La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » C’est nous qu’on l’a inventée quand même...

Gibson Les Paul DC Studio

C’est nous qu’on l’a inventée quand même...

D janvier 1998     H 19:53     A Judge Fredd    


agrandir

En ayant sans doute assez de se faire piller tant par des marques haut que bas de gamme, Gibson a décidé de sortir sa version de la Les Paul Double Cutaway. La voici donc en version Studio.

On retrouve donc la structure d’une Les Paul, corps en acajou avec table en érable, et manche acajou, associée à la forme d’une Les Paul SG. On note au passage l’aspect moyen du bois de la table et la piètre mise en valeur que lui offre un sunburst assez caricatural. On aura tout intérêt à surveiller cela ou à se rabattre sur une finition non translucide, lors d’un éventuel achat.

Gibson Les Paul DC Studio

Bien sûr cela n’enlève rien aux qualités sonores du bois, mais c’est esthétiquement discutable. C’est d’autant plus dommage que la guitare est par ailleurs plutôt réussie et sympa à jouer. Le dos du corps présente une découpe stomacale de confort. On ne trouve aucun binding sur cette DC Studio, à l’instar de ce qui se fait pour la Les Paul de même finition et pour les même raisons : énorme gain de temps entraînant des économies conséquentes à la fabrication et, par conséquent un prix plus bas chez le revendeur, cela sans préjudice des qualités sonores de l’instrument. On regrette simplement que ce souci d’économie se soit étendu à l’électronique, car avec un volume et une tonalité on perd la possibilité de varier le mix des deux micros en position intermédiaire, possibilité riche, appréciée et couramment utilisée par les possesseurs de Les Paul.

Gibson Les Paul DC Studio les micros

Le manche court sur deux octaves et quand on sait la facilité d’accès aux aigus que cette forme procure, on comprend que l’on dispose de deux octaves pleinement et facilement exploitables ce qui est un très bon point à mettre à l’actif de cette DC. Le jeu en aigu se pratique les doigts dans le nez (gardez en quand même sur la touche ça peut aider). Rien à voir avec une Les Paul standard (si je peux m’exprimer ainsi). De type rounded LP, le manche est bien rond en main sans gêne excessive mais présent. L’action est plutôt basse, les tirés aisés et le jeu facile. Les mécaniques Gibson Deluxe et le chevalet "wrap around" donnent toute satisfaction quant à la tenue de l’accord et à la sonorité naturelle de l’instrument. En position debout on a un meilleur équilibre qu’avec une Les Paul traditionnelle en cela que la guitare penche moins vers le corps (qui semble, mais peut-être me laissé-je abuser, un poil moins lourd) principalement à cause de l’implantation du bouton attache bandoulière sur la corne supérieure.

Autant on est bien loin de grand-maman Les Paul point de vue confort, autant point de vue son, plus proche, tu meurs ! Et ceci bien que les deux micros soient très rapprochés à cause des deux octaves de la touche. On retrouve donc les sons habituels ce qui signifie que cette guitare est capable de forts beaux sons clairs crémeux et bluesy branchée sur un ampli Fender par exemple, comme de grosses saturations ben grasses, ben creusées et ben juteuses sur un stack Marshall. Pas de doute, c’est vraiment une Les Paul et chacun pourra lui trouver les mêmes qualités et/ou défauts qu’à la référence.

La Les Paul Double Cutaway conjugue le meilleur de la Les Paul avec une forme on ne peut plus sympa pour le guitariste. En outre ses deux octaves lui apportent un petit plus par rapport à bien des concurrentes semblables. En finition studio, on peut regretter son prix pas si bas que ça. Une guitare qui ne devrait pas laisser les aficionados du double bobinage de marbre.


Autres infos
  • Confort de jeu
  • Deux octaves pleinement exploitables
  • Les sonorités d’une vraie Les Paul
  • Veinage du bois de la table peu esthétique sur le modèle testé
  • Absence d’un deuxième volume
  • Prix indicatif : 8 260 F TTC env.
  • Distribution : Gaffarel Distribution

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Gibson
Numéro
G&C 192

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Généraliste et victorieuse

2.  Audiences d’Avril 2001

3.  Audiences de Novembre 1999

4.  Des Dieux et des Abysses : Pink Floyd

5.  Act first


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache