La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Tranchante et affutée

Schecter Hellraiser C-1

Tranchante et affutée

D 20 octobre 2008     H 01:54     A Judge Fredd    


agrandir

La série Hellraiser c’est un peu du gothic chic. Comprenez une esthétique de la crypte mais qui ne vous condamne pas au noir mat et à la « sombritude » comme dirait Ségo. Non, comme nous le verrons avec cette C-1, c’est brillant, beau, confort et bon à la fois.

Fabriquée en Corée, cette C-1 Hellraiser est dotée d’un corps acajou sculpté, de forme stratoïde, recouvert d’un très beau finish black cherry. Sa forme est soulignée du binding en abalone propre à la série, qu’on retrouve aussi sur la crosse 3+3 assez élégante. Le manche, fait de trois parties d’acajou, est collé à hauteur de la dix-neuvième case sur vingt-quatre. Son profil classique de la production coréenne remplit la main sans excès et se montre très confortable sur toute sa longueur. Le généreux cutaway inférieur et le contourage de type Ultra Acces Neck Joint permet d’atteindre les dernières cases de la touche palissandre comme dans un fauteuil. Outre des frettes jumbo, celle-ci reçoit des repères de type croix vaguement gothiques typiques des Hellraiser Series. Sur le modèle testé l’action était juste comme il faut, ni trop haute ni trop basse et les tirés aisés.

Hellraiser C-1

Le hardware noir chromé comprend six mécaniques Grover, trois boutons de potard métalliques, deux attaches bandoulières à tête large et un chevalet Tone Pro de type Tune O Matic. Pas de Stop Bar ici mais des cordes traversantes aussi esthétiques qu’intéressantes point de vue sustain et résonances. Les micros, un EMG 81 en aigu et un 89 en grave sont servis par deux volumes, une tonalité et un sélecteur trois positions de type strat, configuration très classique donc. Le logement de la pile, situé au dos de l’instrument, se montre simple et pratique. Cette C-1 Hellraiser est vraiment un bel instrument, bien fini et très bien équipé. Non branchée, elle résonne déjà bien avec des attaques claires et distinctes, des vibrations qui circulent bien et un sustain de bon aloi.

Sons de la forge

Amplifiée, elle est capable de très beaux sons clairs, ronds sur le micro grave, plus rauques et claquants sur le micro aigu, la position intermédiaire étant un juste milieu entre les deux. Les sons crunchs sont un peu le point faible de cette guitare, mais, étant entendu que peu de gens l’achèteront pour jouer du Texas Blues ou du Clapton, fermons la parenthèse. En gros saturax par contre, la belle s’épanouit, et suivant les réglages de l’ampli pourra tout à la fois se montrer joufflue avec des basses à la fois compressées et rebondissantes et/ou abrasive avec des aigus étincelants, bref tout ce qu’il faut pour la grosse baston allant du rock fort ;-) au hard et au metal bien tassé. On note dans tous ces types de sons qu’elle conserve toujours de la corpulence, beaucoup de netteté dans l’attaque et de précision dans le rendu quel que soit le micro, qualités qui, conjuguées à la compression habituelle des EMG, en font une arme tranchante et affutée.

La Hellraiser C-1 est une guitare dont le plumage et le ramage s’accordent pour séduire shredders et métalleux ainsi que tous ceux qui combine un jeu net et précis avec de forts taux de saturation. Au prix où elle est, c’est une très bonne affaire et, si vous n’aimez pas le rouge, elle existe aussi en noir et en blanc.


Autres infos
  • Fabrication et finition
  • Sustain et résonances
  • Confort de jeu
  • Accès aux aigus
  • EMG
  • Qualité/prix
  • Pas de gig bag
  • Prix indicatif : 1 099 € TTC.
  • Distribution : HTD

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Schecter
Numéro
GX29

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  L’indispensable OVNI

2.  Supaire

3.  Epoustouflifiant !

4.  A nous les petites danoises !

5.  Hamer : The Factory


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache