La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Block en Stock

Ruben Block Triggerfinger

Block en Stock

D 28 mai 2011     H 12:36     A Judge Fredd    


agrandir

Triggerfinger a enregistré son dernier opus, All This Dancin’ Around, en Californie. L’album est sorti le 31 mars dernier en France mais avant cela, Ruben Block et ses acolytes nous avaient gratifié d’un concert parisien durant lequel ils avaient joué quelques-unes des nouvelles chansons en avant-première. Bonne occasion pour aller causer gratounes avec Ruben, guitariste/chanteur aux choix originaux.

Tu es un gros amateur de Gretsch, peux-tu nous parler des tiennes ?

Oui la Red Anniversary est une de celle que j’ai depuis vraiment longtemps, c’est en quelque sorte une pièce unique car elle est de la même couleur que la Gretch Monkees, Red Cardinal, elle date de 64 et normalement il ne les faisaient qu’en Sunburst, Cadillac Green etc. J’en ai eu deux, mais la rouge est vraiment spéciale avec de très beaux bas mediums, beaucoup de grain, vraiment je l’adore.

JPEG - 182.7 ko

T’es sûr que c’est pas à cause la couleur ?

Qui sait ? Peut-être...

Tu as changé le micro grave de cette guitare non ?

Oui je n’utilise pas souvent le micro grave mais j’ai voulu avoir les deux même micros. Donc j’ai enlevé celui d’origine et j’ai mis un micro Gretsch à la place. Ca sonne plus doux, plus harmonieux. Mais j’essaierai peut-être autre chose, pourquoi pas des TV Jones. Ils ont un modèle « De Armond » le T-Armond que j’ai installé sur une Gretsch Clipper de 56 que j’ai ici, celle qui a un finish naturel. Normalement c’est une guitare avec un seul micro en position manche et donc j’ai rajouté ce micro en position bridge.

J’ai une deuxième Clipper, Gold, du début des 60’s que j’ai trouvée aux US lors de l’enregistrement de notre album en Mai pour 800 $. Elles ne coûtent pas trop cher car elles ne sont pas très recherchées par les collectionneurs, mais ce sont de très bonnes guitares. J’aime leur son énorme avec ces basses bien fat, bien rondes, beaucoup de feedback, j’aime le feedback, quand la guitare hurle vraiment tu vois. Elle aussi je lui ai rajouté un micro aigu, un vieux P90 Dog Ear qui sonne wow !

Comme sur ton arme secrète l’ES295 ?

Aaaah celle-là... donc oui pour résumer la Gretsch rouge et l’ES295 sont mes deux guitares favorites, celles que j’emporterais si je devais finir mes jours sur une île déserte.

Un choix logique, période Scotty Moore, d’ailleurs tu as la même approche de la guitare qui est là pour servir le chant.

Exact. De toute façon, j’ai appris la guitare avec le rockabilly, c’est avec ça que j’ai commencé. Poison Ivy des Cramps m’a beaucoup influencé, je l’ai vue avec sa Gretsch et je me suis dit : « Quelle attitude ! » Elle n’a pas un jeu technique ou démonstratif, elle sait être inventive avec peu et elle a de l’énergie, la rock attitude. Et ce que j’aime c’est qu’elle a une identité bien à elle comme guitariste. C’est ce qui compte vraiment, plus que la vitesse à laquelle tu joues.

Cela dit, j’aime la vitesse, surtout quand j’écoute de vieux countrymen comme Speedy West et Jimmy Bryant, c’est super cette Telecaster et cette pedal steel qui s’imbriquent à tel point et avec une telle rapidité que parfois tu as du mal à savoir qui joue quoi, c’est dingue, comme de la musique de dessin animé.

JPEG - 406.5 ko

Côté amplis j’ai vu un Fender...

Non c’est un Victoria, une copie de Twin moins puissante que l’original, 40W, je l’ai acheté aux states pendant qu’on enregistrait l’album et je l’ai rapatrié parce qu’il est vraiment super et d’ailleurs on est en train d’en faire une copie version tête avec le gars de www.freeqi.com ; il a fait pas mal de répliques et d’amplis à lui. Ça devrait être prêt bientôt. L’autre ampli est un Hiwatt 50W DR504

Comment les utilises-tu ? Ton son est un mix des deux ou tu switches de l’un à l’autre ?

Le Victoria est l’ampli principal qui est toujours On, et je rajoute le Hiwatt par exemple pour les solos, où j’ai besoin que le son soit plus gros et plus large. En fait, c’est un peu comme en studio quand tu doubles tes guitares sur le chorus. Du coup c’est assez facile d’avoir les mêmes variations d’intensité que sur le disque.

La pédale que j’utilise le plus est cette grosse boîte argentée, c’est une copie d’un vieil Overdriver Colorsound légèrement modifiée, un genre de Clean Gain Booster avec une égalisation deux bandes. Le truc c’est que tu gagnes en grain en épaisseur mais tu ne peux pas vraiment gagner beaucoup en volume, c’est pour ça que j’ai commencé à utiliser un deuxième ampli.

Sur cette pédale il y a aussi d’autres potards.

Oui parce qu’il y a deux boosts, l’un venant d’une Roland Bee Baa, une vieille fuzz qui comportait une section clean boost. La pédale que j’utilise est donc un truc unique, une combinaison bien à moi, je l’ai depuis des années et c’est un peu la base de mon son, à tel point que j’arrive à retrouver mes marques grâce à elle, même lorsqu’on joue à l’étranger sur des amplis de location. Il me suffit d’un bon ampli clean, genre Vox ou Fender Blackface et c’est bon !

JPEG - 186.5 ko

Sinon tu as aussi un Tremolo Boss, un égaliseur graphique avec une EQ très creusée...

Oui c’est pour avoir un tout petit son, dans des intros de morceaux par exemple. Et au moment où tout le monde rentre et que ça part plus heavy, je le bypasse et hop ! Je retrouve mon son.

C’est marrant parce que d’habitude les gens utilisent plutôt les EQ à l’inverse pour grossir leur son ou favoriser telle ou telle fréquence...

C’est ce que je faisais avant pour les chorus et ça marchait bien, mais maintenant que j’ai un deuxième ampli pour ça, l’égaliseur c’est pour les petits sons fins.

Et ton delay le Giga Delay c’est un double delay ?

En fait, tu as quatre programmes et une position manuelle, ce qui te fait cinq delays de différents types, différentes longueurs, très faciles à switcher, parce que bon, je chante, je joue, je n’ai pas beaucoup de temps pour m’occuper des réglages. Là, je sais que telle position c’est mon delay court, l’autre le long, c’est facile.

Et en studio ?

Des fois j’utilise un Space Echo Roland, le DD20, le Maxon 999, une grosse pédale violette c’est un delay mono qui va jusqu’à une seconde.

On a vu aussi un Choral Flange...

Normalement j’ai un Voodoo Vibe Roger Mayer, mais là il est en réparation. Le Choral Flange est vraiment cool lui aussi, très polyvalent, on peut obtenir des tas d’effets différents. Je m’en sers plutôt comme d’une sorte d’Univibe. Pour le live, la Voodoo Vibe reste ma préférée parce qu’elle a ce côté bien fat et si on route le signal vers deux amplis différents c’est monstrueux. Et pour finir j’ai une pédale de volume avec l’accordeur branché dessus.

Tu nous a parlé des Gretsch tout à l’heure mais tu voyages aussi avec des Fender...

Celle que j’emploie le plus est une Danny Gaton avec de fabuleux micros Joe Barden. Les Tele classiques n’ont pas ce niveau de sortie, et ça me pose un problème car je n’ai pas envie de toucher au volume de l’ampli à chaque fois que je switche d’une Gretsch à une Tele et inversement. Avec la Danny Gaton, le niveau reste égal par rapport aux Gretsch, donc c’est cool. Je suis d’ailleurs en train de faire construire une Tele avec un Bigsby et des micros Barden.

JPEG - 168.5 ko

On passe aux cordes et aux accordages, tu es la plupart du temps en drop D.

Ou en drop C parfois. La Clipper Gold par exemple est accordée un ton en dessous de la normale, et donc quand je droppe je suis en drop C. La Danny Gaton c’est pareil. Mais je joue aussi en accordage standard hein. J’utilise des D’addario 011/056 pour les tunings standards et des 012/060 pour celles en drop C, parce que j’ai une main droite qui frappe fort, donc j’ai besoin de gros tirants sinon je me désaccorde trop vite. De plus, les gros tirants aident aussi à rester accordé sur les guitares équipées de Bigsby. Les Tele, elles, restent accordées quel que soit le tirant, c’est dû à leur simplicité, deux bouts de bois vissés ensemble, tu peux aller te bastonner avec des bikers, partir à la guerre avec et tu reviens sur scène toujours accordé (rires). Pour être tout à fait complet je joue avec des picks Dunlops les violet, 1.40 je crois, et j’ai un bottleneck en cuivre Dunlop aussi.

Tu bricoles tes guitares toi-même ?

Oui je sais remplacer tout ce qui est électronique. Si j’ai un peu de temps devant moi, un peu de zique et une tasse de café, c’est bon (rire).

Te vois-tu comme une victime du GAS (Gear Aquisition Syndrom) ?

Ça dépend... Tu vois des fois, mon conseiller financier me dit : « T’es obligé d’acheter quelque chose pour payer moins d’impôts. Donc là, je me mets devant mon ordi et je me dis : Hey, voyons voir ce qu’Ebay raconte aujourd’hui (rires). J’aime acheter du matos mais la plupart du temps c’est lié à un projet ou un événement. Là j’ai acheté quelques trucs pendant l’enregistrement de l’album. En plus le dollar était tellement bas et il y avait tellement de matos à vendre à cause de la crise là-bas... Beaucoup de gens revendaient car ils avaient besoin de cash. Par exemple, j’ai acheté une SG Junior blanche de 62 pour 1500 euros, c’est rien !

JPEG - 152.2 ko

Tu aimes les guitares à un micro toi.

Pour moi il n’y a pas de milieu : soit tu prends une guitare avec plein d’électronique, un Bigsby, trois pickups etc., soit un truc vraiment basique comme une Junior.

Merci Ruben de nous avoir consacré ces quelques instants

Merci à vous.

Interview co-réalisée avec Vincent Longinotti

Photos Vincent Longinotti

Portfolio

 

Mots-Clefs

Type d’article
Interview Matoscopie
Musiciens/Groupes
Ruben Block Triggerfinger
Numéro
GX44

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Souple et puissant

2.  Elle a du coffre

3.  Crate sort les watts

4.  Kalité Allémante

5.  Roxane puissance trois


Dans la même rubrique

22/12/2013 – No Way But The Hard Way

23/02/2013 – Graines et soda

30/12/2012 – Welsh welsh

28/08/2012 – The Road Goes On

25/08/2011 – Révélation