La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Le Marshall fait la loi

Marshall JCM 2000 DSL 100

Le Marshall fait la loi

D avril 1998     H 22:14     A Judge Fredd    


agrandir

La série JCM 2000 s’enrichit d’une nouvelle tête, la Dual Super Lead 100 (se déclinant aussi en 50W) dont le but avoué est de renouer avec les racines tout en les modernisant.

En 1966, Marshall remplace les KT66 qui équipaient ses 100W par des EL34 et met ainsi la dernière touche à ce qui deviendra un grand standard de l’amplification : la tête Super Lead réf. 1959. En 1976, nouveau tournant avec l’addition d’un master volume et la sortie du JCM 800 Master Volume réf. 2203. Ces deux amplis représentent LE son Marshall pour les têtes 100W. Le DSL 100, deux canaux, a donc été conçu pour réunir les qualités de ces deux légendes.

Tête JCM2000 DSL100

Côté look et fabrication pas de réelle surprise, c’est du bon gros Marshall, bien fait. Deux évents sur le haut de la tête font leur apparition pour parfaire la ventilation des lampes. On en compte huit : quatre ECC83/12AX7 en préamplification et quatre EL34 en puissance. A l’avant, peu de changements par rapport à une JCM 900 ; on retrouve une égalisation trois bandes et une présence commune aux deux canaux, deux réglages de reverb séparés, le gain et le volume de chaque canal, avec au rayon nouveauté un switch Clean/Crunch pour le canal A, un Lead1/Lead2 pour le canal B, un Tone Shift qui creuse le rendu dans les médiums et un Deep qui renforce les basses.

Le stack !!

A l’arrière, le DSL 100 se démarque plus nettement de ses devanciers : entrées footswitch de commutation des canaux et de mise en/hors service de la reverb, départ et retour de la boucle accompagnés d’un inter de niveau à deux positions et surtout trois sorties HP ! L’une fonctionne seule et en 16 Ohms, les deux autres agissant en parallèle. Ces dernières couplées à un sélecteur 4/8 Ohms autorisent le branchement d’une enceinte 4 Ohms ou 8 Ohms, de deux enceintes 8 Ohms ou 16 Ohms. Bref, la seule impossibilité reste l’emploi de deux baffles 4 Ohms, difficile de faire mieux. On le voit, Marshall a voulu assurer.

On branche !

Commençons par le son clair, direction le canal A (Classic Gain), qui, on le sait, n’a jamais été le point fort des Marshall. Surprise ! Même s’il ne faut pas s’attendre à des sons clairs top niveau, on constate une nette amélioration avec un poil plus de velouté qu’avant. Cela se marie à des attaques franches tranchantes et puissantes. On peut pousser et le gain et le volume, tout en restant clair, même à très fort volume. Le Tone Shift évacue les mids malvenus, le Deep n’étant pas d’un grand secours sauf si l’on restreint le réglage de basses. Le reste de l’égalisation est égal à lui-même. On enfonce ensuite le switch Crunch et là... bonjour ! C’est carrément superbe ! Si vous utilisez des sons à la limite clair/crunch, oubliez la position Clean et faites vos sons simili clairs avec le canal crunch. En poussant le gain, on atteint des crunchs vraiment poussés sans jamais être bridé côté volume. Jouer fort sur cet ampli n’entraîne aucun sifflement ou larsen incontrôlable, le DSL est généreux. Sur ce canal, on peut jouer à la Stones, AC/DC, Free, sudiste, ou Webb Wilder de manière ultra convaincante, c’est le vrai son qu’est là ! Pour ma part, je recommanderais dans cette position de laisser Tone Shift et Deep tranquilles, ils n’amèneront rien de plus.

Passons au canal Ultra Gain (B). Option Lead1, on reste dans des saturations rock/hard rock jusqu’aux ¾ au gain ; passé ce point, on sature plus moderne, plus thrash. Là encore pas de limitation de volume et un Tone Shift et un Deep apportant peu. Le premier fait perdre de la gnaque au son, tandis que le deuxième gonfle les basses d’une manière qui sonne d’autant plus "chimique", qu’elles sonnent naturellement bien. On retrouve ici tout ce qui a fait le succès des Marshall, le grain, la saturation, la puissance, les harmoniques et le tranchant. La position Lead 2 voudrait satisfaire les thrashers et autres amateurs de gros sons creusés. Personnellement je la trouve beaucoup moins terrassante que la Lead1. Plus de gain c’est vrai mais moins de patate, c’est clair. On obtient d’ailleurs de meilleurs résultats avec cette Lead2 à volume moyen.

Le DSL 100 tient ses promesses essentiellement grâce à sa connectique, à ses sons crunchs et au Lead1. Là, le Marshall fait la loi. En revanche, on reste plus circonspect quant aux additifs, concession aux modes musicales, qui ne seront intéressants qu’à bas volume. Le DSL 100 redonne des couleurs à la marque dont la série JCM 900 avait perdu de sa superbe (surtout équipée de 5881). C’est un Marshall plus authentique, et cela s’entend.


Autres infos
  • Du souffle et de l’authenticité
  • Son crunchs et Lead1
  • Fabrication robuste
  • Connectique baffle complète
  • Lead2, Tone Shift et Deep un poil "chimiques"
  • Prix indicatif : 6 599 F TTC env. (tête seule)
  • Distribution : Gaffarel Distribution

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
100 W Lampes Stack
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Marshall
Numéro
G&C 195

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Où il peut être avantageux d’avoir un gros doigt pour jouer de la guitare

2.  Corps mince, son gras

3.  Born under a good sign

4.  Une vraie petite teigne !

5.  Un Greta pour ta tegra ?


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy