La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Roswell : The next generation

Jackson Roswell Rhoads (Professional Series)

Roswell : The next generation

D septembre 1998     H 22:47     A Judge Fredd    


agrandir

Comment faire profiter la masse des guitaristes du modèle le plus élitiste de la gamme Jackson ? En en faisant une version japonaise tout aussi radicale mais moins chère pardi ! Aussitôt dit, aussitôt fait !

Même dans leurs rêves les plus fous, les concepteurs de la Roswell n’auraient jamais imaginé qu’elle ferait un carton pareil. Fabriquée à 150 exemplaires dont seulement 50 à l’export, qui se sont vendus comme des petits pains (8 ont atterri en France) et on a même été obligé d’en faire des modèles custom, en bois, pour les riches qui n’avaient pas dégainé la Visa assez rapidement. Votre serviteur avait à l’époque eu la joie, l’honneur et l’avantage d’être contacté par les extra-terrestres pour tester l’engin. Bref, devant l’engouement suscité par la Roswell et devant l’insistance de nombreux guitaristes économiquement moins avantagés, la firme texane a décidé qu’un modèle japonais verrait le jour au sein de la série Professional.

Modifications génétiques

Tout l’enjeu était de conserver à cette nouvelle Roswell ce qui a fait le succès de l’autre : l’originalité, le caractère intergalactique affirmé et des qualités musicales dignes des meilleures guitares. Sa filiation n’empêche pas la nouvelle de prendre ses distances avec son modèle et lui permet de se singulariser par rapport aux autres Professional : elle est donc, elle aussi, bien à part. D’abord et bien entendu cette Roswell est entièrement en bois, corps en peuplier recouvert du désormais fameux vernis Blue Sparkle, manche en érable et touche palissandre (comme la plupart des Professional), et non en tôle d’aviation. Cela a obligé à revoir le système d’attache des cordes qui traversent désormais le corps, alors qu’elle étaient ancrées sur la face avant (métallique sur l’original). Les cordes passent au-dessus d’un chevalet Tunamatic et courent jusqu’à la crosse où elles retrouvent de classiques mécaniques à bain d’huile (et non des LSR) dont la tête a cependant été arrondie en demi cercle spécialement pour s’accorder au design général de l’instrument.

Jackson Roswell Rhoads

On retrouve les repères de touches de type trace d’atterrissage de vaisseaux venus d’ailleurs, mais pas la soucoupe volante remplacée par un bouton de potar métallique standard. Autre modif, l’emplacement de la prise jack qui a émigré de dessous la corne supérieure jusqu’à la corne inférieure. Avantage elle est plus près de l’électronique, inconvénient cela revient à empêcher totalement le jeu assis lorsqu’on est branché. Vous me direz que les seigneurs du Graoûh jouent toujours debout et vous aurez raison, donc...

 

La guitare est super légère, l’accès aisé jusqu’à la vingt-deuxième case, la jonction corps/manche (vissé en quatre points) s’opérant à la dix-septième. Le manche, assez plat est un poil moins large et possède des arrêtes plus douces que celui de la série limitée US, se montrant par là même plus confortable que son modèle ou du moins plus accessible à tous, grosses pognes comme petites mimines. La guitare se montre très agréable à jouer, les tirés se font sans forcer, l’action plutôt basse encourageant un jeu facile. Le couple humbucker Duncan Design/potentiomètre de volume s’avère bien plus polyvalent et riche de possibilités qu’on ne le subodorerait (mais non, arrêtez de renifler la guitare !). Le premier est précis, avec un niveau de sortie lui autorisant de beaux sons clairs comme le gros saturax et le second fait montre d’une grande progressivité qui permet d’obtenir des sons quasi clairs même sur un canal très saturé rien qu’en baissant le volume. La guitare a du coffre, chaque corde est perceptible en tant que telle au milieu des accords, même avec force saturation, le double lui donne beaucoup d’attaque, elle rentre bien dans le lard ; très sonore, elle possède pas mal de sustain et un bon équilibre avec des graves pleins et joufflus et des aigus agressifs sans caricature.

E.T. téléphone magasin

La Roswell Rhoads est excellente guitare, probablement la Jackson japonaise la plus subtile et la plus originale, pleine de caractère et de possibilités, avec un très bel étui. Et pour ce prix, ceux qui n’avaient pas eu les moyens de craquer sur la Roswell US peuvent se laisser aller maintenant.


Autres infos
  • Excellente guitare
  • Sons et sustain naturel
  • Volume très progressif
  • Look de tuerie
  • Prix correct
  • Difficile de jouer assis
  • Prix indicatif : 6 950 F TTC env.
  • Distribution : Camac

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Jackson
Numéro
G&C 199

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  La série #1

2.  Digitech remet les pendules à l’heure

3.  Metaal Graal

4.  Le Judge sur YouTube

5.  Certains Leemeront


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache