La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Une guitare de prestige

Ibanez RG 2020X TLB

Une guitare de prestige

D mai 2000     H 01:32     A Judge Fredd    


agrandir

Ibanez avait profité du salon de Francfort de l’an dernier pour présenter toute une série de prototypes hybrides, piezos et magnétiques. Arrivé à maturité, le concept se décline désormais sur plusieurs modèles dont cette RG 2020X.

La 2020X est en fait une 3120 à laquelle on a rajouté le Double Edge Bridge sur lequel nous reviendrons un peu plus loin. La 3120 fait partie des Ibanez estampillées Prestige. Fabriquées dans une usine spéciale (pas tout à fait un Custom Shop mais pas loin) les modèles Prestige bénéficient d’attentions supplémentaires, bois choisis, séries en nombre limitées, certaines opérations effectuées à la main, bref ce n’est pas de la haute couture mais c’est déjà du prêt-à-porter de luxe. La 2020X profite logiquement des mêmes avantages. On retrouve donc sous le design habituel de la série RG, un corps en acajou surmonté d’une table en érable, dont les bords sont laissés natural pour simuler un binding. Le tout est recouvert d’un vernis Twilight Blue (TLB) très esthétique.

Côté manche, on a un classique Wizard en érable surmonté d’une touche palissandre vingt-quatre cases. Le tout se montre aussi confortable à jouer que beau à regarder. L’accastillage tout en Cosmo Black réserve une première surprise : des straps EPR2 signés Gotoh. Équivalents aux Strap-Lock Shaller ou Dunlop, les EPR2 sont là pour empêcher tout décrochage malvenu de votre bandoulière ; un petit accessoire qui peut s’avérer salvateur. Mais c’est bien sûr le vibrato Double Edge Bridge qui retient l’attention. Le Double Edge Bridge est un Lo Pro Edge, vibrato Ibanez sous licence Floyd Rose habituel, auquel on a rajouté des pontets contenant des capteurs piezo. Chromés, on les distingue facilement sur le fond plus foncé du vibrato. Ce vibrato fonctionne en tous points comme le Lo Pro Edge dont les amateurs ne seront absolument pas dépaysés.

Ibanez RG 2020X TLB
Sons

Tout cela implique naturellement que la 2020X est capable de sons « électroacoustiques » autant qu’électriques, ce qui entraîne une électronique un peu spéciale : d’un côté, on a deux humbuckers maison, V7 et V8 (dommage que cette RG n’ait pas hérité des Di Marzio qui équipent la 3120) routés via un sélecteur 5 positions (double grave, grave splitté, les deux micros ensemble, le bobinage « manche » de chaque micro et double aigu), de l’autre, les piezo qui ne passent que par le volume. Côté potards, on a un volume A, un volume B et une tonalité qui ne sert que pour les deux doubles. Sur la tranche de l’instrument on trouve deux sorties jack A et B. Un petit switch nous donne le choix : soit tout passe par la même sortie (A) et on doit choisir son mode, piezo ou magnétique via un interrupteur basculant, soit on utilise les deux sorties pour router les deux sources vers deux amplis par ex., le volume A sera alors dévolu aux doubles et le B au signal piezo. Dans la pratique c’est plus simple qu’il n’y paraît : en électrique pur, la 2020X vous donne tout ce dont une RG est capable. Encore une fois on regrette qu’Ibanez n’ait pas cru bon d’équiper l’instrument de meilleurs micros, mais les aficionados de la marque s’y retrouveront sans problème, les V7 et V8 équipant pas mal de guitares de la marque.

Côté piezo, il ne faut pas s’attendre à un son d’acoustique façon Martin. C’est du pur piezo avec ce que cela comporte d’attaques un peu cliniques et de raideur. Cela étant, le rendu se réchauffe nettement dès qu’on branche la guitare sur un préamp ou un égaliseur paramétrique, le tout étant alors de bypasser le préamp ou l’égaliseur en question suivant le mode dans lequel on opère (magnétique/piezo). L’utilisation des deux sorties, sera de ce point de vue préférable, d’autant qu’elle donne de très bons résultats, notamment avec des positions intermédiaires, en son clair ou crunch côté micros magnétiques qui se marient bien au son des piezos. On dispose alors de deux guitares jouant la même chose dans des registres sonores différents et complémentaires. C’est l’idéal pour des arpèges, des rythmiques pop qui semblent doublées à l’acoustique etc. Seule limite : votre imagination. Ah si quand même, évitez les gros coups de vibrato vers le bas, car à partir d’un certain angle, les cordes se décollent des pontets, interrompant le signal délivré par les capteurs piezo.

Avec cette 2020X, Ibanez signe un bel instrument, assez polyvalent, qui possède les qualités habituellement reconnues aux réalisations de la marque, y ajoute tout un éventail de nouvelles possibilités tout en gardant une totale simplicité d’utilisation.


Autres infos
  • Look.
  • Confort de jeu.
  • Simplicité d’utilisation.
  • Eventail sonore.
  • Fabrication soignée.
  • Humbuckers de base.
  • Prix indicatif : 9 990 F TTC env.
  • Distribution : TIP

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Ibanez
Numéro
G&C 218

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Très honnête

2.  Boom boom Boomers !

3.  Généreuse et efficace

4.  Watch in black

5.  A nous les petites danoises !


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache