La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Rubriques » Le Mur du Son » Vous, votre ampli et vos auditeurs

Vous, votre ampli et vos auditeurs

D février 1998     H 22:26     A Judge Fredd    


agrandir

Pour ce premier mur du son de l’année 98, il m’a semblé intéressant, en ces temps de bonnes résolutions, de vous fournir quelques éléments de réflexion qui, je l’espère, vous permettront de regarder et d’écouter votre ampli d’une façon un peu différente.

Fig.1

Le premier paramètre à considérer, c’est que vous êtes souvent le plus mal placé pour juger du son de votre ampli. Celui-ci se développe comme un cône horizontal dont le HP constitue le sommet (Fig. 1). Une position d’écoute optimum va donc s’imposer pour chacun des trois axes suivants : hauteur, largeur et profondeur. A leur croisement se trouve une position d’écoute idéale. Combien de fois vous êtes vous

Fig. 2 et 3

Hauteur

Evidence trop souvent négligée, si vous posez votre ampli par terre ou sur une caisse, le son atteint au mieux vos omoplates (Fig. 2). L’idéal est donc que son panneau des commandes se trouve à une hauteur comprise entre votre poitrine et vos yeux (Fig. 3). Ainsi il est à bonne hauteur pour vous faire bénéficier de son meilleur rendu. Entre encore en considération le fait de savoir si vous êtes repris ou non. Si oui, les retours peuvent pallier à une disposition non optimum de l’ampli. Si non, la position idéale pour vous risque de ne pas l’être pour les auditeurs surtout s’ils sont assis. Une solution consiste dans ce cas à laisser l’ampli au sol en le penchant en arrière pour en profiter tout en arrosant suffisamment le public.

Largeur

C’est le pendant horizontal de l’axe vertical précédent. Pas mal d’analogies donc, malgré quelques différences. Là encore, il existe un espace idéal d’écoute bien couvert par l’ampli, mais étroit (Fig. 4). Faites l’expérience, un mètre à gauche ou un mètre à droite, ce n’est déjà plus la même chose. On peut d’élargir cet espace en jouant sur un appareil pourvu de deux ou quatre HP au lieu d’un. Mieux encore et beaucoup plus efficace, on peut utiliser deux sources sonores (combo + baffle d’extension ou trois corps), suffisamment écartées pour élargir le son et suffisamment rapprochées pour que l’auditeur ne les localise pas en tant que deux sources séparées.

Fig.4 Fig.5

Si vous êtes repris, l’adjonction d’une troisième source, le retour, va créer autour de vous une grosse bulle de guitare qui vous enveloppera, tout en laissant les autres instruments vous parvenir (Fig. 5). D’autant que cette diffusion plus large vous permettra de ne pas trop pousser votre volume.

Profondeur

Fig.6

C’est sans doute le paramètre le plus méconnu des guitaristes : le son d’un HP ou d’un baffle ne se réalise pleinement pour nos oreilles humaines qu’à une distance comprise entre deux et cinq mètres (estimations personnelles), variant suivant la puissance de l’ampli, son architecture, ses HP etc. Par conséquent, essayer de régler son ampli en restant le nez collé dessus (Fig. 6) n’est guère efficace ; il faut prendre du recul, au propre comme au figuré. Cela est encore plus vrai si vous jouez non repris (en club par exemple) ou le résultat perçu par les auditeurs risque d’être très différent de celui que vous percevez, tant en volume qu’en égalisation. "Ouais, la guitare c’était bien, mais trop forte et trop agressive, trop d’aigus." N’hésitez donc pas à faire des allers retours face à votre ampli lorsque vous le réglez, (vive les émetteurs !) et habituez-vous sur des scènes exiguës à jouer avec un son qui ne vous satisfait pas tout à fait mais dont vous savez qu’il est nickel pour ceux qui, deux ou trois mètres plus loin, vous écoutent.

Fig. 6 bis

De la combinaison de tout ce qui précède dépend la diffusion de votre son. Si votre combo ou votre baffle est ouvert, vous constaterez qu’une partie non négligeable du son part vers l’arrière. Vous pouvez exploiter ce phénomène à votre avantage en plaçant votre appareil devant une surface qui va provoquer des réflexions, mur recouvert de bois par exemple . Attention aux surfaces dures (béton, miroirs) qui peuvent s’avérer antimusicales.

Enfin quelques pistes dont on ne parlera jamais assez :

- Des câbles et des prises de bonne qualité, tant pour les jacks que pour le cordon HP vous feront gagner en clarté et en attaque tout en vous ramenant un surcroît important d’aigus qui vous donneront plus de possibilités d’égalisation.

- Si vous avez le choix de l’impédance, soit que vous possédiez des baffles d’impédances différentes, soit que votre ampli vous laisse le choix de ce point de vue, essayez, vous serez surpris des différences notamment en terme de grain, de texture du son.

- Rappelez-vous que plus un son est saturé et plein de médiums plus il est perçu comme agressif. Cherchez donc le bon réglage de mids et vous verrez que vous pourrez jouer aussi fort sans agresser vos auditeurs.

- Soyez conscients qu’on ne perçoit pas les sons avec les seules oreilles mais également avec notre squelette (notamment la boîte crânienne) et, à partir d’une certaine puissance, avec l’ensemble de notre corps. Cela est particulièrement vrai pour les fréquences graves.

 

Mots-Clefs

Type d’article
Autres
Numéro
G&C 193

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Rencontre d’un super type

2.  He Still Does It Right

3.  Blazing, badass and beautiful

4.  La surclasse

5.  Diablesse


Dans la même rubrique

30/09/1999 – Que la complémentarité éclaire ta voie

31/08/1999 – De la relativité de ce que nous percevons

28/02/1999 – La tenue de l’accord

31/01/1999 – 50 ou 100 watts ?

31/12/1998 – La lettre et l’esprit