La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Ca va saigner !

Peavey Butcher

Ca va saigner !

D 25 juin 2012     H 18:36     A Judge Fredd    


agrandir

Les gros stacks 100W à lampes, Peavey sait faire et en avait déjà un certain nombre à son catalogue mais, avec le Butcher la marque a tenté d’allier clacissisme des sons et modernité technique. C’est assez réussi.

Pour la petite histoire, il se murmure que le Butcher est l’ampli sur lequel un certain Joe S. travaillait avant d’aller se faire endorser ailleurs, d’où le côté très gros stack british de l’ampli, suivez mon regard. Alors de quoi s’agit-il ? Le Butcher est un 100W à deux canaux, Clean et Crunch, avec chacun sa propre égalisation trois bandes et son couple gain volume. On a en plus deux volumes généraux commutables au pied pour changer instantanément de volume lors d’un solo par exemple. Chacun dispose aussi d’un switch de boost, boost que l’on peut déclencher au pied. Cette simple description suffit à entrevoir les possibilités du Butcher en terme de puissance disponible et de variété de texture de son. Comme si ça ne suffisait pas, on trouve aussi à l’arrière un switch 100/50W. Ajoutons encore un potard cranté à douze positions libellé Punch sur le canal Crunch, jouant sur les basses, leur rebondi ou au contraire leur écrasement et une Presence générale très très efficace et voilà pour la flexibilité et la modernité. Pour le côté classique, l’ampli se repose sur des solutions éprouvées : 5x12AX7 en préamplification et 4xEL34 en puissance et présente deux entrées une à faible et une à haut gain.

Tête

À l’arrière, on trouve une sortie ligne 4/8/16 ohms, le fameux switch pour passer de 100 à 50W et la possibilité d’ajuster le bias. Suivent l’interface MSDI pour attaquer une tranche de sono sans avoir à être repris, comprenant une prise XLR un réglage de tonalité et un switch Ground Lift Level pour faire plaisir au sonorisateur. On trouve ensuite la prise footswitch et on termine avec la boucle d’effets flanquée de deux réglages de niveau un pour le départ (Send) et l’autre pour le retour (Return). Elle peut se déclencher au pied grâce au footswitch 5 boutons inclus tout comme le changement de canaux, les deux boosts et le changement de master volume.

Le baffle qui nous a été confié est un 430A avec pan coupé donc, un 4x12 équipé de douze pouces Stephens Tru-Sonic V30 assemblés à la main. Là encore la référence au gros son british est évidente, V30 ça ne vous rappelle rien ?

Classic sounds

Les sons cleans sur le canal du même nom sont à la fois corpulent, nets et pleins d’harmoniques. On peut pousser un peu le volume loin avant qu’ils ne se délitent pour peu qu’on n’ait pas du tout poussé le gain, ce qui permet d’avoir des sons clairs vraiment puissants. Si on pousse le gain ça crunche assez vite, pensez à jouer aussi du volume guitare car l’ampli y réagit très bien. Si en plus on enclenche le boost de ce canal, on se demande s’il s’appelle encore Clean d’un coup... mais bon c’est pas moi qui vais m’en plaindre hein. Alors on switche sur le canal Crunch qui reprend là où le Clean nous avait laissé en un peu plus dense et on fur et à mesure qu’on monte on arrive à des distos bien méchantes mais toujours dans un registre rock/hard-rock, le Butcher n’étant pas destiné à concurrencer les stacks orientés metal. Non, côté sons c’est le classicisme. On lit ici et là que le Butcher vise à être une espèce de JCM800 moderne, personnellement je ne vois pas trop pourquoi. Bien sûr le Butcher vise lui aussi les rockeurs qui aiment le gros son british mais il a sa propre personnalité.

Pédalier

On regrettera le niveau de prix relativement élevé du Butcher pour Peavey qui a une politique de prix mesurés d’habitude. A cela deux explications : d’abord l’ampli est fabriqué entièrement aux Etats-Unis d’où un coût plus élevé en main d’oeuvre et surtout, la glissade actuelle de l’euro par rapport au dollar conjuguée à l’augmentation du prix de l’énergie et donc des transports alourdit encore la facture des produits ricains. Dommage car cet ampli aurait été encore plus désirable avec un prix plus doux.


Autres infos
  • Nombreuses options de puissance
  • Reste simple d’emploi
  • Made in USA
  • Prix
  • Prix indicatif :
    • Tête 1759 €
    • Baffle 430A 999€
  • Distribution : Peavey

Portfolio

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
100 W Lampes Stack
Type d’article
Avec vidéo Banc d’essai
Marques
Peavey
Numéro
GX51

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Cinq wahs signature

2.  Compact, simple et efficace

3.  Cinq préamplis de sol à lampes

4.  Il tient parole

5.  La nouvelle Kisstare


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy