La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Préamps/Préamps-Multifx » Les trois frères

FredAmp #1, #2 et #3

Les trois frères

D 23 juin 2016     H 12:58     A Judge Fredd    


agrandir

Sans abandonner l’esprit custom constitutif de son ADN, Fredamp propose désormais trois préamplis aux specs standardisées, esthétiquement réussis et surtout, très performants.

Cela fait maintenant plusieurs années que Fredamp répond avec constance aux demandes les plus alambiquées, produisant des préamplis, des amplis efficaces et classieux, entièrement fabriqués à la main près de Nîmes. Chemin faisant, il note des demandes récurrentes et affine petit à petit les specs des trois preamps que nous testons aujourd’hui, nommés très simplement #1, #2 et #3.

De vraies tronches

La fabrication est remarquable et l’esthétique de chaque pédale, à la fois très réussie et très parlante. Chaque engin présente deux canaux entièrement indépendants avec, pour chacun, un gain, un volume et une égalisation trois bandes. Les trois bestiaux fonctionnent en 15V (alim externe fournie), présentent une entrée et une sortie audio, un entrée alim externe, une sortie au format mini jack stéréo pour déporter les commandes (un câble stéréo mini jack/jack est livré avec chaque preamp), un sélecteur de niveau de sortie ligne/instrument pour attaquer un ampli de puissance ou bien un ampli guitare en frontal et deux switches pour mettre en fonction l’appareil et pour changer de canal. Enfin, last but not least, tous comportent un regard grillagé qui laisse entrevoir les deux 12AX7, cœur de ces petits bijoux. Pour parfaire l’aération, des trous, situés sur la tranche à l’arrière, aident à la circulation de l’air à l’intérieur des boîtiers.
Les trois machines ont été testées en branchement frontal sur un JCM800, puis branchées directement dans le retour de la boucle de divers amplis et enfin couplés à un CAB (merci Philippe).

JPEG - 79.6 ko

#1

Sa faceplate dorée et ses potentiomètres ne laissent aucun doute, cette #1 s’inspire des meilleures productions du Father Of Loud. Le preamp bénéficie de réglages supplémentaires, un switch Tone qui n’agit que sur le canal 1, une Presence, située à l’avant sur la tranche, dédiée au seul canal 2, tout comme le mini switch libellé « ? » qui fera passer le canal 2 du son d’un 800 à celui d’un 800 hot roddé.
Le gain du canal 1 vous mène d’un son clean à du crunch poussé très dans l’esprit Silver Jubilee. L’EQ 3 bandes fait merveille et peut être utilement secondée par le switch Tone qui permet de se débarrasser au besoin de graves trop envahissants. Comme pour tous les canaux des trois preamps, j’ai préféré toujours mettre le volume au moins à la moitié sauf quand j’attaquais l’ampli de puissance d’un ampli n’ayant pas de réel master. Le grain est beau, les crunchs sont variés car, outre ses nombreuses combinaisons volume/gain/EQ, le #1, comme ses frères d’écurie, réagit très bien aux variations de jeu, de volume et/ou de tonalité. On passe sur le canal 2 et là, on est d’abord surpris par le surcroît de compression qu’on compensera grâce à la Presence notamment qui permet d’ouvrir le rendu sonore. Ca défouraille sec dans les chaumières et si ce n’est pas encore assez, on pousse le switch « ? » et boum ! A nous le gros ronconcon version britannique. J’ai obtenu des résultats crédibles dans les trois cas de figure avec un meilleur rendu sur des amplis de puissance en EL34 et EL84 (pas trop étonnant) et je n’aurais qu’un seul tout petit bémol sur ce modèle, sur le canal 2 il faut doser l’EQ avec précision, encore que cela dépende de la config et de la guitare utilisée.

JPEG - 24.3 ko

 #2

Faceplate bleue, potards mini chickenhead blancs, on est clairement dans le monde d’une marque britannique commençant par un V, adepte des amplis fonctionnant en Class A. Ici pas de présence, pas de mini switch, ce qui, nous le verrons, n’empêche pas le #2 de sonner superbement. Des trois préamplis c’est sans doute le plus joueur, celui sur lequel on se sent le plus libre pour expérimenter. On a l’impression qu’on pourrait positionner les potards n’importe comment, ça sonnerait toujours. Le canal 1 nous transporte dans l’univers de l’AC30 Top Boost, avec au début de la course du gain, et pour peu qu’on pousse bien le volume, du très beau clean qui va progressivement devenir plus sale tout en gardant sa pêche et sa brillance. Puis, dans le dernier quart du gain, on est déjà sur du gros crunch. C’est là que le canal 2 prend le relais, avec un son d’AC30 hot roddé qui a franchement la classe à Dallas ! Le son est plus épais, la saturation plus intense mais le caractère reste le même, ça ne compresse pas plus qu’il ne faut, le son reste très ample, c’est surprenant et extrêmement musical. Et si d’aventure ça ne suffisait pas, ben « yakabooster ! » avec le switch « ? » et là encore c’est vraiment jouissif, qu’on soit rentré dans un retour de boucle ou qu’on écoute tout au casque sur un CAB. Malgré toutes les qualités des deux autres, je crois que c’est ce #2 qui m’a le plus bluffé. Superbe !

JPEG - 73.8 ko

#3

Argenté, boutons noirs, le #3 marche sur brisées des amplis américains M - - - B - - - - - . On retrouve là aussi deux réglages supplémentaires pour le canal 2, une Presence et un mini switch « ? » qui est l’équivalent du réglage Vintage/Modern que les afficionados de la marque de Petaluma connaissent bien. Donc on commence tranquille, canal 1, des sons clairs à l’américaine puis, en poussant le gain on bascule progressivement sur du crunch que ne renierait pas un aficionado texan de la strato pour terminer sur une quasi disto. Mais le vrai spécialiste de la disto c’est le canal 2 en mode Vintage comme Modern, la différence se faisant sur l’agressivité du rendu. Comme sur le #1, ce canal compresse pas mal et la Presence aide bien à oxygéner le tout. On a tout ce qu’on attend de ce genre d’ampli, la disto californienne, précise et tranchante avec toutefois plus de latitude sur les mids. Les harmoniques fusent bien les basses rebondissent c’est très porteur comme disto. Avec des résultats super tant sur EL34 que sur 6L6.

Beau podium

Quel que soit le type de branchement et de config, quelle que soit la guitare utilisée, j’ai toujours trouvé de beaux sons et une certaine variété sur chacun de ces préamplis. Certains d’entre vous sont peut-être effrayés par leur prix, et c’est vrai que c’est une somme, mais songez qu’il s’agit d’appareils fabriqués à la main en France, d’outils polyvalents, qui trouveront place tant sur un pedalboard que dans un système modulaire ou un home studio, délivrant un véritable son lampes à chaque fois dans l’esprit annoncé. De l’excellent matos.

 

 


Autres infos
  • Couteaux suisses
  • Fidélité aux modèles
  • Faits main
  • A lampes
  • Ils ont de la gueule
  • Des pieds autocollants seraient un plus
  • Prix indicatif : 479 €
  • Distribution : Fredamp Custom Amplification

Portfolio

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
Lampes
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
FredAmp
Numéro
GX75
Type d’effet
Pédale

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Alors ce salon ?

2.  Le NAMM ? Certains l’aiment show !

3.  Le killer de tuerie de la mort !

4.  Phasing

5.  De la relativité de ce que nous percevons


Dans la même rubrique

23/06/2016 – Les trois frères

23/04/2016 – Les 3 mousquetaires

20/10/2008 – L’anti prise de ouch

20/12/2007 – Nées pour faire du dégât !

20/12/2007 – Vox in a box