La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » La classe, tout simplement

Springer Guitars Seraph Gold Top et Blackburst

La classe, tout simplement

D 7 avril 2012     H 16:32     A Judge Fredd    


agrandir

Mikael Springer, luthier mosellan, pourrait rapidement prendre du galon tant ses réalisations conjuguent avec bonheur, finition parfaite, confort de jeu au top, conception solide, cohérence et personnalité affirmée.

Mikael Springer fabrique des guitares depuis sept ans et s’est professionnalisé depuis un peu moins d’un an. Une enfance bercée par Deep Purple et consorts l’emmène vers la batterie. Puis, ses études l’obligeant à bouger pas mal, il passe à la guitare, nettement plus transportable. Comme tout le monde, il débute sur des instruments modestes et vient le moment où il a envie d’une guitare un peu plus relevée. Sauf qu’ayant craqué sur une Horus Caparison à cause du gratteux de Freak Kitchen, il se rend vite compte que, vu la difficulté pour l’importer et les prix pratiqués, il aura plus vite fait de se la fabriquer. Comme d’autres luthiers, Mikael vient d’une famille où l’on bricole pas mal et, grand-père Springer ayant un atelier, il travaille le bois avec plus ou moins de bonheur depuis qu’il est petit, ce qui explique que l’idée de fabriquer sa guitare lui semble très naturelle. Parce que bon, on est beaucoup à flasher sur des guitares qu’on ne pourra pas se payer mais de là à prendre la gouge et le rabot...

Toujours est-il que sa "Caparison" s’avère plutôt réussie ; du coup, il persévère et au bout de six ans, se sentant prêt à sauter le pas, il se lance dans le grand bain ce qui nous vaut aujourd’hui de tester deux de ses Seraph, single cut à la fois traditionnelles et beaucoup plus irrévérencieuses qu’il n’y paraît à première vue.

Gold Top

Seraph Gold Top

D’emblée, ce qui frappe c’est cet épaulement de la partie supérieure, que je trouve personnellement très réussi, à la fois surprenant et élégant. Le corps, en acajou, épais de 30mm est surmonté d’une table sculptée en érable de 20mm d’épaisseur, recouverte d’un vernis gold assez clair aux paillettes discrètes. Springer emprunte à PRS son diapason hybride de 25 pouces (635 mm) et ses dépressions pour les boutons de potards, mais ça s’arrête là. Le manche, comme toute cette Gold Top, a été pensé dans l’esprit des LP 59, il est rond en main et va s’aplatissant un peu vers les aigus, de manière naturelle, car il s’élargit sans changer d’épaisseur. Le contourage de la jonction corps/manche est vraiment très bien pensé. Ergonomique à souhait, il procure un grand confort et un accès royal aux aigus ; on voit que le gars est guitariste. La table est ceinte d’un faux binding, en fait son bois, laissé natural à cet endroit. Le manche, tout acajou, voit sa touche, palissandre, 22 cases, bordée d’un superbe binding en érable ondé orné de repères en abalone. Les repères de touches, en nacre, reprennent la forme de la tête qui, elle-même, reprend la forme du corps côté manche, c’est à la fois très esthétique et d’une redoutable cohérence. Faux binding encore sur la tête qui reçoit un placage érable, dans lequel Springer se paie le luxe de découper le cache trussrod. Dans le même esprit, à l’arrière, la plaque électronique est en acajou comme le corps et on note le chanfrein stomacal. Vous l’aurez compris côté lutherie c’est la classe, mais avec goût et surtout ça reste une vraie guitare, pas un meuble en marqueterie. On termine notre tour avec un sillet en os, un chevalet wraparound à pontets Tonepros AVT2, six Spertzel à blocage, deux Straplocks Schaller et deux doubles Bare Knuckle The Mule capotés avec volume tonalité et sélecteur trois positions. Détail qui tue, les potentiomètres, des CTS 550 Khz logarithmiques, ont été réalisés spécialement pour fonctionner avec les Bare Knuckle. C’est pas la classe ça ?

A vide, la guitare sonne superbement, avec beaucoup de brillance, des attaques nettes, un son plein et pas mal de sustain naturel. L’action est plutôt basse, les tirés très faciles (on est en 010/046). le radius 12 pouces de la touche, très confort, conviendra à la plupart d’entre nous. Une fois branché on retrouve les qualités de la lutherie et on est clairement dans l’univers de la Les Paul bien roots. Les potards, très efficaces permettent de retrouver des sons crunchs légers, voire des sons clairs, même à partir d’un son très saturé. De même, la tonalité est pleinement exploitable. En son saturé, on a des graves ronds compressé et rebondissants, des mids précis et joueurs, des aigus tranchants et corpulents à la fois, sans agressivité malvenue, et toujours un sustain très, très impressionnant. Bref si vous êtes amoureux de la LP 59 mais que vous souhaitez bénéficier d’un confort hors pair et vous démarquer du troupeau, cette Gold Top a tout ce qu’il vous faut.

Blackburst

Blackbusrt

D’obédience légèrement plus moderne, la Seraph Blackburst présente une table en érable ondé recouverte d’un vernis noir translucide avec un léger burst, pas de binding sur le manche, une touche en ébène du Gabon, un sillet Graphtec et deux doubles Bare Knuckle Nail Bomb, l’aigu troquant ses aimants AlNiCo 5 pour des céramiques. Cette gratte est un vrai régal, encore plus facile à jouer que l’autre. Elle produit des sons plus modernes. Le micro grave délivre de superbes sons clairs, tandis que l’aigu crunche assez rapidement. En son crunch, c’est superbe sur les deux micros et là encore le volume fait merveille. À fond les ballons l’aigu délivre des sons hard, metal, big rock de la plus belle eau. Bref celle-là c’est ma préférée, et pourtant je kiffais déjà bien l’autre.

Bien sûr, comme avec tout luthier, beaucoup d’options sont possibles, elles sont d’ailleurs listées sur le site de Springer Guitars. Voilà, moi j’ai vraiment beaucoup aimé ces guitares et leur géniteur aussi efficace, sobre et simple que ses créations.

A la suite de ce test et après en avoir bien discuté avec lui, j’ai décidé de confier à Mikael la fabrication des guitares Judge Fredd Custom Works.


Autres infos
  • Fabrication
  • Très belle lutherie
  • Grande attention aux détails
  • Look et ergonomie
  • Son
  • Confort de jeu
  • Bare Knuckles, Tonepros, Graphtec, CTS
  • Livrées en étui rigide
  • Même le prix est justifié alors...
  • Prix indicatif : A partir de 2 500 €
  • Distribution : Mikael Springer

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique Luthier
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Springer Guitars
Numéro
GX48

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Canned Heat

2.  Laurent Brondel et le Consortium

3.  Merci Seymour

4.  Made in Hazia

5.  Ebourrifififtyfiant !


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache