La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Effets/Multieffets » Epoustouflifiant !

Line 6 MM4

Epoustouflifiant !

D janvier 2001     H 19:33     A Judge Fredd    


agrandir

Vous rêviez de prendre le bus avec une cabine Leslie, deux amplis Fender, un Vox plus quelques racks et pédales d’effets ? Le MM4 (Modulation Modeler) va vous permettre de réaliser ce fantasme, d’ailleurs très répandu...

Cette pédale fait partie d’un brillant trio d’effets (nous avons déjà vu le DM4 et le DL4 consacrés respectivement à la saturation et au delay) basés sur la technologie de la modélisation. Pour ceux qui l’ignorerait encore, cette démarche consiste à modéliser numériquement les sons d’appareils mythiques (amplis, effets) et à en rassembler le maximum dans un seul et même appareil. Si tout le monde s’y est mis, Line 6, outre une certaine antériorité en la matière est sans doute le fabricant qui a su proposer les appareils à la fois les plus riches et les plus simples à utiliser. L’idéal maison est que tout soit transparent pour l’utilisateur final. Le MM4 ne fait pas exception : ses quatre switches et ses six boutons de réglages ne perturberont aucun guitariste, au contraire. La connectique est des plus simples : entrées gauche/mono et droite, sorties gauche et droite, entrée pour une pédale d’expression et prise adaptateur secteur. Le tout est enclos dans le solide châssis métallique habituel avec la couleur glitter habituelle, bleue cette fois, et le large patin caoutchouc habituel. C’est beau, bien fait et rassurant. Par contre, on constate avec dépit l’absence d’alim secteur, dépit que n’atténuent pas les six pauvres piles fournies vu la consommation de ce type d’effets. Prévoir des sous en plus pour une alim (9VAC 1200 mA minimum). Maintenant qu’on a parlé des choses qui fâchent plongeons nous dans le pur délice.

Line 6 MM4

Modulationne-mouah ah ah !

Comme les deux autres et comme le Pod, le MM4 présente un rotocontacteur qui donne le choix entre seize types d’effets : deux trémolos, le premier basé sur celui du Fender Deluxe Reverb de 65, le second qui émule celui du Vox AC15, trois phasings, MXR Phase 90, Mutron Bi-Phase, Ibanez Flyin’ Pan, trois simulations de Leslie, Uni Vibe, Fender Vibratone et Leslie 45, deux flangers, MXR et A/DA, trois chorus, Boss CE-1, Roland Dimension D, Tri-Stereo Chorus, un vibrato (Boss VB-2), un ring modulator, et un panner. Vous vous demandez où est l’arnaque ? Ben nulle part justement, et c’est la beauté de la chose. Tous les effets simulés dans cette boîte de Pandore sonnent aussi près des originaux que possible, à l’épaisseur d’une feuille de cigarette près.

Les cinq autres potards commandent vitesse, profondeur et mix de l’effet, deux d’entre eux (Tweak et Tweez, changeant d’affectation suivant les effets. L’adjonction d’une pédale d’expression permet de disposer de deux réglages pour un même preset, l’un en position pédale relevée l’autre en position pédale enfoncée, sans compter que sur la longueur de la course vous avez le droit à tous les intermédiaires entre les deux. Alors bien sûr on va pouvoir contrôler les changements de vitesse de lent à rapide pour les effets leslie, mais rappelez-vous que tous les paramètres peuvent varier d’une position à l’autre. C’est particulièrement utile pour des effets comme le flanger ou le chorus dont le rapport vitesse/profondeur s’inverse : plus la vitesse est lente plus on a besoin de profondeur pour que l’effet soit présent, plus la vitesse est élevée moins on a besoin de profondeur à moins de vouloir sombrer dans le bizarre. Grâce à la pédale d’expression on peut très bien avoir un flange avec vitesse lente et pas mal de profondeur en position relevée et l’inverse en position enfoncée. Ainsi au fur et çà mesure que l’on enfoncera la pédale, la vitesse augmentera et l’effet sera de moins en moins profond. On peut encore vouloir deux réglages complètement différents, deux phasings, deux trémolos par exemple en changeant tous les paramètres, ou bien changer uniquement le mix entre le son dry et le signal de l’effet, bref une pédale (non fournie) qui offre de multiples perspectives en ouvrant encore le champ des utilisations possibles. J’ai passé plus de deux heures à faire le tour des effets présent à triturer les réglages dans tous les sens et je dois admettre que j’ai pris un pied énorme. J’ai adoré la plupart des effets présents avec un petit coup de coeur pour la Dimension D, machine à chorus de grande classe qu’on a grand plaisir à retrouver même par modélisation interposée, le Phase 90 parce que Johnny Winter fut un de mes maîtres et le ring modulator effet bien trop sous-employé par les guitaristes.

JPEG - 213.7 ko

Le MM4 est tellement riche qu’on regrette presque de ne pouvoir mettre que quatre presets (x2 voir plus haut) en mémoire. En revanche cela le dote d’un rapport qualité/prix inégalable d’autant qu’il sera aussi à l’aise en insert qu’en branchement frontal, en mono qu’en stéréo, sur scène qu’en studio (silence absolu, vrai bypass), sur un clavier que sur une guitare, bref... le MM4 a tout bon.


Autres infos
  • Caractère authentique des modélisations.
  • Solidité du châssis.
  • Possibilité accrues grâce à une pédale d’expression.
  • Tout-terrain.
  • Vrai bypass.
  • Excellent rapport poids/richesse/qualité/prix.
  • Alimentation externe non fournie.
  • Prix indicatif : 2 490 F TTC env.
  • Distribution : Line 6 Europe

Portfolio

 

Mots-Clefs

Effets
Chorus Dimension D Flanger Leslie (émulateur de) Multieffets Phasing Tremolo
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Line 6
Numéro
G&C 225
Type d’effet
Pédale

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Le Krank-mitaine

2.  Virtuose !

3.  Oh ! Pretty Wah, Man !

4.  Bob te met l’Turboost !

5.  Bon appétit les amis...


Dans la même rubrique

23/04/2015 – La fuzz de 007

21/04/2015 – Parce qu’on n’est pas des moutons

22/12/2014 – I’ve got the six, gimme your nine !

27/10/2014 – Souveraine

21/06/2014 – Wacko Tango