La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Le son en or ?

Bogner Alchemist 112

Le son en or ?

D 20 février 2009     H 18:48     A Judge Fredd    


agrandir

Après les Line6 Spider Valve dont Bogner avait dessiné la section puissance, voici le Bogner Alchemist, un tout lampes que Line 6 a doté de quelques effets numériques et dont il assure la distribution. Manière aussi de démocratiser les excellents mais élitistes amplis Bogner.

C’est donc un Bogner à part entière qui bénéficie de l’infrastructure Line 6, tant en terme de fabrication, que de diffusion et de garantie. L’Alchemist, entièrement à lampes, présente deux canaux et développe 40W fournis par deux 6L6. Il peut aussi fonctionner en 20W.

Il est bien fait, même si la finition est plus simple, plus sobre que sur les autres Bogner : vinyle noir, toile noire et argentée, liserés argentés poignée cuir, gros patins caoutchouc, logo métallique, c’est solide et rassurant. Le panneau des commandes manque un peu de glamour, ses potards ne sont pas très beaux et on aurait préféré que l’arrête des boutons chicken-head ne dépasse pas à l’arrière car, du coup on a tendance à laisser reposer ses doigts dessus, ce qui entraîne parfois une action involontaire sur le réglage d’à côté. Un coup à prendre quoi.

Alchemist 112

Comme on est dans le monde l’alchimie, le premier canal se nomme Or. S’y alignent un gain, une égalisation 3 bandes et un volume, plus, en dessous, trois mini sélecteurs : Clean/Crunch, Bright et Deep. Le Bright joue sur les aigus et le Deep sur les graves. Au milieu, deux sélecteurs qu’on retrouve aussi sur le pédalier, un pour le Boost et l’autre pour permuter les canaux. A leur droite, commence le canal overdrive, Mercure, avec la même disposition, ses trois sélecteurs se nommant : Punch, Bright et Mid Shift. On termine avec la section effets, comprenant un réglage de volume du delay, un autre pour le nombre de répétitions et un sélecteur : Ducking, Analog et Tape. Le réglage du temps de delay se fait par un switch Tap Tempo qu’on ne retrouve malheureusement pas sur le pédalier. La reverb a elle aussi son réglage de niveau et son sélecteur de type : Plate, Spring et Hall. Delay et reverb opèrent en parallèle avec le son dry. Deux gros interrupteur ferment la marche : le Standby à trois positions 40W/stb/20W et power On/Off.

A l’arrière, se trouvent la prise secteur et une prise footswitch au format XLR. Notez que le câble est indépendant du pédalier, on pourra donc en utiliser de longueurs différentes suivant les scènes où l’on se produit. Deux sorties HP qui peuvent servir en 4 ohms (une seule utilisée) et en 8 ohms (les deux), une boucle d’effets parallèle avec réglage de niveau et on a fini. Un petit coup d’oeil aux deux 6L6 bien protégées par une espèce de cage métallique, aux cinq 12AX7 de préamplification et au HP, un Vintage 30 Celestion légèrement décentré par rapport à l’ébénisterie.

Le son est d’Or

Les sons clairs du canal Or sont très beaux, d’autant qu’on peut varier énormément le rendu avec l’égalisation. Il y a vraiment matière à explorations sonores à condition de faire attention aux aigus qui, au-dessus de la moitié, peuvent devenir agressifs. On s’y attendait, le Bright c’est un peu comme si on poussait la presence et le Deep rajoute du corps. Par contre, il faut finement doser et balancer entre volume, basses, Deep et Boost sous peine que les basses se délitent, notamment dès qu’on crunche. Côté effets, on a un delay très présent. Pour une utilisation standard, on ne le poussera que rarement au-delà du tiers sur ses deux réglages. Il se confirme que le Tap manque sur le pédalier : on est obligé de retourner à l’ampli et de mobiliser une main le temps de faire les taps... Moyen quand même, non ? Les reverbs sont assez profondes, disons que par rapport à un ampli standard leur qualité est sans comparaison.

Judge accro au Mercure

C’est mon canal préféré, celui qui sonne « plus Bogner tu meurs ». Je vous préviens, le Punch, une fois qu’on l’a enclenché, on le garde et le Mid Shift c’est pareil, on ne peut plus s’en passer. Le Bright, en revanche, apporte une agressivité dont on n’a pas toujours besoin. Quel que soit le réglage de gain, on est toujours dans la saturation, genre crunch poussé au début, puis on avance vers la disto et quand on pousse bien, on peut aller jusqu’au metal, à ceci près qu’on retrouve le problème de tenue des basses du HP. Il faut donc veiller à ne pas trop pousser le volume dans ce cas. Il est probable que le problème ne se pose plus avec un baffle 2x12 ou 4x12. Sur le Mercure, le fonctionnement en 20W est très exploitable ce qui était moins le cas sur l’Or dont les sons ont un peu plus besoin de la dynamique supérieure en 40W. Comme d’habitude, signalons qu’on ne réduit pas de moitié la puissance audible, même si on note quand même une réduction non négligeable de celle-ci. L’ampli est de toute façon vraiment puissant ; avec ses 6L6, il devrait d’ailleurs être crédité de 60W plutôt que de 40.

A priori, l’Achemist est un ampli capable de tout faire : du pur son clair, des crunchs légers comme poussés, de la disto et même du metal bien méchant. De beaux sons, un grain très lampes, un ampli qui fait bien la farce avec juste le petit bémol de la tenue des basses dans certaines conditions.


Autres infos
  • Très belles sonorités
  • Gros éventail de sons
  • Puissant
  • Fabrication et solidité apparente
  • Qualité des reverbs
  • Tenue des basses dans certaines conditions
  • Pas de Tap Tempo sur le pédalier
  • Prix indicatif : 1 445 €
  • Distribution : Line 6

Portfolio

 

Mots-Clefs

Effets
Delay Reverb
Amplis/Préamplis
40 W Combo Lampes
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Bogner Line 6
Numéro
GX31

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Marshall 100W

2.  Finlandia

3.  Blazing, badass and beautiful

4.  Galerie photo

5.  Super car !


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy