La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » The new Reeveserend

REVEREND Dirtbike

The new Reeveserend

D 22 août 2017     H 12:46     A Judge Fredd    


agrandir

Inspirée de deux motos ayant appartenu à Reeves Gabrels, la Dirtbike, sa nouvelle guitare signature, combine avec bonheur simplicité, puissance et efficacité. L’essence du rock quoi…

Qu’on me laisse ici redire mon amour pour les guitares monomicro, leur côté immédiat, (on plugue, on joue), leur exigence (tu veux sonner plus rond ? Ben à toi de jouer mec, y a pas de switch magique) et leur radicalité en fait, pour moi et pas mal d’autres, la quintessence de la guitare rock. Aussi étais-je déjà bien disposé en recevant cette Dirtbike, ce qui ne m’a pas empêché de prendre une bonne grosse claque.

JPEG - 634.7 ko

Carosserie

Le corps de la guitare reprend la forme de la Sensei, modèle Reverend double cutaway. Elle reçoit un manche collé qui se termine ici par la tête six en ligne de la marque (la Sensei a d’habitude une tête 3+3). Le tout est recouvert d’un vernis Violin Brown sur le modèle testé (elle existe aussi en Reeves Blue et en Cream [1]) et entouré de binding pour le corps comme pour la touche. Cette dernière, ornée de 22 frettes jumbo est en Blackwood Tek.
Mais qu’est-ce donc que c’est donc vous dites-vous ? Vous savez peut-être que la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, connue par son sigle CITES, a récemment drastiquement restreint le commerce du palissandre (et du bubinga d’ailleurs) poussant les fabricants à s’orienter vers des bois dont le commerce est moins encadré. Le Blackwood Tek est un bois technologiquement modifié qui s’obtient à partir du Pin de Monterrey (pinus radiata) provenant de plantations à cycle court en Nouvelle Zélande. L’essence de pin subit ensuite un processus technologique complexe pendant lequel on lui incorpore des produits naturels (comprenez ni plastique, ni dérivé pétrolier) qui lui apportent dureté, densité et stabilité en plus d’une sombritude pouvant imiter au choix l’ébène ou le Palissandre d’Inde.
Fin du cours et retour à notre belle avec, au dos de la tête la signature Reeves Gabrels et numéro de série.

JPEG - 758.8 ko

Confort et agrément

A vide, c’est déjà un régal de brillance, d’attaques incisives et de résonance avec un sustain excellent. Le confort de jeu est au rendez-vous avec une action très équilibrée, ni trop basse ni trop haute, des tirés faciles sans donner dans le spaghetti trop cuit (merci le diapason court). La jonction corps/manche reste classique, avec quand même un petit biseau et on n’a aucun problème pour accéder aux dernières cases.
Le profil du manche, Medium Oval, est à la fois bien présent en main et facile à oublier tant il se love naturellement dans la paume. La tenue d’accord est juste parfaite, grâce à un trio comprenant le sillet en os synthétique (Boneite), les six mécaniques maison à blocage et le vibrato Wilkinson WVS50 IIK, monté flottant. C’est impressionnant de stabilité. L’accord tient toujours très bien, on peut pousser le Wilkinson, le tirer aussi, faire des glides très country, s’en servir un peu à la Jeff Beck, ou le faire grelotter à la Vai. Bref on peut s’en servir exactement comme d’un Floyd flottant avec la même tenue de l’accord et, si vous ne me croyez pas sur paroles allez donc voir et écouter Reeves himself en train de le maltraiter sur YT.
Concernant le confort général, il est parfait en position assise avec une découpe stomacale et un chanfrein pour l’avant-bras droit. En position debout, le Judge va mettre le seul tout petit bémol de cet essai : l’emplacement de l’attache bandoulière sous la corne supérieure. C’est hérité de la Sensei standard et je ne trouve pas ça pratique. Evidemment le mettre au bout de la corne ne serait pas très safe vu son extrémité extrêmement pointue. Personnellement j’aurais préféré que l’attache soit au dos du corps vers la jonction corps/manche. Mais bon, des milliers de gratteux jouent avec des guitares dont l’attache est sous la corne sans éprouver de gêne particulière donc…
L’électronique se compose d’un double Railhammer Reeves Gabrels Signature taillé pour sortir du mix quelque soit le type de son que vous utilisiez. Il est secondé par un volume, une tonalité et le désormais fameux Bass Contour qui change le voicing du micro.

PNG - 583 ko

Moteur

Le Railhammer signature est un micro puissant qui crunche même sur canal clair sauf si on baisse légèrement le volume, solution standard pour récupérer de la clarté, ou si on baisse le Bass Contour, ce qui rend le son moins fat, plus proche de celui d’un simple. Ca permet également de récupérer un son clair et on se retrouve avec la possibilité de jouer des parties quasi acoustiques sur un JCM 800. Impressionnant. Le son est extrêmement équilibré même si on constate déjà qu’on a un peu favorisé certaines fréquences mids, ce qui explique sans doute que le fabricant vante le côté « cut thru the mix » de la Dirtbike. En son crunch, c’est un pur régal soit qu’on s’approche d’une réelle saturation tous potards à fond soit qu’on se retrouve dans un monde très fendérien avec le Bass Contour à zéro, le truc idéal pour avoir des sons à la Ty Tabor de King’s X. Entre le jeu sur le volume et celui sur le Bass Contour, les possibilités sont énormes. Ce dernier est vraiment super sur cette guitare ; je trouve son intérêt variable suivant les modèles de Reverend sur lesquel je l’ai essayé, mais, sur la Dirtbike, il donne sa pleine mesure, enrichissant de manière spectaculaire sa palette sonore.
En son saturé c’est à la fois compact, ouvert et défini, tout est extrêmement précis. On s’éclate vraiment bien, harmoniques, basses souples, rondes et rebondissantes et toujours cette netteté qui permet même avec beaucoup de saturation de tenter et de passer des appogiatures qui seraient rabotées ou inaudibles avec un son plus brouillon, c’est impressionnant. Ici les notes sont toujours bien audibles individuellement quel que soit le type de son.

JPEG - 329.8 ko

Très classe

On se résume : une guitare simple et très efficace, regorgeant de possibilités sonores, sur laquelle on prend beaucoup de plaisir à jouer, pour un prix auquel, il faut bien le dire on ne trouve pas beaucoup d’équivalent.


Autres infos
  • Superbe
  • Micro Signature top
  • Sons très variés
  • Confort
  • Tenue d’accord exceptionnelle
  • Finitions sans reproche
  • Pas de gig bag fourni
  • Prix indicatif : 1 069 €
  • Distribution : HCG Diffusion

Portfolio


[1Depuis la rédaction du test il semble que la finition Cream ait été abandonnée et sont apparues deux nouvelles finitions : Metallic Emerald soit vert pailleté et Metallic Violet.

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Musiciens/Groupes
Reeves Gabrels
Marques
Reverend
Numéro
GX83

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Orvilienne

2.  Une enfant de la Tele

3.  Les lampes ont du mouron à se faire...

4.  C’est nous qu’on l’a inventée quand même...

5.  Les systèmes modulaires et le retour aux classiques


Dans la même rubrique

22/08/2017 – The new Reeveserend

22/06/2017 – The girl in red

20/06/2017 – Neeeeeeeed !!!!

22/04/2017 – Nouveau départ

20/04/2017 – Show yourself !