La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Interviews » Eric Bibb

Eric Bibb

D juin 1998     H 20:33     A Judge Fredd    


agrandir

Après deux albums de blues très roots, Eric Bibb aborde la France avec un Me To You, plus produit et plus éclectique. Il a su mettre l’Olympia dans sa poche en première partie de Chris Rea, et communique un réel plaisir de jouer. Quelques fortes paroles de ce New Yorkais, suédois d’adoption, entre un café, une scéance photo et un boeuf impromptu.

Enfance

"Je suis né et j’ai grandi à New York dans une famille de musiciens. Mon père Léon, chanteur connu pour avoir participé au revival folk des sixties avec Dylan ou Pete Seger m’a appris à chanter. J’ai vu Dylan chez moi à 11 ans, mon oncle était un musicien de jazz réputé, j’ai vécu entouré de musique et de musiciens."

Heroes

"Mes guitar heroes sont des hommes à la peau noire, qui jouent power, qui font sonner la guitare comme un orchestre, Blind Willie Mc Tell, Leadbelly... Tout est là : la basse, la mélodie, les accords intermédiaires, leurs parties sont des chef-d’oeuvres. En même temps c’est très organique, il faut trouver son propre son."

Inspiration

"Des fois j’écris des blues simples, ce qui n’est pas facile, mais ma vraie passion c’est de trouver le bon mix entre blues country et gospel."

Eric Bibb

Voix

"En tant que chanteur ou guitariste, j’ai, comme tout le monde, différentes voix. Prenez un clavier, donnez-lui un Fender Rhodes, un piano à queue ou un Hammond, il jouera différemment. Même homme, mêmes doigts mais, différentes voix. Chaque chanson appelle une voix ; j’essaie de faire coïncider ma voix avec l’esprit du titre, tout en restant moi. Un grand chanteur, lui, aura développé une façon de chanter qui conviendra aussi bien à Ave Maria qu’à CC Rider. L’exemple type c’est Ray Charles (je l’ai entendu chanter Ave Maria), c’est un "maître chanteur". Moi, pour l’instant je cherche toujours. Chanter est le test ultime : c’est ton corps qui est en jeu et bien chanter c’est être soi même, pas faire des acrobaties vocales."

Göran Wennerbrandt

"Nous nous sommes rencontrés dans un train en 92, nous allions tous les deux jouer dans la même petite ville au Nord de Stockholm, nous nous connaissions de vue. On a commencé à parler de guitares, on s’est revu le lendemain et là, on a joué, et nous voilà."

1er album

"On l’a enregistré très roots : un micro, pas d’overdubs, avec nos potes sur un petit label acoustique sans moyens mais bourré de relations dans le monde entier. Il y a eu un deuxième CD et un beau jour on nous a invité au London Blues Festival en même temps que Keb Mo et Magic Slim. De là, la signature chez Cold Blue/East West un an après et la suite..."

Guitares

"En général je préfère les vieilles guitares. Je joue sur des Levin, instruments suédois similaires aux Martin. Ma préférée est une collaboration Levin/D’Acquisto, avec un micro Sunrise et un piézo accompagné d’un volume. Sur scène, je n’utilise que le Sunrise que je recommande chaudement à tous les guitaristes acoustiques." Accordages standard et Dropped D.

Göran emmène ses trois slide machines préférées. Une National Style O de 1930, qui sonne très chaud, avec le "Delta Bite", un Dobro qui serait de 1932 avec un corps en aluminium !!! Son plein de rondeur de douceur et d’harmoniques. La dernière est une copie de Weissenborn, faite par Michael Sanden, un luthier suédois. Cela lui permet de laisser sa vraie Weissenborn à la maison. Elle aussi a un Sunrise. C’est un superbe instrument qui diffère peu de la vraie mise à part que cette dernière a vieilli (depuis les années 20) et fournit plus d’harmoniques dans les médiums. Opens de Ré, Mi, Sol et La

Paroles

"Le blues est un langage, avec son lexique dans lequel on doit puiser si on veut s’inscrire dans une lignée. On ne peut pas faire un blues qui ne parle que d’Internet ou des téléphones cellulaires. Bien sûr je n’ai jamais ramassé le coton donc je ne vais pas parler de ça dans mes chansons, mais pour le reste, les femmes, les pawn shops pas de problème. Il faut prendre ce qui vous correspond, même si ces phrases datent des années 30, et rester attentif à ne pas tomber dans le cliché."


 

Mots-Clefs

Type d’article
Interview
Musiciens/Groupes
Eric Bibb
Numéro
G&C 197

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Don’t judge a book by its cover

2.  Ibanez voit des 7 partout !

3.  Pas commun

4.  La crunch machine

5.  Il tient parole


Dans la même rubrique

22/12/2013 – No Way But The Hard Way

23/02/2013 – Graines et soda

30/12/2012 – Welsh welsh

28/08/2012 – The Road Goes On

25/08/2011 – Révélation