La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Grande Master Flash

Vergnaud Guitars Master Flash « Manu Allicot »

Grande Master Flash

D 23 décembre 2012     H 23:10     A Judge Fredd    


agrandir

Manu Allicot, l’homme à l’origine du Guitar Amp Show est aussi un amoureux de la guitare et des luthiers. Voilà pourquoi lorsqu’il a décidé de réaliser la guitare de ses rêves, il a poussé la porte de Baptiste Vergnaud luthier de son état, à Eglise Neuve de Vergt.

Le point de départ c’est une étude faite avec et pour Manu Allicot. Le bonhomme est un sérieux client puisqu’il a possédé 97 guitares. Parmi celles-ci il en est deux qui lui plaisent à tel point qu’il s’en inspire ici ou là pour son projet, la Music Man Van Halen Signature et la Washburn N4 Nuno Bettencourt Signature et il est vrai que ça se retrouve sur la Master Flash, même si elle a sa personnalité bien à elle. "J’ai pu analyser ce qui me plaisait ou pas et j’avais du mal à tout retrouver dans une même guitare. Par ailleurs, j’avais eu la chance de jouer des guitares que Baptiste Vergnaud avait réalisées et sur lesquelles j’avais flashé sans même savoir qui il était. Alors quand j’ai su qu’il était de ma région, je suis allé le trouver." Vergnaud est lui aussi un sacré client : né dans une famille qui travaille le bois, il est titulaire de deux médailles d’or en marqueterie et d’un titre de meilleur ouvrier de France, ce à tout juste 30 ans. Ça vous pose un bonhomme ça non ?

JPEG - 342.5 ko

Alors cette Master Flash ?

On a tout d’abord nu corps stratoïde en tilleul creusé de 6 chambres acoustiques sur con pourtour, surmonté d’une table cintrée en érable pommelé, le tout avec une finition huilée qui met bien en valeur l’esthétique irréprochable des bois. Le manche, vissé en quatre points, sans plaque, à hauteur de la 17e case environ, est en érable ondé. Il reçoit une touche en ébène du Gabon, ornée de repères en alu et comptant 22 cases. Ces repères ont été dessinés par Manu puis découpés au dremel et peaufinés au scalpel par Baptiste Vergnaud afin qu’ils s’ajustent au plus près. La touche assez plate commence avec une radius de 15 pouces qui passe ensuite à 16 pouces. Manu a opté pour un diapason PRS de 640mm soit une longueur se situant entre le Fender plus long et le Gibson plus court. Un des avantages de passer par un luthier, Manu, qui a de petits doigts, a pu régulièrement se rendre à l’atelier pour peaufiner le profil du manche. Alors l’ensemble est plutôt fin avec un dos assez plat qui, combiné à la touche, plutôt plate elle aussi, est assez déroutant au premier abord. C’est vraiment très perso et adapté à la morphologie de Manu. Si en plus on ajoute qu’on se paume un peu au début si on regarde les repères de touches plutôt que les points qui sont sur la tranche, la Master Flash se mérite, mais encore une fois, Le luthier a répondu aux attentes de Manu et saura se plier aux vôtres. Le contourage de la jonction corps/manche rend l’accès aux aigus hyper facile. A ce sujet, le dessin de la corne inférieure a été pensé pour à la fois éviter toute gêne à la main gauche et rester esthétique, ne pas déséquilibrer le dessin du corps. A l’arrière, une découpe stomacale, pour le confort, surplombe, les plaques des diverses cavités sont en bois avec une plaque d’alu contrecollée pour isoler les circuits par un effet cage de Faraday (et non de farfadet, rigolez pas j’l’ai déjà entendue celle-là). A noter encore pour le plaisir l’absence de chanfrein pour le passage du bras à l’avant rendu sans objet du fait du cintrage du corps, le bouton de volume en ébène qui ressemble à un chocolat, et la prise jack incrustée dans le bois, le travail de marqueterie très design.

JPEG - 395.6 ko

Côté accastillage on a six mécaniques Spertzel à blocage, un Floyd Rose original doté d’un système Tremol-no qui permet de s’en servir en avant et en arrière, complètement bloqué ou en dive uniquement et d’un D-Tuna pour passer en drop D quasi instantanément et des attaches de type Clip Lock Di Marzio pour la sangle.

Lace ? Des as !

Le choix des micros est lui aussi original ; Manu aimant autant les sons Strat que les gros humbuckers il lui fallait une config capable des deux. Il a donc opté pour deux Lace, un Alumitone en grave et un Deathbucker en aigu, routés via un volume push-push 250 kOhm logarithmique qui permet de passer le câblage en parallèle (son plus fin) ou en série (son plus gras) et un sélecteur 5 positions donnant :

  • micro aigu

  • bobine extérieure du double plus le simple

  • les deux micros ensemble

  • le simple et la bobine intérieure du humbucker

  • le simple

Pas de ring pour les micros, ils sont vissés dans le bois et Baptiste, récupérant les chutes de bois provenant de la table a confectionné des petits caches en demi-cercle pour le côté esthétique. Ça c’est bien pensé, non ? Et, pour le fun, le garçon a demandé également un killswitch, le seau de chicken wings KFC n’étant pas fourni.

La guitare a été conçue pour être facile à jouer, rapide, propice au shred, ce qui expliquait déjà certains choix en terme de lutherie et justifie aussi le choix des Lace Ils sont précis, offrent une bonne patate avec des attaques nettes et percutantes. Le tout avec un côté ouvert, pas du tout compressé, ça respire bien, on entend toutes les notes ainsi que leur globalité dans le jeu en accord.

Les vibrations circulent super bien et on peut se promener aussi bien dans le funk, dans des sons crunchs assez sympas et dans des gros sons metal. Le simple sonne très strat, j’aime bien la position intermédiaire bobinage grave du double plus le simple, le double envoie la purée c’est bien un double de la mort, le volume est très réactif, on peut même atteindre des sons clairs à partir de sons bien saturés rien qu’en le baissant. Le kill switch c’est très marrant surtout en conjonction avec le vibrato.

JPEG - 416.1 ko

Bref, pour le prix d’une guitare de série haut de gamme on a une guitare de luthier haut de gamme elle aussi avec, en plus, le choix des options qu’offre le fait de s’adresser à un luthier. Merci à Manu de nous avoir fait découvrir ce luthier de talent.


Autres infos
  • Fabrication et finition extrêmement soignées
  • Originale et classique à la fois
  • Deathbucker
  • Options modifiables à l’envi
  • Correspond en tout point aux désirs de son commanditaire
  • Pas à la portée de toutes les bourses
  • Prix indicatif : à partir de 3 200 €
  • Distribution : Vergnaud Guitars

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Vergnaud Guitars
Numéro
GX54

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  La série #1

2.  Digitech remet les pendules à l’heure

3.  Metaal Graal

4.  Le Judge sur YouTube

5.  Certains Leemeront


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache