La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Musclé !

Trace Elliot Speed Twin H100

Musclé !

D septembre 1998     H 00:37     A Judge Fredd    


agrandir

Le vaisseau amiral des amplis guitares à lampes Trace Elliott a bénéficié de quelques améliorations, c’est l’occasion de faire plus ample connaissance...

La fabrication est top niveau, avec une ébénisterie massive gainée d’un cuir ? vert/noir de la plus belle eau, poignée en cuir à l’ancienne avec pattes métalliques, grilles de ventilation chromée, quatre gros patins, cornières métalliques etc. Le baffle n’est pas en reste avec ses quatre 12" Celestion, et son look bien classieux. La base de l’ampli reste la même : deux canaux indépendants avec deux niveaux de gain sur le canal 2 et deux master volumes. Mais Trace Elliott a amené quelques modifications qui améliorent non seulement la prise en main de l’appareil mais affinent son rendu sonore.

Trace Elliot Speed Twin H100

Concernant l’ampli de puissance, on note l’apparition d’un sélecteur Full/Half Power qui vient s’ajouter au Triode/Pentode déjà présent. Autre modif, la possibilité d’utiliser des 6L6 ou des 6550 d’autant plus facilement que l’utilisateur a accès au bias et à son réglage sans avoir à démonter quoi que ce soit (voltmètre de rigueur bien sûr...). En fait, le changement des lampes est d’une facilité déconcertante et peut s’effectuer sans outil. En effet, le fronton de la tête (là où se trouve le logo) est scratché par du velcro. Tirez sur sa base et il s’enlève, vous donnant accès à l’intérieur de l’ampli. Une excellente idée, à condition toutefois de débrancher complètement l’ampli avant d’effectuer ces opérations. Nouvelle reverb aussi avec désormais un grand classique : l’ Accutronics à trois ressorts.

Enfin, un nouveau pédalier, intelligent mais optionnel, à cinq switches, permet de choisir au pied le canal, le master volume, le preamp style et de mettre en/hors service la boucle d’effet ainsi que la reverb. Signalons que ce pédalier peut s’utiliser de concert avec un autre, ce qui, par exemple, permet à un roadie guitare d’effectuer les changements de son en coulisse, déchargeant le guitariste d’une partie des contraintes, les changements restant lisibles par le guitariste, via l’autre pédalier, sur scène. Inversement le guitariste peut agir sur son pédalier, celui du guitar tech en coulisse informant ce dernier des changements opérés. De plus, un pédalier peut aussi commander plusieurs Speed Twin à la fois. Intelligent le pédalier, non ?

Ingénieux

Quatre EL34 Svetlana Electronics 9752 made in Russia (avec embase en porcelaine SVP) et cinq 12AX7 Sovtek en préamp, voilà le coeur du H100. On peut regretter une certaine raideur des lampes de puissance choisies. L’ampli gagnerait à être équipé de lampes un peu plus douces, d’un grade moins élevé, d’autant que, n’étant vraiment pas avare question puissance, il ne souffrirait pas d’une telle substitution. En préamplification, il y a fort à parier, mais cela demandera quelques essais, qu’une lampe moins méchante en entrée (ECC83) donnerait plus de finesse au son en général. Le canal 1 va de clair à crunch avec une égalisation trois bandes dont le treble fait Pull Bright, pour rajouter de la brillance. A la gauche de ces réglages se trouve le sélecteur de canal manuel. Sur le canal 2, on a un gain, un level, une égalisation trois bandes avec un treble Pull Shift pour jouer sur les médiums, plus le choix entre deux styles de préamp différents : LED orange de crunch à bien saturé façon hard, et LED rouge, gros saturax.

Sur tous les canaux et quel que soit le type de son choisi, le Speed Twin regorge de puissance ; il présente des réglages d’égalisation hyper efficaces dont on pourra se servir avec parcimonie. En fait, on agira sur le son principalement par les médiums, les graves étant conséquents dès le tiers de la course et les aigus n’ayant nul besoin d’être poussés au-delà de la moitié. Les deux masters sont commutables au pied. On peut donc changer instantanément de volume sur un même son. Si on combine les masters, les canaux et le choix du style de préampli, le Speed est tout de même capable de vous offrir six sons au bout du pied, pas mal, non ?

Mais ce n’est pas fini puisqu’en retournant la bête, on trouve une boucle d’effets série ou parallèle dont et l’envoi et le retour présentent un niveau réglable. Cela veut dire que, même si vous n’utilisez aucun effet en insertion, vous pouvez là aussi influer sur le rendu de l’ampli en branchant un jack entre les deux connexions. Vous réglez les deux volumes (send et return) comme vous le souhaitez et dès lors vous disposez d’un troisième niveau de volume dès que vous enclenchez la boucle. Sur la version précédente de l’ampli on pouvait déjà faire fonctionner les lampes de puissances en pentode ou en triode avec un son plus doux aux attaques plus feutrées en triode et un son plus percutant aux attaques plus pétantes en pentode. On peut désormais, en plus, couper deux des lampes de puissance et se retrouver en Half Power (moitié de puissance) soit environ cinquante/soixante watts. Troisième chose, un Damping permet d’ajuster finement le niveau de l’ampli de puissance. Ajoutons encore la possibilité de brancher soit un baffle 4 ohms, soit un baffle 8 ohms, soit un baffle 16 ohms soit deux baffles 16 ohms. Le baffle, à l’image des baffles Marshall, fonctionne en 4 ou 16 ohms en mode Mono et en 8 ohms en mode stéréo sur 2x2 HP. Tout cela donne une étonnante flexibilité et beaucoup de possibilités de "customisation" de l’ampli par l’utilisateur.

Portugaises enchantées

Avec les lampes d’origine, j’ai préféré le fonctionnement en pentode/50W. Cela étant ces cinquante watts ferait pâlir d’envie bien des 100w de notre connaissance. C’est d’ailleurs un des problèmes qui va se poser aux utilisateurs : apprendre à gérer la puissance de l’engin. C’est vrai de tous les stacks et encore plus avec celui-ci tant il offre de possibilités. Le premier canal est très agréable, très british : sons rock n’ roll et agressifs. On peut pousser assez loin avant de commencer à cruncher, ce qui autorise l’emploi de sons clairs à forte puissance. Aux deux tiers de la course ; on touche aux sons à la AC/DC avec des doubles, Rolling Stones avec des simples. En mode saturé on peut déplorer avec des réglages d’aigus et de présence trop poussés un petit voile suraigu sur le son. Cela n’est pas tout le temps vrai et dépend aussi des HP utilisés : on l’entend un peu plus avec des Vintage 30 qu’avec un baffle équipé d’Eminence (un Marshall 1960 en l’occurrence). Cela étant la gamme des sons saturés couverte par le H100 satisfera 80% des guitaristes : du son Deftones au thrash Slayerien en passant par l’indus à la Ministry et le hard façon Iron Maiden, rien n’est impossible à ce bestiau en colère.

Le Speed Twin est un ampli doté d’un gros potentiel, paramétrable à l’envi, qu’il faudra apprivoiser tant la bête est féroce, pour un prix plutôt raisonnable par rapport aux super stacks habituels. Tous ceux qui l’ont essayé (et pas des moindres) ont été impressionnés par son rendement et l’éventail de ses possibilités. Pourquoi pas vous ?


Autres infos
  • Puissant
  • Fabrication superbe
  • Changement des lampes hyper facile
  • Pédalier intelligent
  • Deux masters
  • Prix correct
  • Léger voile sur les aigus lorsqu’ils sont poussés en mode saturé
  • Prix indicatif :
    • Tête : 9 835 F TTC env.
    • Baffle : 5 430 F TTC env.
  • Distribution : Camac

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
100 W Lampes Stack
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Trace Elliot
Numéro
G&C 199

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Les Metallicasters

2.  Audiences d’Avril 1999

3.  Parce qu’elle en vaut bien plus...

4.  They call me Tremellow Yellow

5.  L’arme économique


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy