La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Rubriques » Carte blanche à.... » Rory Enlightened

Rory Enlightened

D 24 octobre 2012     H 20:54     A Karl B. Bloch    


agrandir

En ce qui me concerne, Rory Gallagher faisait partie de ces personnages que le nom précède. Un nom omniprésent dans la presse musicale et évoqué par de vieux rockers tabagiques et parfois si érudits qu’ils en deviennent hermétiques.

Rory Gallagher n’a jamais trop évoqué autre chose qu’un énième bluesman blanc, un énième Stevie Ray Vaughan, Johnny Winter, John Mayall etc... Il m’évoquait aussi ce modèle de Strat Fender au vernis ruiné qui coûte 2 mois de salaire. Puis, un jour, aidé ou poussé, comme pour bien des choses, par les distractions du net, je me suis laissé tenter par un disque, un best of, histoire de ne pas prendre de risque. Écouté, oublié. Sans doute déçu. Moi, l’obsédé des harmoniques progressives et Pink Floydiennes d’alors. Déçu par ce petit bonhomme rugueux, simple et (trop) humble, à la voix d’éternel adolescent ne délivrant rien d’autre que des ’chansonnettes à 3 accords’, en formation de base drums-orgue-basse-guitare. J’avais passé l’age des Doors, Jefferson Airplane et autres Santana... À la rigueur, je regrettai immédiatement de ne pas avoir connu cet artiste au temps d’alors. Maintenant que je naviguais dans les eaux des expérimentateurs britanniques et américains, quelle place pouvait avoir Rory Gallagher dans mon univers régi par les Peter Gabriel, Brian Eno et consorts ?

Rory Gallagher


Puis, j’ai fait faillite.


La vraie faillite, celle où l’on voit s’écrouler tout ce qu’on a construit, quand la force, le travail et a sueur ne font plus le poids face à la méchante crise. Quand on n’entend plus rien qu’une pendule dont on redoute les derniers coups, qu’on se retrouve à la rue, qu’on se sent con et vulnérable. Quand on comprend qu’on a été prétentieux, quand on est con et vulnérable.
Alors, dans les petits moments qu’on sauve avec des amis, quand on a reussi à garder quelques sous pour prendre une bière, il arrive des choses, comme des petits éclats de lumière.
En parlant de Rory Gallagher, j’explique à mon pote ma déception face au "manque d’ambition et au minimalisme du guitariste" et bla bla bla.... Mon ami m’écoute avec tendresse lui déblatérer mes envies de grandeur avec la gentillesse qui le caractérise, me laisse finir, puis, entre deux gorgées de bière : "...Tu n’as jamais observé ses concerts ? Les mecs dans le public ? Ces gars se sont fait chier toute la journée à l’usine, ils sont en bras de chemise, et c’est pour eux qu’il joue. J’aime ce coté du mec qui vient donner du bonheur aux travailleurs."

 ... What else could I do ?



J’étais en plein dedans, à terre, je bouffais de la merde et j’avais besoin qu’on me maintienne debout, pas qu’on me parle de grandeur et d’empire, juste qu’on me maintienne debout et qu’on m’aide à sourire.
Alors je me suis repenché sur Rory Gallagher, et là j’ai "vu". Il a ce dont se passent bon nombre d’artistes : la générosité. Parce que c’est casse gueule, la générosité, il y a ceux qui ne savent plus ce que c’est et ceux qui se sont fait submerger, il y a Bob Dylan et Gérard Lenormand. Au milieu, on trouve Rory Gallagher, le troubadour du blues, dispensant avec humilité ce qu’il a : de la musique, du gros son et de la sueur. Tel un Léonard Cohen faisant comprendre au spectateur qu’il n’est pas seul, Rory Gallagher ne nous raconte pas de salades : la vie est dure, mais c’est la seule qu’on a.
Aujourd’hui, tout va bien. Demain, on retourne au travail, en attendant, il y a des petits moments de grâce de 1974 qu’on peut se repasser histoire de garder le sourire et de partir à un million de miles.

 

Mots-Clefs

Type d’article
Avec vidéo
Musiciens/Groupes
Rory Gallagher

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  La série #1

2.  Digitech remet les pendules à l’heure

3.  Metaal Graal

4.  Le Judge sur YouTube

5.  Certains Leemeront


Dans la même rubrique

25/10/2012 – Des Dieux et des Abysses : Pink Floyd

24/10/2012 – Rory Enlightened