La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Groooooooowl !

Fender Jaguar Kurt Cobain

Groooooooowl !

D 22 octobre 2011     H 13:45     A Judge Fredd    


agrandir

Avec la Jaguar Kurt Cobain, fabriquée au Mexique, Fender fête dignement le vingtième anniversaire de l’éclosion mondiale de Nirvana. Fidèle à l’esprit de son modèle, la Kurt Cobain est une formidable machine à riffer, un instrument authentiquement rock.

Tous les fans de Nirvana connaissent la Jaguar sunbusrt de 65, n° 95747, entièrement modifiée, que Cobain avait trouvé par petite annonce et qu’il utilisa pas mal sur scène notamment en 1991. C’est cette même guitare, apparemment donnée par la suite à Eric Erlandson guitariste de Hole par Courtney Love, que Fender a pu examiner sous toutes ses coutures afin de réaliser ce modèle.

Jaguar Kurt Cobain

Changes

On a donc un corps de Jaguar en aulne recouvert d’un sunburst trois tons avec une finition de type Road Worn, très bien réalisée, très crédible et relativement fidèle à l’originale : même si on n’a pas ici cherché à recréer les traces d’usure au micron près, on retrouve plus ou moins les mêmes sur chaque gratte de la série. Bien entendu, l’accastillage est lui aussi vieilli de la plus naturelle des façons. Il comporte, outre le vibrato flottant habituel, un chevalet Adjusto-Matic noir chromé (genre Tune-O-Matic quoi...) et des mécaniques Gotoh à bain d’huile. Autre grosse particularité de cette Kurt Cobain, son manche, en aulne, profil en C, avec une tête de Stratocaster ornée d’un logo spaghetti typique des années 50, et qui reçoit une touche palissandre 22 cases à frettes jumbos (!) entourée d’un binding(re !) Renseignements pris Fender a brièvement produit des manches avec binding autour de la touche au milieu des années 60. Autant dire que ce manche est quand même tout à fait particulier. Si on y ajoute le diapason de 24" propre aux Jaguar, on obtient une combinaison assez peu orthodoxe pour les fanboys purs et durs de la marque.

Détail

More changes

Et ce n’est pas fini, puisqu’en lieu et place des traditionnels simples bobinages on trouve deux doubles Di Marzio, un DP103PAF 36 Anniversary en position manche et un DP100 Super Distorsion en position chevalet. Autant dire que c’est « un poil » plus graisseux que la config d’origine. Achevons les auto-proclamés gardiens de la tradition en faisant un tour de l’électronique : d’abord il y a deux circuits indépendants, dont le premier appelé Rythm, n’utilise que le micro grave avec un volume et une tonalité réglables via les roller pots du haut, le switch qui les accompagne servant justement à basculer d’un circuit à l’autre. En mode Rythm le rendu est un peu voilé, un peu sourd, moins pétant, moins corpulent, plus jazz dirons certains. Il se prêtera d’ailleurs bien à des rythmiques de type guitare folk en son clair. Moi, en tout cas, je préfère le micro grave en mode Lead. Avec ce circuit on dispose des deux micros, routés via sélecteur à 3 positions et trois potentiomètres, volume, volume, tonalité. Le deuxième volume a été inséré entre les potards d’origine d’où un côté assez serré pas forcément super pratique à manipuler en scène.
A ce stade je trouve assez bluffant de voir à quel point, même si ce n’est pas lui qui l’a modifiée ainsi et qu’il l’a achetée telle quelle, elle correspond tout à fait à Kurt Cobain et à son style. L’autre pensée qui me vient à l’esprit c’est que cette gratte est une leçon. Imaginez la tronche de tous nos ayatollahs de forums si un type arrivait aujourd’hui en disant : "Hé les mecs j’ai chopé une Jaguar de 65, j’ai changé le manche pour un truc à grosses frettes avec binding, j’ai mis un logo qu’a rien à voir et j’l’ai équipée de Di Marzio. Ah pis j’ai changé l’électronique, le chevalet et les mécaniques... Hé les gars... Mais pourquoi tu tousses ?". Et pourtant, qu’elles aient été mûrement réfléchies ou soient le résultat d’expérimentations successives, ces modifs font de cette Jaguar un formidable instrument de rock n’ roll, une sulfateuse efficace à la voix de rogomme, bien plus roots et jouissive que nombre de reissues "custom-shop-prout-ma-chère-à-la-graisse-d’oie-sur-la-couture-du-pantalon" coûtant quatre fois plus cher (et je ne parle pas que de Fender là). Réveil les mecs, c’est ça le rock n’ roll !

Version gaucher en bas

Kiff !

J’ai trouvé cette Kurt Cobain très sympa à jouer. Les sensations ne sont pas vraiment typées Fender, le manche répondant à des canons plutôt modernes. L’instrument tient bien l’accord à condition de ne pas utiliser le vibrato (au moins sur la guitare testée). Le sustain naturel est impressionnant tout comme la circulation des vibrations, spécialement les graves. Une fois branché, on retrouve ces gros graves bien puissants, ce qui n’empêche pas des aigus présents aussi d’ailleurs. La guitare fait montre de beaucoup de punch, d’une bonne dynamique et d’attaque. Le micro grave est à la fois puissant agressif et chaleureux, les positions inter sont très flatteuses en son clair et nous rapprochent de l’univers Fender plus classique. L’aigu, en son clair, n’est pas forcément à la fête par contre, dès qu’on passe en saturax, sa générosité grailloneuse, son caractère râpeux et fat, sa souplesse joufflue se libèrent pour le plus grand bonheur du riffeur qui sommeille en chacun de nous. Car il faut bien le dire, c’est pas la gratte pour taper des solos de shredder, au-delà de la 15e case, les quintolets de quadruples croches auront du mal à passer. Par contre c’est une authentique machine à riffer qu’on a entre les mains, et on naviguera avec un égal bonheur du boogie graisseux au stoner, en passant bien sûr par le grunge le plus nirvanesque. J’ai adoré le côté très organique du son de cette râpe et je subodore qu’elle doit être très sympa avec une fuzz. Je n’ai pas pu essayer puisque Fender ne disposant que d’un nombre limité d’exemplaires nous avait invité à la tester sans pouvoir nous en confier une.

Pub Fender

More kiff !

La Jaguar Kurt Cobain est une super gratte à un prix très correct d’autant qu’elle est livrée en étui avec un livret d’accompagnement comprenant une interview d’Ernie Bailey le guitare tech de Cobain. Très typée, elle possède une grosse personnalité qui détonne une peu dans l’univers Fender habituel où elle aurait pu faire figure de vilain petit canard. Mais rappelez-vous de la fin du conte : qui c’est qu’est devenu un magnifique cygne noir ? Hein, hein ?


Autres infos
  • Pure rock n’ roll
  • Organique
  • Parfaite pour le grunge mais pas que
  • Super confort
  • Livrée en étui
  • Il a pas changé le vibrato, l’aurait p’têt du...
  • Prix indicatif : 1 553,60 €
  • Distribution : Fender France

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Musiciens/Groupes
Kurt Cobain
Marques
Fender
Numéro
GX47

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Les petites soeurs de l’Eclipse

2.  Le chaînon manquant

3.  Séduisante

4.  Bien visé !

5.  Héritière


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache