La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Neeeeeeeed !!!!

MUSIC MAN St. Vincent

Neeeeeeeed !!!!

D 20 juin 2017     H 12:23     A Judge Fredd    


agrandir

Attention, guitare exceptionnelle droit devant ! La St. Vincent, outre les qualités habituelles à la marque de San Luis Obispo, porte clairement et en profondeur la griffe d’Annie Clark, et ce n’est pas que du look, loin de là.

Annie Clark a un univers bien à elle avec un jeu de guitare vraiment à part et très intéressant quand on le décortique. Elle a utilisé pas mal de guitares différentes : des SG, des Jazzmasters, des Silvertone, Kay, Metropolitan, Harmony, ainsi qu’une de mes guitares préférées chez Music Man l’Albert Lee HH. Autant dire qu’on était curieux de voir ce qui allait sortir de la collaboration MM/ST. Vincent. Et le résultat est juste énorme !

JPEG - 195.9 ko

Beeeeeeelle !

Enorme esthétiquement d’abord, la forme du corps, en acajou africain, est à la fois simple et élégante, originale et racée, féminine mais pas « pour les filles », anguleuse et confortable. Techniquement ensuite, avec un vibrato exceptionnel, le Custom St. Vincent Music Man® Modern tremolo, des choix intéressants sur la config micros et bien sûr, la finition et l’assemblage exemplaire des productions Music Man US. Tant qu’on y est, évacuons tout de suite le seul bémol pour moi : la tête. Bien sûr, je comprends que la tête d’une guitare soit une sorte de signature pour une marque, mais là, une tête six en ligne aurait été plus en phase avec l’esthétique du corps, à mon humble avis. Et il aurait aussi été de bon ton de matcher la couleur de la tête avec celle du corps au lieu de la laisser bois. Bon ben voilà j’en ai fini avec les critiques sur ce fabuleux instrument.

Je vous avoue que je suis resté un bon quart d’heure à juste la regarder sous tous les angles. Le corps est assez long, plus fin que celui d’une Explorer par exemple et s’architecture autour d’un V comme Vincent, assez discret formé par deux lignes qui partent des bords supérieur et inférieur de la guitare et se prolongent jusque vers l’attache de sangle arrière. Cela a permis d’affiner les ailes arrières de l’instrument derrière le micro aigu. C’est classieux, ça donne du relief et apporte une certaine douceur qui contraste avec la géométrie implacable du reste. On note aussi à l’arrière une large découpe stomacale qui, elle aussi, apporte douceur et confort. Ce corps est vraiment une réussite à tous les niveaux. A l’arrière toujours, on voit la plaque vibrato avec le chargement des cordes par le dos, celle de la cavité électronique et la plaque métallique de fixation du manche en 5 points. Ce dernier est également superbe, tout en palissandre un peu comme un mapleneck où le palissandre aurait remplacé l’érable. Il est huilé et présente un toucher satiné très agréable sous la main. Seule la tête est vernie gloss. Les repères sont spécifiques reprenant un bout du logo de St. Vincent, les frettes, mediums et hautes, le diapason, long. Enfin le truss rod est accessible par le bas juste devant le micro neck.

JPEG - 85.9 ko

Dive booooooomb !!!!

L’accastillage, de qualité, comprend deux attaches de sangle surdimensionnés, six mécaniques Schaller M6-IND à blocage avec tête pearl (là aussi c’était pas obligé… les goûts et les couleurs…) qui travaillent de concert avec le vibrato. Alors parlons-en de ce vibrato : il m’a juste espoustoufliffié !! Il est un peu massif mais sans exagération et on note rapidement que les pontets ont un look très vintage, strat like, du coup on s’inquiète un peu, est-il juste là pour la galerie ? On enfiche la queue jusqu’au bout (oh ça va hein…) et on tente d’abord un p’tit coup gentillet (mais vous obsédés ou quoi ?). Ah ben dis donc, l’accordage a pas bougé d’un poil !?! On s’enhardit et on y va un peu plus fort, pas une corde ne moufte. Ah c’est comme ça ? Ben tiens v’là un dive bomb, pis encore hein, pis quatre ou cinq de suite avec secouage en règle. Et là, ben j’étais vert… l’accordage est resté nickel quelque outrage que je fasse subir au tremolo. Génial !

La guitare se montre extrêmement agréable tant en position assise que debout. Très légère, elle se porte sans effort et tout tombe sous les mains sans avoir à réfléchir. Le manche pourrait être plus gros à mon goût mais il est déjà bien présent dans la main gauche et il n’y a rien à redire sur son confort, sa facilité de glisse, ni sur les réglages usine aux petits oignons que ce soit pour l’action, l’intonation ou le confort de jeu. Notez quand même que c’est un diapason long et que les sensations seront plus proches de la planète F que de la galaxie G. Il faut lui rentrer un peu dans le lard. Mention très bien donc à la prise en main, ne reste plus qu’à…

JPEG - 307.9 ko

Bwancher le guitâw !

Côté micros, on a trois mini humbuckers custom de chez Di Marzio. Mais là encore, rien n’est aussi évident qu’il n’y paraît. D’abord vous noterez que l’aigu est vissé dans le bois du corps à la Van Halen, tandis que les deux autres sont montés sur le pickguard, à la strat. Ensuite ils sont routés via un volume, une tonalité (notez au passage la forme trianglo-circulaire des boutons de potards) et un sélecteur 5 positions. Oui mais… ce n’est câblé comme dans une strat : les trois premières positions donnent chacun des trois micros (1 Bridge, 2 Middle, 3 Neck) la quatrième position donne les trois micros en même temps et la cinquième uniquement le grave et l’aigu. A l’usage c’est très pratique. Allez pour chipoter ç’aurait été génial d’avoir en plus la possibilité de splitter les micros en simples ce qui aurait doublé les possibilités sonores de l’instrument.

L’aigu tranche, cisaille bien et envoie le pâté comme il faut. En son clair, il crunche assez vite, mais on récupère de la clarté en baissant légèrement au volume ce qui n’enlève rien à la dynamique et à la précision du son. La lutherie résonne super bien, offrant un sustain naturel de très bon aloi, les harmoniques sont là c’est superbe. En son crunch, c’est juste agressif comme on aime, sans exagération, sans vulgarité avec un bel équilibre entre graves et aigus, et toujours ce tranchant qui n’a rien de clinique. Au contraire on sent le bois derrière et, cerise sur le gâteau, ce double aigu est aussi fort aise de se faire saturer la tronche dans les grandes largeurs. Cette guitare peut aller de la pop gentillette au metal bien lourd sans aucun problème, une grande polyvalence donc mais avec de la personnalité, tout ce que j’aime. Le micro milieu sonne un peu plus creusé que l’aigu, moins de mids, et ajoute une certaine corpulence tout en restant lui aussi très précis. Comme son frère bridge il se montre exploitable sur une grosse palette de registres, du clean au saturax. On retrouve ces belles attaques sur le micro grave qui va se montre moins agressif que les deux autres, plus rond, mais sans jamais baver ou se coucher même en saturax. Il marche d’ailleurs très bien avec une fuzz octavia un peu poussée. Avec les trois micros, on a carrément un son intermédiaire de strat (entre grave et milieu) ce qu’on trouve presque logique vu la position du sélecteur. C’est tout de même un poil moins creux mais cela donne un son dont on pourra se servir exactement de la même façon. Enfin la position 5 se montre chaude et bluesy à souhait.

J’en veuuuuuuuuux !!

Pour moi, cette St. Vincent a tout bon, elle est aussi bonne que belle, ne coûte pas si cher si on compare son prix à celui de guitares bien plus insipides et beaucoup moins inspirantes qui dépassent les 3000 euros. Elle est, de plus, livrée dans un très bel étui moulé Music Man, à la Hiscox, avec le logo St Vincent près de la poignée. Superbe à tout point de vue !


Autres infos
  • Look bien sûr
  • Sons superbes
  • Config et routage micros
  • Confort, qualité et originalité
  • Etui
  • Prix correct
  • Le look de la tête pas adapté ici
  • Prix indicatif : 2 637 €
  • Distribution : La boite noire du musicien

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Musiciens/Groupes
Annie Clark/St.Vincent
Marques
Music Man
Numéro
GX82

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Le retour de la vengeance (2)

2.  Blackfoot the reboot

3.  Micros Kinman : le choc !

4.  Audiences de Juillet 1999

5.  Galerie Photo


Dans la même rubrique

22/08/2017 – The new Reeveserend

22/06/2017 – The girl in red

20/06/2017 – Neeeeeeeed !!!!

22/04/2017 – Nouveau départ

20/04/2017 – Show yourself !