La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Rubriques » Le Mur du Son » Gonflez votre son

Gonflez votre son

D décembre 1997     H 01:18     A Judge Fredd    


agrandir

Beaucoup d’entre nous cherchent le gros son. Si, dans cette quête de nombreuses pistes sont à explorer, l’une d’elle est incontournable : le doublage du son. Cela nous amènera à parler live, enregistrement et occupation de l’espace.

Pour tout ce qui va suivre, le principe est le même : quand deux guitares jouent la même partie, il y a forcément des décalages, même subtils, dans le temps et le son s’épaissit. On peut recréer ce décalage de manière artificielle que ce soit sur scène ou en studio et nous allons voir comment.

Sur scène

Exemple 1 Exemple 1 stéréo

1) Prenez un delay réglé sur un temps de retard très court (de 5 à 20 ms), ajustez le feedback de sorte qu’il ne subsiste qu’une seule répétition et faites en sorte que le niveau de l’effet soit assez fort pour que son action soit réelle et suffisamment faible pour n’être pas audible en tant que tel. A partir de là, plus vous pousserez le niveau de l’effet, plus votre son prendra une couleur synthétique, plus vous le confondrez avec le niveau dry, plus la gonflette paraîtra naturelle. Depuis un moment, vogue vintage aidant, les fabricants proposent des unités d’écho, en général analogiques, tout à fait adaptées à cette utilisation. J’oubliais : faites de fréquents retours à votre son dry pour prendre l’exacte mesure des modifications apportées par l’effet.

Exemple 2 Exemple 2

2) Delay court hein ? C’est justement là -dessus que sont basés deux effets : le chorus et le flanger. Eux aussi pourront gonfler votre son pour peu que vous limitiez leur modulation. Avec le chorus, maintenez les deux réglages (profondeur et vitesse) dans le premier quart de leur course et l’effet sera très comparable à celui obtenu avec un delay court exception faite d’une très très légère coloration au fur et à mesure que l’on pousse les réglages. Même chose avec un flanger pour des résultats disons plus... colorés et en positionnant la régénération sur 0.

3) Autre effet basé sur un retard court et donc capable de doubler votre son, l’harmoniseur. Réglez le pitch à zéro, ajustez la balance dry/fx et le tour est joué. Pour accentuer encore le déphasage entre le son dry et l’effet, vous pouvez détuner légèrement l’effet vers le haut ou vers le bas, mais attention, si vous y allez trop fort, vous risquez d’obtenir un effet chorus trop prononcé. Ce type d’effet est proposé tout cuit par certains appareils comme la Whammy (Detune) par exemple. Bien sûr l’effet gonflette sera encore plus réussi si votre pédale (ou rack) comprend deux sorties (en général dry et dry + wet) à diriger vers deux amplis différents pour créer une image stéréo. Vous pourrez alors pousser le niveau de l’effet puisqu’il ne sera que sur un ampli tandis que le son dry sera sur les deux. Encore plus fort, avec un delay stéréo, réglez le temps de retard de gauche entre 5 et 15 ms et celui de droite entre 15 et 25 ms, sortez sur deux amplis et vous aurez alors trois guitares jouant à l’unisson, son dry au milieu et un delay différent de chaque côté.

Exemple 3

En enregistrant

Les données changent puisque vous pouvez enregistrer sur plusieurs pistes. L’enjeu va donc être l’occupation de l’espace stéréo. Le meilleur moyen pour cela est de recréer le décalage gauche/droite dont nous parlions précédemment mais sur deux pistes.

4) La solution la plus simple, la plus riche et la plus efficace est d’enregistrer la même partie de guitare sur deux pistes que l’on panoramiquera l’une entre neuf et onze heures l’autre entre une et trois heures. Effet maousse costaud garanti avec des grattes saturées. Plus on écartera les pans plus on occupera d’espace en largeur. Attention donc à laisser de la place aux autres instruments et surtout à la voix. N’hésitez pas non plus, sur certaines parties, à ne jouer que sur une piste, centrée ou non, pour créer un contraste.

5) Toujours sur deux pistes, on peut également envoyer la guitare d’un côté et une reverb, un delay court ou les effets précédemment cités exactement en face. Cela donne un effet miroir intéressant surtout avec des sons clairs (arpèges par ex.) ou crunch.

6) Enregistrez une piste que l’on nommera piste-mère et envoyez là dans une ou plusieurs autres tranches en travaillant l’égalisation de chacune pour qu’elle soit complémentaire des autres (ex sur quatre pistes : aigus favorisés, haut médiums, bas médiums et graves). Positionnez-les de manière à ce qu’elles occupent l’espace stéréo tout en n’ayant pas l’air trop isolées (en fréquence comme en positionnement) les unes des autres. L’idéal est qu’elles donnent l’impression d’être une seule et même grosse guitare. Vous pouvez ensuite combiner avec des delays si vous le désirez mais encore une fois n’oubliez pas les potes : ne prenez pas tout le lit !

Ce type de gonflette, que ce soit en scène ou en studio, présente au moins deux avantages. D’abord, en élargissant l’espace occupé par votre son, vous renforcez votre présence sans avoir à monter votre volume, il se pourrait même que vous soyez amené à jouer moins fort. Ensuite, vous ne risquez pas de vous perdre dans le mix comme avec certaines reverbs censées vous magnifier car vous aurez remarqué que votre son dry reste toujours soit présent en tant que tel, soit prépondérant par rapport à l’effet qui de toute façon s’applique à le dupliquer. La meilleure illustration en est l’exemple 4 où n’entre en jeu aucun effet sinon celui naturellement créé par le fait que vos deux enregistrements ne peuvent être strictement identiques. Sachez que tout ce qui a été dit est valable aussi bien pour des guitares électroacoustiques qu’électriques, et autant pour des sons clairs que saturés. Enfin si vous enregistrez essayez aussi ces recettes sur des voix pour voir...

 

Mots-Clefs

Type d’article
Autres
Numéro
G&C 191

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Marshall 100W

2.  Finlandia

3.  Blazing, badass and beautiful

4.  Galerie photo

5.  Super car !


Dans la même rubrique

30/09/1999 – Que la complémentarité éclaire ta voie

31/08/1999 – De la relativité de ce que nous percevons

28/02/1999 – La tenue de l’accord

31/01/1999 – 50 ou 100 watts ?

31/12/1998 – La lettre et l’esprit