La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Effets/Multieffets » Mais jusqu’où s’arrêteront-ils ?

Digitech RP100

Mais jusqu’où s’arrêteront-ils ?

D novembre 2000     H 12:59     A Judge Fredd    


agrandir

La modélisation ayant fait ses preuves, elles se démocratise et on la retrouve désormais aussi en entrée de gamme, ce qui, comme le montre ce RP100, augmente la qualité des prestations. Alors on ne va pas se plaindre, non ?

Suivant une tendance assez générale, Digitech a banni le plastique au profit d’un boîtier métallique gris pailleté, à la fois plus esthétique et plus solide, donc plus rassurant quant à la longévité de l’appareil. Ses dimensions (21 cm x 16 cm x 6 cm) associées à quatre patins antidérapants le dotent d’une stabilité exemplaire. Il fonctionne soit sur l’alimentation externe 9V (fournie), soit grâce à six piles 1,5V de type LR6. Le compartiment à piles, dont la trappe se montre assez rétive à l’ouverture, étant situé sous l’engin.

La connectique, sise à l’avant du RP, se compose d’une entrée instrument, d’une sortie stéréo permettant donc d’envoyer le signal vers deux amplis avec un câble en Y, d’une entrée pour pédale de contrôle (utile pour les effets de type wah ou Whammy par ex.), d’une sortie casque et de la prise d’alimentation. La face supérieure reçoit le panneau de contrôle, assez bien conçu si l’on songe au multiples services et fonctions qu’il doit assurer.

Sous la fenêtre d’affichage (deux LED à huit segments), on trouve un tableau permettant de se repérer en mode édition ou de savoir quels sont les effets actifs dans un preset en mode jeu. Ses LED servent aussi lorsqu’on s’accorde. La dernière ligne du tableau est consacrée à la boîte à rythme qui comporte 30 motifs différents couvrant un assez large spectre du jazz au heavy metal, et possède un switch de mise en/hors fonction ; le choix du motif ainsi que les réglages de tempo et volume se font via les trois potentiomètres encodeurs bleus que l’on voit au milieu. Ces derniers servent d’ailleurs très souvent en mode édition, le premier sélectionnant en général le type voulu dans l’effet choisi, les deux autres ajustant un des paramètres dudit effet ainsi qu’en mode jeu où ils ajustent le gain, le type d’ampli que l’on veut utiliser et le niveau général. A leur gauche, le bouton Select nous fait entrer dans le mode édition et nous permet ensuite de naviguer parmi les vingt-deux effets (le mot étant à prendre ici au sens large) disponibles. A leur droite, le bouton Store pour sauvegarder vos créations parmi l’un des quarante presets « utilisateur », les quarante presets suivants, « usine », ne pouvant être modifiés.

Restent les deux gros footswitches bleus pour avancer/reculer parmi les presets, bypasser l’appareil si on les presse simultanément et passer en mode accordeur si on les maintient enclenchés un peu plus longuement. Cela autorise donc un accordage entièrement silencieux et, on peut le souligner car ce n’est pas si courant sur ce type d’appareil, très lisible.

Confort et qualité sonore

A l’usage le RP100 se montre plutôt agréable et simple d’utilisation. Les sonorités et les effets proposés sont de bonne facture et il est assez facile d’obtenir les sons qu’on recherche surtout en prenant un des presets existant comme base. On apprécie la présence de la boîte à rythme, aux sonorités agréables, qui permet de travailler en place. Quelques effets se détachent des autres par leur originalité ou leur qualité, c’est le cas du pickup modeler qui change un simple en double et inversement (utile lorsqu’on n’a qu’un type de micro sur sa guitare), du Detuner dont le fonctionnement est entièrement transparent à l’écoute (à nous les rythmiques en Dropped La bémol), ou bien encore du simulateur d’ampli, très honnête et surtout accessible directement par le potard du milieu en mode jeu. Les autres constituent l’arsenal habituel du guitariste avec wah, compresseur, égaliseur, noise gate, effets de modulation, reverbs, delays etc.

Le RP100 démontre qu’entrée de gamme ne rime plus avec indigence et qualité approximative. Bien au contraire, Digitech propose une petite machine performante et simple, intéressante pour le travail at home mais capable aussi de vous accompagner sur petite scène ou en home studio.


Autres infos
  • Prise en main facile.
  • Sons de qualité.
  • Stable et bien fabriqué.
  • Ouverture du compartiment à pile malaisée.
  • Prix indicatif : 1 375 F TTC env.
  • Distribution : SMI

 

Mots-Clefs

Effets
Multieffets
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Digitech
Numéro
G&C 223
Type d’effet
Pédale

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Brutaaaaaaaaal !

2.  Got Axe ?

3.  Du miel pour les oreilles

4.  Oh ! Pretty Wah, Man !

5.  Clean your f... guitar, man !


Dans la même rubrique

23/04/2015 – La fuzz de 007

21/04/2015 – Parce qu’on n’est pas des moutons

22/12/2014 – I’ve got the six, gimme your nine !

27/10/2014 – Souveraine

21/06/2014 – Wacko Tango