La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Epure

Yamaha Revstar 820 CR STR

Epure

D 21 février 2016     H 09:22     A Judge Fredd    


agrandir

La série Revstar bénéficie d’une sortie en fanfare assortie d’une grosse promo dans tous les medias. Yamaha a mis les petits plats dans les grands pour séduire un max de gratteux. Alors, mission réussie ? Il semblerait bien que oui…

Les Revstar, dixit la marque, s’inspirent des Cafe Racer, ces motos dépouillées taillées pour les runs urbains, sans chichis, toutes en efficacité, épurées et allégées des attributs et accessoires destinés à la circulation. La série se décline en pas mal de versions fabriquées en Indonésie, dont une très belle 720B « à la Gretsch » avec Bigsby et une 502T à P90 et cordier vintage plutôt séduisante. Les modèles les plus économiques 320 et 420 sont plus classiques avec deux doubles, TOM et Stopbar. Enfin, on a la 620 et la 820 (objet de notre test) qui diffèrent l’une de l’autre surtout par le look et la 20, une version japonaise de la même guitare qui est forcément plus chère. Comme elle, la 820 est dispo en deux finitions : STR Steel Rust et une version un peu plus bleutée, RRT, Rusty Rat. Donc nous avons ici affaire à la plus huppée des Revstar made in Indonesia.

JPEG - 938.8 ko

Jolie

La forme du corps est basée sur la Super Flighter, modèle maison des années 70, double cut, avec la corne supérieure un peu avancée, c’est classique et élégant, ainsi qu’ergonomique. Sur la 820, ce corps, en acajou, est surmonté d’une table érable qui ne semble pas très épaisse. Un manche collé, en acajou lui aussi, et surmonté d’une touche palissandre, complète le tableau avec 22 cases, diapason court de type Gibson, radius de 350mm, bref une lutherie qui adopte des solutions éprouvées.
Elle ne souffre par ailleurs d’aucun défaut, et bénéficie d’une très belle finition. La table est recouverte d’un vernis mat satiné violet avec deux stripes au vernis brillant qui passent au milieu des micros et sous le chevalet. C’est discret et sympa à la fois, un pickguard doré en alu anodisé et un binding ivoire venant rehausser le tout. Ce dernier court aussi autour du manche et de la tête un peu molle au niveau design, pas laide, non, mais disons que ça manque un peu d’angles vifs, de nervosité. J’aime beaucoup, en revanche, l’idée, très cohérente avec le concept de la série, du logo métallique aux trois diapasons comme sur les bécanes de la marque. L’arrière du corps et du manche sont recouverts d’un vernis transparent glossy du plus bel effet, permettant d’admirer les veines de l’acajou. La jonction corps/manche a été travaillée et se montre extrêmement discrète sous la main gauche. Le manche est lui aussi très confortable, bref tout cela est plutôt de bon augure. On note encore une volute de renforcement derrière le sillet, une découpe stomacale et un chanfrein de confort pour l’avant-bras plus le logo de la série à l’arrière de la tête.

L’équipement de la Revstar est au niveau de sa lutherie, apportant la touche de modernité qui va bien : sillet de type autolubrifiant, wraparound Tonepros AVTII à blocage, mécaniques à têtes tulipe de très bon aloi, à bain d’huile, précises et endurantes. Tout le hardware est nickel mat que ce soit les capots de micros ou les boutons de potards plats qui font un peu penser à Gretsch,
Tout cela dote la 820 d’un sustain conséquent, d’une belle profondeur, d’une jolie brillance et d’attaques claquantes déjà à vide. L’action est juste comme il faut ni trop basse ni trop haute et correspond bien à l’esprit de la guitare. On a un vrai gros confort de jeu. En position debout, par goût perso j’aurais préféré avoir l’attache à l’arrière mais c’est mon avis qu’on n’est pas obligé de partager. Juste à déplorer de petits soucis d’accordage sur la guitare testée dus à des gorges de sillet pas tout à fait bien taillées mais rien d’alarmant. A vérifier lors d’un achat.

JPEG - 47.8 ko

Forte en gueule

Les deux humbuckers Yamaha, routés via un sélecteur trois positions, possèdent un niveau de sortie mesuré confirmant l’orientation vintage de la bête. Ils sont extrêmement bien secondés par les deux potentiomètres, plus que progressifs. Au volume, on reste consistant même en baissant jusqu’à la moitié : on est moins fort mais on garde son éclat au son, on attaque toujours l’ampli avec suffisamment de punch. Le tone offre aussi de subtiles variations sur toute sa longueur et lorsqu’on le tire, on active sa fonction Dry Switch qui coupe les graves, ce qui s’avère parfois très intéressant sur le micro manche par exemple. Les deux micros sont très efficaces et leur côté vintage s’affirme d’emblée.
En son clair, on sonne très beau sur le micro grave et la position inter. Sur l’aigu on est vite agressif à moins de baisser le volume au potard ou de mettre en marche le Dry Switch grâce auquel tous les sons clairs sont flatteurs, l’aigu perdant une peu d’agressivité. En crunch, c’est là que le micro aigu est le plus flatteur et le plus à son aise, on sonne très seventies avec, à la fois, une bonne précision, un bon détachement des notes, un grain serré et de la brillance. Dès qu’on crunche de manière un peu appuyées, on est chez Free ou AC/DC, Le grave fait la farce aussi mais est moins impressionnant dans ce registre. En mode saturé, la guitare continue à avoir du claquant et de l’attaque tout en épaississant le son jusqu’à des résultats parfaits pour du bon hard des seventies. Le grave en son sauré fournit par moments un poil trop de graves baveux qu’on pourra toujours corriger avec le Dry Switch. Personnellement, la même avec un seul micro et sans pickguard m’aurait très bien été d’ailleurs (fin de la parenthèse perso).

Rêve de star

La Revstar 820 est une bonne guitare, bon esprit, orientée vintage, au rapport qualité/prix plus qu’honnête, d’autant qu’en magasin on la trouve autour de 1000 euros et qu’elle est livrée dans une housse pratique, avec toutes les clefs nécessaires au réglage du Tonepros et du trussrod. A essayer.


Autres infos
  • Bien faite et bien finie
  • Look
    Manche agréable
  • Course des potards
  • Housse fournie
  • Tête manquant d’angles
  • Prix indicatif : 1 179 € avec étui
  • Distribution : Yamaha France

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Yamaha
Numéro
GX73

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Pas commun

2.  Décoiffant !!!

3.  L.D.50

4.  Pratiques et originales

5.  Un tout lampes « modèles »


Dans la même rubrique

20/06/2017 – Neeeeeeeed !!!!

22/04/2017 – Nouveau départ

20/04/2017 – Show yourself !

22/02/2017 – European beauty

20/02/2017 – Rock Machine