La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Guitares » Elle revient et elle n’est pas seule...

PRS Single Cut

Elle revient et elle n’est pas seule...

D décembre 2006     H 01:48     A Judge Fredd    


agrandir

Pour fêter le grand retour de la Single Cut, PRS a multiplié les versions. En voici trois, une belle américaine et deux coréennes dont l’une porte la griffe de Mark Tremonti (Alter Bridge, Creed).

L’histoire de la Single Cut est assez mouvementée. Son premier tour de piste au NAMM 2000 fut très remarqué. Trop peut-être. Attaqué en justice par... devinez qui ?, PRS fut obligé de la retirer de la vente. Au terme de six ans de procédure, par décision de la Cour Suprême des Etats-Unis (excusez du peu) PRS a de nouveau le droit de la commercialiser.

Ressemblances, différences

Les trois guitares ont en commun ce corps Single Cut (une seule échancrure) dont la forme rappelle (le mot est faible) la Les Paul. Les dimensions générales des trois instruments sont les mêmes, l’américaine ayant un corps d’environ 5mm plus épais que les deux autres. Toutes trois présentent un manche de type Wide Fat Neck au profil, étrenné en son temps par la Mac Carthy, bien rond et bien présent dans la main. La jonction corps/manche s’opère à la seizième frette, l’arrière ayant été contouré pour aider la main gauche à atteindre les cases les plus aiguës sans aucune gêne.

Outre le prix, bien des choses les distinguent : d’abord, la Single Cut est livrée dans un étui très classieux (et très lourd) tandis que les SE, coréennes, arrivent dans de fort belles housses grises, matelassées bien faites et bien pensées. Ensuite, nous le verrons, les trois instruments diffèrent par bien des détails.

PRS Single Cut

Born in the USA

La Single Cut présente une architecture classique corps acajou surmonté d’une table en érable flammé bookmatched comme on dit, recouverte d’un vernis rouge sombre translucide et ceinte d’un liseré natural qui imite un binding. La table est sculptée à la mode PRS avec un chanfrein dans la corne inférieure, et une douce dépression pour chaque potentiomètre. Ceux-ci sont au nombre de quatre et servent les deux doubles PRS #7, micros aux caractéristiques plutôt vintage, au niveau de sortie conséquent mais raisonnable, sonnants et brillants, assez tout-terrains au final. De beaux sons clairs alliant claquant et rondeur avec goût, des sons crunchs séduisants, chaleureux et précis, une grande versatilité dans les sons saturés, la Single Cut se montre aussi à l’aise dans le registre hard-rock classique que dans les distos modernes et métalliques. Le grave et l’aigu sont complémentaires, équilibrés, et tiennent bien leur rôle chacun sur son territoire. La position intermédiaire bénéficie de toutes ces qualités auxquelles s’ajoutent des potards de tonalités exploitables sur une bonne partie de leur course. Le seul reproche qu’on pourrait faire à ces micros tient à leur extraordinaire versatilité : certains d’entre vous regretteront peut-être qu’ils soient trop caméléons et n’aient pas une personnalité plus typée, mais ce sera là plus une affaire de goût tant ils regorgent de qualités.

On se sent tout de suite à l’aise sur ce manche, dont la rondeur sait se lover dans la main. L’action basse, juste comme il faut, la résistance très équilibrée des cordes, l’accès aux aigus en forme de boulevard, tout vous pousse à la performance, à la glisse, même si comme moi, vous possédez une main gauche plus diesel que Formule1 (le diesel faut qu’ça chauffe avant de démarrer ;-). Alors la Single Cut, authentique PRS ? Les Paul de compète ? Les deux mon capitaine, une guitare bourrée de talent qui va ratisser très très large parmi les guitaristes... qui ont des sous.

PRS SE Tremonti

Made in Korea

Comme la Single Cut américaine, la SE possède une table en érable flammé (mais moins flammé quand même ;-), bookmatched, tandis que le corps revêtu de noir de la Tremonti SE est tout acajou mais s’orne d’un vrai binding. Il est probable que l’essentiel de la différence de prix entre les deux guitares vienne de là, car, pour le reste, les deux SE partagent le même accastillage « PRS designed » et les mêmes micros, deux doubles « PRS designed ». Cela veut dire que la fabrication de toutes ces pièces est sous-traitée en Corée, d’après les spécifications de PRS. On a donc six mécaniques à bain d’huile, deux attaches bandoulière larges, et un chevalet/cordier de type Stop Tail qui ressemble fort à celui de la Single Cut quelques détails cosmétiques mis à part. Rien à redire sur le niveau de qualité et d’efficacité de ces pièces. La Tremonti SE reprend le routage micro de sa grande soeur américaine, tandis que l’autre SE se contente d’un seul volume et d’une seule tonalité partagées par les deux micros.

Les deux guitares offrent de bonnes sensations de jeu même si on est loin de celles procurées par le modèle américain. Elles sont également sensiblement plus légères et souffrent de réglages sortie d’usine un poil approximatifs. En gros, l’action est plus haute qu’elle pourrait l’être surtout sur la Tremonti et le rapport entre les deux micros est déséquilibré au détriment de l’aigu surtout sur la Sunburst. Rien de bien grave puisqu’il suffira d’ajuster la hauteur du Stop Tail et celle des deux micros si votre revendeur ne l’a pas déjà fait. C’est juste qu’on attend beaucoup d’une PRS même coréenne.

PRS SE Sunburst

Les sons délivrés par les deux instruments sont assez proches avec un plus à la Tremonti qui grâce à ses deux volumes offre plus de variété sur la position intermédiaire. Les réglages de tonalité, comme sur le modèle US jouent bien leur rôle. L’aire de jeu des deux SE est aussi celle de La Les Paul avec moins de finesse dans les crunchs que la Single Cut, on sature plus vite, plus fort. On est dans la paraphrase mais très loin de toute caricature. Les deux guitares mériteront donc toute votre attention car, outre qu’elle font (au moins) jeu égal avec les autres guitares asiatiques d’obédience Les Paul, elles offrent en plus le confort et l’ergonomie propres à la Single Cut.

Retour gagnant

Retour gagnant dans tous les sens du terme pour PRS avec cette Single Cut déclinée dans une multitude de versions et de finitions et ses petites soeurs coréennes qui ont des atouts à faire valoir.

Single Cut

http://www.judge-fredd.fr/media/son...

SE Tremonti

http://www.judge-fredd.fr/media/son...

prs singlecut
prs se tremonti

Autres infos
  • Confort et ergonomie
  • Manche wide fat neck
  • Etui et housses d’excellente facture
  • Très belle finition sur les trois guitares
  • Le modèle US coûte cher
  • Réglages sortie d’usine un peu légers sur les modèles coréens
  • On aurait aimé un deuxième volume sur la Sunburst
  • Prix indicatif :
    • Single Cut Birds 10 top rouge sombre 3500 €
    • SE Single Cut Tobacco Sunburst 772 €
    • Tremonti SE Black Stop-Bar 665 €
  • Distribution : La boîte noire du musicien.com

 

Mots-Clefs

Instruments
Guitare électrique
Type d’article
Banc d’essai
Marques
PRS
Numéro
GX18

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Cinq overdrives

2.  Flyé le Judge !

3.  Fou de la Messe

4.  Le Tremolo Show

5.  La vie en Colorsound 2/3


Dans la même rubrique

29/04/2015 – Une chtite qui envoie !

25/04/2015 – The new generation

20/04/2015 – Riff Machine

23/12/2014 – Pure rockin’ gun

21/12/2014 – La strat qui te découpe à la hache hache