La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Rubriques » Le Mur du Son » La lettre et l’esprit

La lettre et l’esprit

D janvier 1999     H 19:52     A Judge Fredd    


agrandir

Même s’il est toujours agréable de savoir comment tel brillant guitar hero s’y est pris pour obtenir tel ou tel son bien délire, ou quels sont les ingrédients de base de son son, cela n’est pas tout et ne constitue en aucun cas un dogme auquel s’accrocher coûte que coûte.

Il en va du son et du choix du matériel comme de la technique instrumentale. De même que travailler note à note tel morceau d’Hendrix peut être très formateur, de même le reproduire note pour note lors d’un concert peut se révéler fort ennuyeux pour l’auditoire, comme pour l’exécutant. En effet, si les gens veulent entendre Purple Haze par exemple, ce n’est pas tellement pour que vous reproduisiez parfaitement telle ou telle version discographique, mais bien plus pour en entendre votre version.

Tiens, tiens... mais c'est pas une Stratocaster... Sacrilège?
Tiens, tiens... mais c’est pas une Stratocaster...
Sacrilège ?

C’est à peu près la même chose pour le son : j’ai joué Purple Haze avec une Explorer, un Marshall VHM Custom et une wah Dunlop pendant des années sans que jamais personne ne vienne me faire remarquer que ma guitare n’était pas équipée de simples bobinages, que mon ampli avait un volume et un master et pas celui d’Hendrix ou que ma wah n’était pas une Vox. Le public se fout complètement de ces histoires de matos et il a bien raison. Ce qu’il veut c’est retrouver l’esprit d’un titre plus que sa lettre. Partant de là et comme pour le jeu, il peut s’avérer intéressant et formateur d’étudier le set de tel ou tel guitariste dont on apprécie le son mais pas pour le copier ; plutôt pour s’en inspirer, pour voir quelle est la composante qu’on aimerait intégrer à son propre son. Il n’y a guère que les orchestres de bal ou les "tribute bands" pour lesquels le note à note et le son exact soit un but, mais il s’agit là d’un tout autre propos.

Matos

Reprenons l’exemple d’Hendrix : on parle souvent de ses micros de Stratocaster qui contrairement à la tradition Fender étaient réglés plus hauts sous les cordes graves que sous les cordes aiguës. Alors devez-vous vous précipiter sur le tournevis et inverser le réglage de hauteur de vos simples ? D’abord il faut se rappeler qu’Hendrix était gaucher et se servait de Stratos de droitier qu’il renversait. Tout se retrouvait donc inversé. Par conséquent, si ça se trouve, son réglage de hauteur de micros inversé n’est dû qu’à cela : ça lui convenait et il n’a rien touché. En admettant qu’il s’agisse d’un réglage délibéré de sa part, il faut se rappeler qu’une Stratocaster est une guitare très bright et qu’il jouait sur des Marshall Plexi eux-mêmes très bright. On peut alors concevoir qu’il ait inversé le réglage de hauteur de ses micros pour compenser ces caractéristiques. Mais vous, sur quel ampli jouez-vous ? Avec quelle guitare et quels tirants de cordes ? Posez-vous ces questions avant de bêtement jouer les moutons de Panurge !

Continuons avec Hendrix qui reste quand même la référence la plus copiée dans le monde des guitaristes, et intéressons nous à son set live. Grosso modo la constante était la suivante : une Stratocaster, une wah Vox Cry Baby, une fuzz Arbiter Fuzz Face, une pédale Octavia Roger Mayer, une Univibe (pas toujours toutes présentes d’ailleurs) et plus ou moins de Marshall 100 W derrière avec des 4x12 équipés de Celestion.

Adrian Belew
Adrian Belew

Alors c’est vrai, on peut pratiquement tout retrouver aujourd’hui dans les magasins. Mais, encore une fois, posons-nous quelques questions avant de nous précipiter chez le marchand le chéquier entre les dents. Hendrix a opté pour ces pédales à une époque où le choix était dix fois (et je suis gentil) plus réduit que maintenant. Que ferait-il s’il était toujours vivant ? Jouerait-il toujours sur un ampli sans master ? Pensez-vous vraiment que la Whammy, les delays numériques, l’Eventide, le VG8 Roland ou les samplers ne l’aurait pas interpellé quelque part ? Il y a fort à parier que son set aurait largement évolué. Par conséquent, la vraie fidélité à Hendrix sera bien plutôt d’adopter son goût pour l’expérimentation que de reproduire ses choix de manière dévote. Car après tout, lui il avait choisi ce matos avec ses oreilles et c’est tout.

Quand bien même vous persisteriez à vouloir vous monter un set Hendrixien. Etes-vous obligé de jouer sur une Stratocaster quand il existe un nombre infini de guitares bâties sur le même modèle ? La wah Vox actuelle est une reissue, sans alim secteur et avec un seul type d’effet wah, même s’il est bon. Or il existe désormais des wahs multirange qui savent faire ce que fait la Vox et aussi bien qu’elle. Une nouvelle wah (la Q) entièrement paramétrable par l’utilisateur arrive, ça vaut quand même la peine de réfléchir. Même si vous finissez par acheter la Vox, au moins ce ne sera pas par réflexe, mais parce que vous l’apprécierez plus que les autres. Le même raisonnement s’appliquera aux autres effets de la chaîne : que ce soit la Fuzz Face ou l’Univibe, elles existent toutes les deux en reissue mais se trouvent concurrence avec une multitude de pédales qui n’existaient pas du temps d’Hendrix (Fulltone Octa Fuzz, Prescription FX Experience, Fab Tone Danelectro etc.). Pourquoi ne pas leur donner une chance ? Quant à l’ampli, sans abandonner ses Marshall, Hendrix ne se serait-il pas intéressé aux Boogie Mark IV, Soldano SLO, Peavey 5150 et autres Rivera ?

Jeff Beck
Jeff Beck

Bon j’ai pas mal parlé d’Hendrix mais vous pouvez relire le texte en remplaçant Hendrix par Van Halen ou votre guitar hero préféré. Selon vous, qui a le plus fait avancer les choses, Jimi Hendrix ou Robin Trower ? Eddie Van Halen ou Ingwye Malmsteem ? Les Beatles ou Oasis ? Faire avancer les choses tant techniquement qu’en termes de son, demande de l’originalité de la personnalité et ce n’est pas avec une armée de "fonctionnaires de la six cordes" ou de défenseurs du "guitaristiquement correct" que le monde de la guitare se régénèrera. D’ailleurs où en serions-nous si Jeff Beck, Van Halen, Adrian Belew et autres s’étaient contentés de rejouer Hendrix à la note près avec exactement le même matos, je vous le demande ? Et ce n’est pas parce qu’on n’est ni Jimmy Page ni James Hetfield que l’on ne doit pas s’interroger. Après tout, ils ont commencé comment eux, sinon avec une guitare pourrie et une grosse envie de jouer ?

Stay Tuned

En matière de musique et de son, et comme pour la religion, l’intégrisme et la stricte observance de recettes et de principes figés n’aboutit au mieux qu’à nous faire tourner en rond, et au pire à nous faire régresser. Alors intéressez-vous aux anciens, prenez ce qu’il y a à prendre, "étudiez vos classiques", mais sachez mettre les choses en perspective, et conserver l’esprit innovateur qui caractérisait des gens comme Hendrix, Robert Fripp ou Van Halen. C’est plus facile à dire qu’à faire mais si ce ne sont jamais les moutons qui mènent le troupeau ce sont par contre toujours eux qui se font tondre la laine sur le dos. Remember...

 

Mots-Clefs

Type d’article
Autres
Numéro
G&C 203

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Bienvenue au club !

2.  Loadbox et reamp sont dans un bateau

3.  L’ampli de puissance

4.  Comment Lava ? Très bien merci !

5.  50 ou 100 watts ?


Dans la même rubrique

30/09/1999 – Que la complémentarité éclaire ta voie

31/08/1999 – De la relativité de ce que nous percevons

28/02/1999 – La tenue de l’accord

31/01/1999 – 50 ou 100 watts ?

31/12/1998 – La lettre et l’esprit