La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Times are changing

Yamaha SG 1820 et 1820A

Times are changing

D 20 octobre 2010     H 19:55     A Judge Fredd    


agrandir

Trente-cinq ans après sa naissance, la série SG accueille trois nouveaux membres, 1802, 1820 et 1820A dont le rôle est de moderniser le concept, de diversifier la gamme et bien sûr de séduire de nouvelles générations de guitaristes.

SG 1820 et 1820A sont donc nos “testées du jour”. Voyons d’abord leurs points communs avant de nous attacher à leurs différences.

Yam want the best, the hell with the rest

Premier gros changement, l’étui marron Yamaha traditionnel a été remplacé par un étui moulé avec fermetures de type militaire assez léger alors même qu’il semble réellement indestructible. On note d’ailleurs que la guitare s’y trouve très bien calée. Bon point donc pour ce nouvel étui, même si l’ancien n’était déjà pas mal, celui-ci protègera encore plus sûrement votre SG.

SG 1820 Classic

Si l’on garde la forme générale et la structure de base de la SG 1000, corps acajou surmonté d’une table érable, manche acajou collé, nous allons voir que de nombreux ajustements ont été effectués sur ces SG 1820. Exit, tout d’abord, la touche ébène au profit d’une touche palissandre, très agréable sous les doigts elle aussi. De même le traditionnel sillet en os laisse la place à un sillet en Tusq (sorte d’ivoire artificiel que l’on doit à Graphtec) ayant, dixit le fabricant, les mêmes propriétés sonores que l’os mais présentant une meilleure lubrification, d’où une meilleure tenue de l’accord. Dans le même but, ces nouvelles SG sont équipées de Grover Locking Tuners très efficaces. Yamaha a d’ailleurs prêté grande attention à tout le hardware, choisissant Tone Pro pour son couple TOM/Stop Bar. Qualité encore du côté des composants électroniques : switch Switchcraft et potards Noble.

Concernant la lutherie, le seul reproche unanime fait aux Yamaha SG c’est leur poids très conséquent (autour de 4,5kg), on s’attendait donc à ce que les Yam boys rectifient ce point. Eh bien non, ils en rajoutent même un peu avec une table plus voûtée que sur les 1000/2000, donc un accroissement de la masse de bois au centre du corps, et la disparition de la découpe stomacale de confort, censée densifier encore le registre des bas médiums puisque cela fait un peu plus d’acajou. Honnêtement, et même si les arguments précités sont parfaitement recevables, cela laisse plutôt à penser que Yamaha surfe sur la LP mania du moment. La tête, si elle garde la même allure générale a, quant à elle, été légèrement rétrécie.

SG 1820A

Chacun la sienne

La 1820 vise clairement la LP Custom. Ses deux Seymour Duncan ’59 (dommage que l’aigu ne soit pas un Custom ou un Jeff Beck d’ailleurs) l’orientent vers les sons vintages traditionnels. Ils font le job comme il faut, se baladant avec aisance du jazz au blues, du boogie au rock et du hard au metal, s’il n’est pas trop extrême. On retrouve le sustain légendaire des SG Yamaha et on peut noter que les réglages sortie d’usine sont toujours à la hauteur de la bonne réputation de la marque : action basse, justesse et confort de jeu sont au rendez-vous. Avec sa paire d’EMG (81/85), la 1820A prend le relais, direction les gros sons metal modernes. Si la personnalité esthétique de la guitare est très affirmée avec son vernis Silver Burst et ses potards métalliques, elle l’est moins niveau sonore, même si là encore les qualité de lutherie de la série peuvent faire la différence avec d’autres machines à graoûh des abysses.

Avec ces 1820 Yamaha ouvre de nouvelles perspectives à la série SG, avec succès semble-t-il puisque nous n’avons même pas pu tester la 1802, équipée elle de P90, dont le premier arrivage est parti en deux temps trois mouvements. Mais rassurez-vous, ce n’est que partie remise.


Autres infos
  • Belle lutherie
  • Dotation micros
  • Hardware de qualité
  • Superbe étui
  • Toujours aussi lourdes
  • Un peu chères quand même
  • Prix indicatif :
    • SG 1820 : 2 956 €
    • SG 1820A : 3 168 €
  • Distribution : Yamaha France

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Yamaha
Numéro
GX41

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Les lampes ont du mouron à se faire...

2.  Un duo d’enfer

3.  Aristocratique

4.  Concession zéro

5.  Gonflez votre son


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache