La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Les Ball

Music Man Armada

Les Ball

D 20 juin 2014     H 12:21     A Judge Fredd    


agrandir

On l’a vue, on l’a reçue, on l’a essayue, et on est vraiment pas déçu mais alors là, pas du tout. L’Armada c’est une totale dans son genre !

L’Armada avait été présentée dans une mouture prototype à la Messe 2012 et, vu l’accueil plutôt chaleureux, le modèle définitif fut dévoilé au Namm Show 2013.

Ca faisait longtemps qu’une Music Man ne m’avait pas autant titillé, disons depuis le modèle Albert Lee. Rendons hommage à ses concepteurs qui ont su sortir des sentiers battus notamment d’un point de vue esthétique, tout en restant fidèle aux canons du genre parce qu’il faut bien le dire l’Armada a tout pour séduire les amateurs de LP 59.

JPEG - 558.2 ko

Une beauté néo classique

On a d’abord un corps en acajou de type single cut aux courbes harmonieuses, avec une découpe stomacale au dos, sur lequel est posée une table en érable pommelé, dont la forme triangulaire interpelle dès le premier regard. Cette table sculptée est entourée d’un binding quatre plis tout comme le corps. C’est à la fois joli, audacieux et constitue s’il en était besoin une preuve supplémentaire du savoir-faire des luthiers de San Luis Obispo. Le manche, en acajou du Honduras est dit conducteur ou traversant, on ne sait plus très bien ce que ça veut dire de nos jours, les marques abusant régulièrement de ce type d’appellation, sinon qu’il doit se prolonger un peu plus loin à l’intérieur du corps qu’un manche collé standard. En tout cas, son talon se montre d’une discrétion absolue et l’accès aux aigus devient une partie de plaisir. Il reçoit une touche palissandre ornée de 22 frettes mediums, de repères en V « Armada custom », ceinte elle aussi d’un binding,

Pour moi, la tête concentre toutes les critiques, esthétiquement s’entend : d’abord et bien que je comprenne que la 4+2 soit la marque de fabrique MM, je ne trouve pas qu’elle soit très indiquée sur cette guitare, ensuite, le logo Armada aurait pu être un peu plus classieux, le lettrage et le fond doré franchement… Enfin, et là c’est plus question de goût personnel, les boutons nacre sur les mécaniques, ça fait un poil nouveau riche sur une électrique non ? Côté positif, elle a le mérite de garder les cordes bien droites derrière le sillet compensé, sillet auquel s’associent des mécaniques Grover à blocage qui font parfaitement le job, assurant à l’Armada un accordage des plus stables. Pour le reste on a un couple chevalet/cordier Graphtec, deux attaches de sangle qui auraient pu être plus larges et une plaque électronique qui auraient pu être affleurante, mais c’est un détail.

A la prise en main, on est frappé par le côté pur Les Paul qui se dégage de l’Armada. Un manche qui remplit bien la main, un grand plaisir de jeu on pense fortement aux manches des 59 avec pourtant une spécificité qui nous écarte du monde gibsonien, le diapason long 648 mm. Cela donne à la guitare une résonance, un claquant supplémentaire et bienvenu. Les tirés, les démanchés, tout passe en douceur même quand on lui rentre dedans, la réponse de l’Armada est toujours smooth et son poids de quelques 3,6 kg fait qu’on l’oublie, qu’elle ne pèse jamais trop sur l’épaule et le dos. Les vibrations circulent à merveille, on les sent tant dans le corps que dans la main gauche quand elle est posée sur le manche. A vide déjà on perçoit un gros potentiel.

JPEG - 514.7 ko

Grande Armarda

Les micros, deux doubles, signés Music Man sont recouvert d’un capot chromé et d’un ring à trois vis dont deux en haut ce qui a deux effets : tout d’abord une stabilisation du micro (il ne risque pas de bouger dans son logement comme ça arrive parfois) et, en prime, cela permet de régler le micro bien parallèle aux cordes. Ce n’est pas une trouvaille spécifique à Music Man mais c’est un plus indéniable. Les deux micros partagent volume, tonalité et l’inévitable sélecteur trois positions qui, on aimera ou pas, est le premier des trois réglages à se présenter sou la main droite.

Alors on branche et on est tout de suite conquis par le grain, la brillance, la patate du micro aigu. C’est un vrai plaisir en son clair où il ne sonne pas canard comme c’est souvent le cas des doubles aigus, c’est une tuerie en son crunch, on aligne toutes les bonnes rythmiques de John Cougar Mellencamp à AC/DC en passant par Aerosmith, ça chante, on entend chaque note très précisément tout en bénéficiant de la patate et de la densité de l’accord. En gros saturax, c’est encore mieux, graves présents, souples et charnus, aigus brillants, pleins et gratifiants et des mids qui s’ils sont un poil plus discrets sont bien là et participent à la signature sonore de l’instrument. La progressivité du volume permet de revenir à des crunchs très facilement, et parallèlement celle de la tonalité autorise des changements de sonorités toujours très musicaux.

Le micro grave louche vers la fusion et le power blues, à moi Gary Moore, Santana. Il a cette rondeur et ce côté chaleureux et dynamique à la fois. Lui aussi fait des merveilles en clair et en crunch et même si je lui préfère l’aigu en saturax, force est de constater qu’il conserve beaucoup de précision même quand on pousse le drive à fond. Sur la position intermédiaire, on regrette de ne pouvoir doser les micros comme sur une LP mais on apprécie de retrouver un parfait mélange des qualités qu’on a pu remarquer sur chaque micro seul.

JPEG - 58.1 ko

La classe

Si on ajoute à cela un étui thermo moulé de haut vol, on se dit que cette Armada est bien séduisante, mais il vous faudra tout de même débourser une certaine somme, Made In USA ça se paie. Cette somme variera en fonction de la finition à choisir parmi 7 différentes, toutes plus sympa les unes que les autres. L’Armada c’est la classe, point barre.


Autres infos
  • Classique et originale
  • Qualité à tous les étages
  • Finition irréprochable
  • Sons
  • Profil du manche
  • Tête (voir texte)
  • Pas à la portée de toutes les bourses
  • Prix indicatif : à partir de 4075 €
  • Distribution : High Tech Distribution

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Music Man
Numéro
GX63

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Crate is great

2.  Audiences de Mai 2000

3.  Mettez-vous au vert

4.  Suite et faim...

5.  HP Simulator


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache