La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Judge’s corner » Divers » Linux, la MAO et moa

Linux, la MAO et moa

D 17 juillet 2022     H 12:34     A Judge Fredd    


agrandir

Où le Judge décrit son expérience d’installation MAO sous Linux à la fois pour que ceux qui en doutent voient que c’est possible et pour que les forumeurs Linux MAO ou d’autres personnes ayant le même matériel que moi galèrent moins et aussi juste parce que je suis content d’y être arrivé.

Note : J’ai regroupé tous les liens utiles à la fin de cet article pour ceux qui sont pressés ;-)

Vous le savez sans doute si vous me suivez sur FB depuis quelques années (sinon ben vous allez l’apprendre) , il y a 6 ou 7 ans j’ai trouvé, en promenant le chien, un Mac Pro 2006 abandonné dans la rue, et je lui ai offert un toit. J’ai jamais aimé les Mac, essentiellement à cause l’OS que je trouve désagréable à utiliser au quotidien et bien sûr aussi à cause de leur politique d’enfermement du consommateur dans leur écosystème, beaucoup d’autres entreprises les ayant suivis sur cette voie depuis. Mais bon, à cheval trouvé comme on dit…

Le Capitaine

Après l’avoir remis en route avec l’aide d’un pote qui lui adore les Mac (merci Phil), il s’est trouvé qu’il suffisait de vider un peu le disque système (bourré de photos de centaines de photos de 50 Mo chacune) et de remplacer une barrette mémoire défaillante pour que la bécane remarche. Comme je devais être sous Lion qui est quand même compatible avec de moins en moins rien, en cherchant un peu, j’ai trouvé un ricain qui avait mis en ligne une image disque qui permettait de démarrer l’engin en 64 bit et donc d’utiliser un OSX plus récent (El Capitan). Ah oui parce qu’au cas où ça vous aurait échappé, Apple avait bridé ces bécanes 64 bits (parmi les premières chez eux) en 32 bits et expliquait bien sûr qu’il fallait changer d’ordi si on voulait utiliser un système plus récent. Une belle bande de trouducs, relayés par leurs revendeurs, car oui, j’ai rencontré le premier propriétaire de l’ordi un peu plus tard : un photographe à qui on avait expliqué que « ahbenmonpôvmôssieu » les ralentissements c’était parce que l’ordi était obsolète et qu’il fallait en racheter un autre, ce qu’il avait fait. Il était vert quand je lui ai dit que l’ordi qu’il avait mis à la benne marchait nickel (jusqu’à ce jour d’ailleurs, RAS).

Plus tard j’ai cloné le disque sur un SSD, pour la vitesse, installé un Linux Mint sur un 2e SSD, j’ai mis deux DD de 2 To dedans et voilà une machine avec 32 Go de RAM sur laquelle j’ai enregistré pas mal de maquettes (avec Logic et Reaper) dont certaines pistes ont parfois été gardées pour des defs (United Guitars sur des guitares additionnelles par ex.).

L’indien

Début 2022, j’ai acheté un autre Mac Pro d’occase, un 4.1 flashé 5.1, bi proc, 96 Go de RAM, nvme, ssd, bref, optimisé au top et là, en regardant les specs : attends un peu... j’avais pas tilté sur le 2006 mais ouais… les mecs s’étaient pas trop cassés en fait. Ils avaient repris les configurations de serveurs PC de l’époque (bi-xeons, RAM ECC, disques enfichables même à chaud (je ne le fais jamais mais bon…) etc.). Ils t’avaient packagé tout ça dans le beau boîtier alu des G5 et roule ma poule que je te vends ça à des prix exorbitants. Après, faut reconnaître que ça tient bien ces bécanes, un peu trop bien pour Apple qui s’est ingénié à les rendre has been (pour les fanboys) et les a remplacés par les fameuses poubelles de table. Mais en réalité ce ne sont que des serveurs PC avec une grosse carte graphique - et qui font moins de bruit c’est vrai - mais sinon, rien d’autre.

Mon Mint à moi

Du coup, sur le Mac Pro deuxième du nom, le gars qui me l’a vendu avait déjà installé un Windows 10 sur un vieux disque à côté (j’ai dû m’en servir deux fois, mais surtout ensuite, j’ai installé un Linux Mint qui me donne entière satisfaction et est devenu mon, daily comme on dit. J’ y suis en ce moment-même. Oui… mais… j’avais envie de pouvoir faire du son sous Linux aussi et même principalement. Et là, je ne vais pas vous mentir, c’est pas facile, mais… ce n’est pas impossible ou réservé à des geeks non plus. Faut juste oublier tout ce que vous croyez savoir sur Win, Mac OS et Linux. Les outils existent et ils marchent super bien, et certains logiciels propriétaires que vous connaissez (Reaper par ex.) ont des versions Linux qui s’installent en deux secondes et demie (j’ai chronométré).

Digression (ok, euh... Gréçion… j’ai bon ?)

Je connais Linux depuis 97/98 je crois, suite à un gros plantage de win95 qui m’avait laissé bien dépourvu et m’avait incité à aller chercher autre chose. J’ai alors entendu parler de Linux et je me suis installé une Red Hat 5.0 (ça parlera aux plus dinosaures d’entre vous). A l’époque, fallait le mériter : beaucoup de ligne de commande, une communauté française plus que réduite mais très active, des interfaces graphiques moyennement sexy. Bref, je m’y mets mais sans vraiment rentrer dedans complètement. J’entends par là que je restais un end user avant tout, je ne cherchais à comprendre que quand j’avais un besoin spécifique, et j’avais quand même un DD windows à côté. J’ai upgradé, Red Hat 5.2 tout ça, puis suis passé à Mandrake parce que c’était français. Vers 98/99 j’ai même monté un serveur sous RH 5.2 à l’école où j’enseignais parce qu’on avait récupéré, grâce à un père d’élève une douzaine de postes Win 95. Le Red Hat faisait office de serveur de fichiers, d’impression et de passerelle internet (avec un modem d’abord ;-) puis on nous a raccordé au câble du lycée pro d’à côté, pas l’éduc hein, non faut pas rêver, initiative d’un prof du lycée en question).

Par la suite, vers 2003, j’ai un peu délaissé Linux, parce que j’ai quitté l’Educ, je faisais du webmastering, beaucoup avec Dreamweaver, sous XP qui était quand même bcp plus stable que les précédents Win. Donc ce fut plutôt Windows pendant un temps, et puis, un jour j’ai installé Mint première version sur un vieil ordi (oui parce que du temps de l’école, j’avais pris l’habitude de récupérer de vieux ordis, des pièces, des DD, des barrettes de… RAM pour améliorer le matos et c’était devenu une habitude, je dépiautais tout ordi qui se trouvait sur la voie publique) et je me suis senti immédiatement chez moi. Et dieu (ou un autre) sait que c’était loin d’être parfait, mais tout me plaisait dans cette distrib. Donc j’expérimentais un peu : j’ai essayé les différentes versions LMDE, Cinnamon, XFCE (pas Mate, ça ressemble trop à Gnome qui ressemble trop à Mac OS), mais sans vraiment franchir le pas d’en faire une machine principale pour un usage quotidien.

Pis voilà que je trouve ce Mac dans la rue et c’est parti pour une période mixte Win/OSX. Finalement, c’est ce qui m’a sauvé parce qu’en réalité les deux sont saoûlants, et je reste poli. Restons tout à fait honnête, c’est quand même grâce à ce Mac que j’ai mis un orteil dans la MAO. Mais à un moment j’ai réalisé que toutes mes activités web se passaient depuis un bon moment dans des CMS, donc un navigateur, un client FTP et un bon éditeur de texte suffisaient. Alors j’ai repensé à Linux comme machine principale et j’ai commencé à me faire une clef USB de temps en temps pour voir l’état de l’art. Et en 2019 j’ai été bluffé par les progrès accomplis en termes d’« userfriendliness », de nombre de logiciels aboutis à disposition, de facilité d’installation et, mais ça je le savais déjà, de performances. Tout ça avec la plus grande tranquillité d’esprit : peu ou pas de virus, aucun besoin de pirater quoi que ce soit puisque tout est mis à disposition et la possibilité de garder ton vieux matos qui marche encore.

Attention hein, je ne suis pas un ayatollah du libre, j’utilise Reaper sous Linux, j’ai tous les codecs propriétaires installés, mais j’en suis un convaincu absolu. Ça fait très longtemps que j’écris mes reviews avec Libre Office par ex. quelle que soit la plateforme. Ce qui a été accompli dans le domaine du libre en 30 ans est juste phénoménal et vu où on en est rendus, je ne comprends même pas que les administrations n’aient pas envoyé les grosses entreprises ricaines se faire voir. Y avait moyen de bâtir un environnement informatique d’état indépendant des grosses entreprises du net. Raté !

Le plus dur c’est le début

Mais revenons à nos moutons : Linux et la MAO. Donc comme dit dans l’intertitre ci-dessus, ce sont les premiers pas les plus durs. Faut être motivé, surtout quand t’as déjà tout ce qu’il faut sous OSX. Mais j’ai senti que c’était le moment de mettre cette activité là aussi plus ou moins en accord avec mes pensées.

Linux MAO

Alors j’ai commencé par aller sur Linux MAO, le site référence en France pour déjà voir si ma carte était supportée par Linux. Ben non ! Et pour ceux qui ne « sachent » pas, Linux n’est pas fautif : c’est un peu le même principe que pour les maladies orphelines : pas assez de pratiquants de la MAO sous Linux pour que les fabricants de cartes développent des drivers Linux. Pas rentable ! Donc tout se fait par retro engineering, soit ce sont des utilisateurs un peu geek qui font ça pour eux et le mettent ensuite à disposition, soit des collectifs se mettent en place pour développer des solutions, et bon les mecs n’ont que deux mains et un cerveau chacun plus une famille et plein d’autres activités à côté. Heureusement, l’horizon s’éclaircit avec les cartes modernes dites « class compliant » qui n’ont plus besoin de drivers si j’ai bien compris.

La Mbox M-Audio/Avid ? Ben elle est pas dans la liste. Bruno Durand avait une TC Konnekt 24D à céder, je checke : la 8 de la même série est dans la liste donc ça se tente, je prends. C’est du Firewire et une carte de plutôt bonne facture. Ça tombe bien j’ai plein de prises Firewire sur les deux macs dont je ne me sers absolument pas. Je reçois la carte, déjà elle marche sur le vieux Mac sous OSX mais pas sur le plus récent qui refuse obstinément de la reconnaître. Ça part moyen, mais au pire, elle marche sur le vieux et la qualité étant meilleure qu’avec la M-Audio, c’est pas perdu. Mais bon, moi je l’ai achetée pour fonctionner sous Linux, donc j’suis un peu vénère mais je vais tenter le coup quand même.

Distro blues

Retour sur Linux MAO pour checker cette fois la liste des distributions orientées audio/vidéo/création etc. J’en retiens deux : AV Linux et Ubuntu Studio. AV Linux ça va assez vite : la clef ne boote pas sur le Mac. Je l’installe à partir d’un autre ordi (si, si, c’est possible) et je me retrouve avec un écran en 1024 par 700 ou un truc comme ça (en fait 700x480 cf. photo) ; sur un écran 34 pouces ça fait bizarre d’autant que je ne vois pas tout l’écran à chaque fois.

AV Linux en mode timbre-poste

Je vous passe les nombreux appels à l’aide sur Linux MAO mais, malgré l’évidente bonne volonté des forumeurs et leurs nombreuses suggestions, je laisse tomber AVLinux. En parallèle, j’avais installé Ubuntu Studio sur un autre disque et là ça bootait bien et ça marchait bien, il avait reconnu la Konnekt direct sauf que, j’avais du son tant que je ne démarrais pas Jack (explication de Jack voir lien en bas de page). Dès le démarrage de Jack, toutes les applis « sonores » se bloquaient même Youtube sur Firefox ou n’importe quelle autre appli avec du son. Et au bout de deux jours, j’étais vraiment pas loin de jeter l’éponge, pensant qu’en fait il faudrait que j’achète une Audient ID14 par exemple, qui est réputée fonctionner « out of the box » sur Linux (class compliant).

C’était compter sans les forumeurs de Linux MAO. En « double parallèle », quand j’avais laissé tomber mes essais de démarrer AV Linux autrement que sur un timbre poste, Jujudusud, un de ces forumeurs m’avait signalé un post d’un gars sur les forums de Linuxmusicians (en anglais cette fois), un certain Krussedull, qui avait réussi à faire fonctionner sa 24D sur un Linux Mint, ma distrib préférée !! Je me rends sur la page et le gars a vraiment mâché le travail, c’est génial, qu’il en soit remercié. En gros le principe était d’installer des packages de KX-Studio par dessus Mint. Donc, je suis ses instructions, je démarre Jack, je galère un peu à comprendre le principe des connections mais ça vient. Je découvre Guitarix qui est un super logiciel d’ampli et effets de gratte qui fonctionne en standalone ou en plugin. MAIS… car il y en a un, j’ai des xruns (des trous, des clics etc.) même quand j’écoute un simple MP3.

Ubuntu Studio

Situation à ce moment-là : j’ai une Ubuntu Studio dans laquelle Jack (outil central et demandé par d’autres logiciels) coupe le son alors qu’il devrait au contraire me faciliter la tâche et une Mint dans laquelle il démarre mais où les xruns rendent tout enregistrement et même toute écoute impossible. Mais cette fois je ne me décourage pas j’ai décidé, encouragé par Jujudusud que ça marcherait, nomdedjû (du sud) ! Pendant deux jours, je passe mon temps sur l’une ou l’autre distrib, à tripatouiller la fréquence d’échantillonnage, la taille des échantillons, leur nombre etc., à régler les priorités des différent éléments du système, à tartiner le forum de questions, à googler à tout va, mais je fais du surplace. Au troisième jour, je ne sais plus pourquoi, je checke ma connexion internet et je découvre que j’ai le wifi allumé. Je ne savais même pas que ce gros lard (pas loin de 20kg quand même) avait le wifi intégré à la carte mère. Je coupe donc et là… allégresse, joie, bonheur et zénitude, plus aucun xrun et une latence de 2,9 millisecondes autant dire rien. Ayé j’ai une Mint opérationnelle pour la MAO (à quelques installs de logiciels près) !!!

Vue d’ensemble bordélique ;-)

Freedom

C’est alors que Jujudusud, encore lui, me suggère, sur le fil consacré à mes problèmes avec Ubuntu Studio d’utiliser ALSA (non pas celui des crêpes) à la place de Firewire comme option dans la config de Jack . Et re-victoire !! Donc mortel j’ai deux distribs différentes sur lesquelles la carte marche, vertigineux non ? Sauf que… sous Ubuntu pour les vidéos YT par ex. ben je suis obligé de passer par les HP de l’écran parce que je n’ai aucun moyen de raccorder Firefox à Jack (de même que les lecteurs qui n’ont pas l’option raccorder à jack je ne sais pas trop pourquoi. Mais bon aucun problème pour les logiciels genre DAW, drumbox etc.

A ce stade j’ai pas encore essayé d’enregistrer, j’ai juste jammé à 4 du mat’ sur des backing tracks Youtube avec Guitarix comme ampli. Mais je suis confiant et par une très chaude après-midi de juillet, j’installe Reaper sur la Mint. Ah mais pourquoi Reaper qu’est pas libre et pas Ardour ou Qtractor ? Ma toute petite expérience en MAO s’est construite sur Logic et Reaper. Donc j’y suis à l’aise, enfin disons que j’arrive à faire des trucs avec. Mon idée est d’installer deux DD genre 6To ou plus pour stocker les projets audio d’un côté et vidéo de l’autre.

Guitarix {PNG}

Voilà, fin de l’EP.01. La suite quand j’aurai pu acquérir et installer les gros DD en question et un peu pratiqué. Sur ce, je vous salue bien.

Les fils de discussion sur Linux MAO auxquels il est fait allusion dans le texte

Mes démêlés MAO avec :

Linux Mint/Jack

http://linuxmao.org/tiki-view_forum_thread.php?forumId=38&threadId=109595&comzone=show#threadId109595

Ubuntu Studio

http://linuxmao.org/tiki-view_forum_thread.php?forumId=5&threadId=109578&comzone=show#threadId109578

AV Linux

http://linuxmao.org/tiki-view_forum_thread.php?forumId=2&threadId=109531&comzone=show#threadId109531

La fameuse page sur Linuxmusicians qui m’a sauvé la mise

https://linuxmusicians.com/viewtopic.php?t=20373

Portfolio

  • Connectieune at last !!!
  • Le Jack se décide enfin à démarrer
  • Mes réglages Jack actuels

 

Mots-Clefs

Type d’article
Autres
Musiciens/Groupes
Judge Fredd
Divers
Linux MAO

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Show yourself !

2.  Watch in black

3.  La vraie fille de Leo

4.  Lampes, transistors, hybrides

5.  Overdrive new age


Dans la même rubrique

17/07/2022 – Linux, la MAO et moa