchant sans excès. Bref, si l’on excepte, le côté un poil brouillon des cordes graves sur le micro grave en mode très saturé, la Hunter délivre un son haute fidélité qui pourra paraître à certain un peu trop droit, mais dote la guitare d’une polyvalence plus grande qu’attendue.

La Hunter Meloduende est une bonne guitare, bien faite, confortable, livrée dans un bel étui, un peu chère, mais unique et qui gagne à être connue.


Autres infos
  • Look
  • Finition irréprochable
  • Sustain
  • Confort de jeu
  • Qualité des composants
  • Ça a son prix
  • Prix indicatif : 3 100 €
  • Distribution : Meloduende

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Meloduende
Numéro
GX44

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Petit budget, gros coeur

2.  Achille/Personne n’est parfait

3.  Du potentiel et de la ressource

4.  Sans passion

5.  Une grosse frette dans mon bock


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache