La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » C’est L K’on Veut !

LKV guitares

C’est L K’on Veut !

D 20 avril 2008     H 19:28     A Judge Fredd    


agrandir

Aujourd’hui, encore plus qu’hier, il faut vraiment avoir la foi pour se lancer dans le métier de luthier en France. Et pourtant... ils sont plus nombreux à s’y essayer qu’on n’aurait pu raisonnablement l’espérer. Parmi eux, le team LKV, près d’Aix en Provence avance des arguments plus que convaincants.

Un peu d’histoire pour commencer

Un matin, à treize ans, Laurent Cavé s’est réveillé avec une certitude : un jour il serait luthier. Après avoir fait ses armes au musée du meuble, au David’s Custom Shop, puis chez Joël Laplane à Aix-en-Provence, il monte sa boîte en 2001 dans un château perdu du Lubéron pour faire de la fabrication et de la réparation d’instruments. Petit à petit, l’atelier monte en puissance, il compte aujourd’hui trois associés et a déménagé à Perthuis à 15 bornes d’Aix.

Après un gros coup dur début 2007 (ils se sont fait braquer l’atelier au camion bélier, y a vraiment des blaireaux quand même, aller braquer un luthier...), les trois ont retrouvé non sans mal, mais avec une gniaque renouvelée, leur rythme de croisière. Des gars kinenveulent donc.

LKV c’est une équipe, chacun apportant son style, ses spécificités et ses idées, qui se veut d’abord à l’écoute des clients. Cela les entraîne parfois au-delà du délire avec certains gratteux... je cite, « fous furieux qui ont des idées de malades », mais ils aiment ça chez LKV alors... A côté de cette activité de sur mesure, l’atelier a constitué une gamme « de série » plus ou moins customisable, comprenez des guitares que l’on peut acheter telles quelles ou que l’on peut personnaliser dans une certaine mesure. Ca commence à 1300 € et ça peut aller jusqu’à ...

Passons aux choses sérieuses

Les deux modèles testés sont des Boom Blaster et partagent par conséquent un certain nombre de choses. Leur forme tout d’abord, alors bon on va pas faire les experts en esthétique, les grands connoisseurs du design guitaristique, une chose est claire : on aime ou on n’aime pas. Moi je ne suis pas archi fan mais les bois sont beaux, les deux guitares sont très bien faites, possèdent une personnalité affirmée, et il faut reconnaître que cette forme est ultra-confortable dès qu’on joue. Equilibrée, stable, avec des chanfreins exactement où il le faut, un accès aux aigus sans coup férir, on se sent très rapidement comme chez soi. Communs toujours, le frêne de leur corps, l’érable de leur manche vissé, leur chevalet Schaller 3D, choisi « pour sa large surface de conduction de son, son profil hyper confortable sous la main et ses pontets à rouleau qui limitent le frottement des cordes ». Ajoutons que l’intonation se règle sans difficulté sur cet engin.

Boomblaster Custom

Boom Blaster Custom 2 020€

C’est le plus huppé des deux modèles. Son corps reçoit un placage en loupe de frêne que l’on retrouve aussi sur la crosse et en incrustation au sommet des boutons de volume et de tonalité.

Ce placage, bleu marbré, à usage uniquement esthétique, amène un relief visuel, de la profondeur tout en permettant une large palette de couleur de vernis. Sur cette Custom, on a une touche ébène 22 cases, avec inserts en abalone, sur un manche au dos un peu strato avec un radius plutôt Gibson, très sympa, qui s’apprivoise en en 30 secondes. L’accès aux aigus déjà très facile, devrait être retravaillé pour encore plus de confort. La tenue de l’accord est excellente grâce aux six mécaniques Grover, au sillet Graphtech et à la rectitude des cordes derrière ledit sillet.

Pour cette Custom, LKV a choisi des micros Benedetti SP90, un genre de P90 boostés, plus précis, plus puissants et avec une grosse réponse à la dynamique de jeu. En son clair, ça envoie le bois avec pas mal d’attaques, les deux micros se montrent complémentaires. La saturation venant, ça sonne corpulent, toujours précis, avec des aigus bien cisaillants, parfait pour le rock de killer. Le grave est plus doux mais dégage tout de même une agressivité certaine. Personnellement je ne cours pas après le frêne habituellement, mais franchement, sur ces LKV, ça sonne bien profond, avec un excellent sustain, des harmoniques aiguës, de la précision dans les attaques, de la rondeur et de l’agressivité. Un petit drop D met en valeur le coffre et la générosité de l’instrument, le ronconcon est à la fête, chaque micro apportant sa pierre à l’édifice. L’équilibre sonore entre les cordes est parfait.

Bon ben ça fait déjà une sur deux et elle a mis la barre bien haut, c’est vraiment de la belle ouvrage. La Custom existe aussi en rouge et noir et/ou dotée de Benedetti Cream, pour une orientation metal.

Boomblaster Deluxe

Boom Blaster Deluxe 1 450 €

La deuxième Boom Blaster est bien moins chère, pourtant c’est celle-ci que je préfère parce qu’elle est plus brute, plus animale que la Custom. Le corps en frêne est ici surmonté d’une véritable table (essayez de le dire encore plus vite avec un P’tit Lu dans la bouche !) en zébrano, bois aux caractéristiques très acoustiques, vibrant bien et censé privilégier le sustain. Il présente aussi une surface aux veines très marquées d’autant que les LKVistes ont forcé le trait avec une finition à eux, dite Roots, qui fait ressortir les veines du bois. La couleur particulière du zebrano, marron clair avec des veines noires, se trouve ensuite mise en valeur par un vernis qui rend l’intrument noir et rouge, couleurs maléfiques s’il en est, et lui donne un très agréable relief sous les doigts. C’est très classe et pour ne rien gâcher, c’est moins long à faire et donc ça coûte moins cher qu’un vernissage standard (ça intervient pour environ 200€ dans la différence de prix avec la Custom). Résumons-nous : t’as le look D-moniâk et en plus tu fais des économies. De quoi kiffer sa race sans barguigner, non ? Le sillet est ici en tusk matériau qui ressemble à l’ivoire, les boutons métalliques à dôme granulé renforcent le côté « hard beast » de la bestiole.

La monte micro se compose de deux Seymour Duncan, un SH6 en aigu et un Seymour JN (il s’appelle maintenant The Jazz ou SH2B) en grave. Côté chevalet place à l’agression, profusion d’harmoniques, attaques aux rasoir, aigus en fête, mais là aussi avec une corpulence bienvenue, des graves qui se tiennent avec punch et générosité, bref un son à la fois compact, plein de respirations et de richesse harmonique. Le micro manche se révèle pour sa part plus versatile, plus ouvert à des styles différents, il permet à la Deluxe de ne pas s’enfermer dans le strict créneau « Gross Baston/Marteau de Thor » même si elle est très très douée pour ça. Vraiment, au prix où elle est proposée la Deluxe est une très bonne affaire.

Vous l’aurez compris, les LKV valent le détour à bien des titres. Alors quoi ? Qu’est-ce que vous faites encore là ? Allez on se bouge et on va les essayer ! Rompez !

http://www.judge-fredd.fr/media/son...

lkv boomblaster deluxe

Autres infos
  • Des guitares extrêmement bien faites
  • Sonorités et profondeur impressionnantes
  • Originalité
  • Excellent rapport qualité/prix de la Deluxe
  • Tenue d’accord irréprochable
  • Certains n’aimeront pas la forme
  • Prix indicatif : voir texte
  • Distribution : LKV

Portfolio

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique Luthier
Type d’article
Banc d’essai
Marques
LKV
Numéro
GX26

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Don’t judge a book by its cover

2.  Ibanez voit des 7 partout !

3.  Pas commun

4.  La crunch machine

5.  Il tient parole


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache