La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Les accords de la Yalta

Kopo Yalta Deluxe

Les accords de la Yalta

D juin 2000     H 21:45     A Judge Fredd    


agrandir

En 1988, Fred Pons, luthier issu de la tradition classique et de la facture de violons, fonde l’atelier KOPO à Rennes, avec, dès le départ, la volonté de se démarquer tant par le design de ses instruments que par les technologies qu’ils intègrent ; il est notamment très friand d’électroacoustique à l’époque où ce n’est pas encore la mode.

Le deuxième homme sera Pierre Peye, qui vient plutôt du monde des solidbodies. Les deux compères se complètent donc très bien et leur savoir-faire leur vaut l’attention du monde de la guitare lors de grand-messes telles le salon de la musique de Paris. C’est qu’ils semblent capables de tout les bougres : guitare folk, basse acoustique 4,5 ou 6 cordes, violon électroacoustique 5 cordes, guibasse (j’vous laisse deviner de quel monstre hybride il s’agit), touche semi-frettée, micros amovibles, mandoline, mandoloncelle électrique, violoncelle piezo-stéréo... Et maintenant, cette Yalta qui, par comparaison, peut sembler un peu « classique ».

Yalta

Acajou du Honduras pour le corps comme pour le manche. Le premier, au look Les Paul ou Nighthawk sous acide, est assez classique si l’on excepte sa table en... carbone, entièrement close ce qui est étonnant pour une électroacoustique. Le second, assez fin et agréable à prendre en main, est recouvert d’une touche ébène vingt-deux cases au frettage irréprochable et se termine par une magnifique crosse en anneau, renforcée au carbone. La solution est élégante car elle marie finesse esthétique et solidité à toute épreuve : cette tête est vraiment une réussite. Les six mécaniques Grover à bain d’huile sont installées perpendiculairement à la crosse rappelant l’univers des guitares classiques, encore une fois mariage des traditions et de la technologie moderne.

Côté électronique, on a un capteur piezo Fishman (dans le chevalet) et un préampli Fishman (EQ trois bandes, Brillance, Volume et réglage de Phase), et un micro français CREL (ou autre à la demande) simple bobinage en position manche qui passe aussi par le préampli. On peut doser la part qu’il prend au rendu général grâce à un potard de balance piezo/magnétique. La lutherie séduit par le confort qu’elle procure, la finition exemplaire dont elle fait preuve et l’originalité des solutions techniques adoptées. On apprécie encore la coquille jack située au dos de l’instrument.

Fishman System

Seul petit reproche, la pile a l’air de se balader dans le corps mais peut-être est-ce moi qui ai mal fixé son réceptacle dans les flancs de l’instrument. Signalons encore que le chevalet est réglable en hauteur et en intonation ce qui permet de changer de tirants ou carrément de sorte de cordes : le modèle testé était équipé de cordes bronze mais la guitare accepte sans problème des cordes d’électrique.

Sans être branchée, la Yalta sonne suffisamment fort et bien pour en jouer n’importe où, chambre d’hôtel, autocar, jardin etc., sans être obligé de tendre l’oreille, loin de là. Sa caisse fermée dote le son naturel d’une vague composante dobro qui reste discrète mais n’en est pas moins présente.

Une fois l’instrument branché cette caractéristique s’estompe, bien qu’en tendant un peu l’oreille... On est par contre frappé par l’éventail sonore de l’engin. Le micro CREL est une merveille de douceur et de chaleur, dont le préampli peut considérablement modifier le rendu, pas toujours pour le mieux d’ailleurs. Quoi qu’il en soit, rien que le micro me paraît amplement suffisant pour couvrir une gamme allant du blues acoustique au jazz, à la ballade, à la slide, à l’imitation d’un banjo, bref un panel assez complet. Je suis moins fan du piezo même s’il n’y a rien à lui reprocher, mais après le son du micro il paraît vraiment sec et on a tendance à ne l’utiliser que mixé avec ce dernier. Mais là encore, l’EQ du préampli opère des merveilles et on sonne raisonnablement bien, au moins aussi bien qu’une Takamine moyenne avec le seul piezo. Le mélange des deux sources multiplie encore les possibilités sonores de l’instrument et on a vite fait de trouver deux ou trois réglages de base assez gratifiants à partir desquels on peut partir à l’aventure.

La Yalta Deluxe conjugue originalité, souci du détail, finesse esthétique et richesse sonore, pour un prix assez raisonnable si l’on tient compte des prouesses techniques qu’elle comprend. Le prix indiqué inclut une housse de bon aloi. Et bien sûr, comme de coutume avec les instruments de luthier, beaucoup d’options sont possibles comme par exemple un câblage stéréo...


Autres infos
  • Qualité de fabrication.
  • Originalité technique et esthétique.
  • Gros éventail sonore.
  • Confort de jeu.
  • La pile bougeait sur le modèle testé.
  • Prix indicatif : 14 500 F TTC env.
  • Distribution : Kopo

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électroacoustique Luthier
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Kopo
Numéro
G&C 219

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  L’indispensable OVNI

2.  Supaire

3.  Epoustouflifiant !

4.  A nous les petites danoises !

5.  Hamer : The Factory


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache