La prose de Judge Fredd
Vous êtes ici : Accueil » Bancs d’essais » Amplis » Chaud devant !

Ibanez Thermion

Chaud devant !

D 22 novembre 2006     H 01:27     A Judge Fredd    


agrandir

Présenté à Francfort puis à Paris 2006, le Thermion a été pensé pour devenir le porte-drapeau d’Ibanez en matière d’amplification. Le stack 100 watts à lampes demeure plus que jamais l’exercice de style par lequel une marque peut s’imposer dans ce domaine.

Le stack Thermion

La première impression, au salon, fut bonne : l’ampli porte beau, il ne souffre pas, comme ce fut le cas par le passé avec certaines marques généralistes se lançant dans le créneau haut de gamme, d’à-peu-près, ni de compromis esthétiques douteux ou de la réutilisation de pièces déjà existantes. Non ! Ibanez s’est donné les moyens de faire quelque chose de bien : pièces choisies pour leurs spécifications « military grade » comme on dit, soit les meilleures dans chaque catégorie. Esthétique propre au Thermion travaillée à la fois pour être belle, rassurante et autant que faire se peut originale (éclairages).

Une tête pleine de vent

Le Thermion bénéficie d’une fabrication et d’une finition top niveau : gros vinyle noir bien épais, agréable au toucher, trois poignées de transport, une au milieu et deux sur les côtés suivant que vous êtes seul ou à deux pour le porter, huit cornières métalliques, une grosse grille métallique devant et derrière, deux évents de ventilation au dessus, le tout assurant une bonne circulation de l’air à la tête.

Le baffle, ses deux chambres et ses quatre Vintage30
Le baffle, ses deux
chambres et ses quatre
Vintage30

Je n’ai malheureusement pas pu tester le baffle 4x12 dédié au Thermion, Universal Guitars ne l’ayant plus en magasin. J’avais cependant pu l’observer durant le dernier salon de la musique de Paris et constater qu’il n’avait rien à envier à la tête question qualité : renfort métaliques, face avant toilée antracithe, quatre Celestion Vintage 30 groupés deux par deux dans deux chambres séparées, possibilité de fonctionner en mono ou en stéréo en bougeant un switch (un peu comme les baffle Marshall modernes). Avec des specs pareilles, Ibanez devrait en vendre un paquet. Moi je me suis contenté d’un honnête 4x12 Carvin équipé de Celestion G12T-75. J’en parle juste parce qu’il y a des chances pour que la tête sonne mieux encore sur les baffles Ibanez.

Noir c’est noir

Dans le Thermion tout est noir, y compris le châssis et les grilles. L’ampli propose deux canaux un Vintage channel, dédié aux sons clairs et crunchs et un Hot Channel orienté disto. Le panneau des commandes offre de gauche à droite, une entrée Hi/Lo avec sélecteur de gain par switch, puis au service du Vintage channel, deux leds vertes, un gain, un master, une égalisation trois bandes, une presence et un sélecteur de Bright à trois positions (Normal, Bright et Brighter) pour ajouter de plus en plus de brillance au rendu. Le Hot Channel dispose, lui, d’un gain d’un master d’une égalisation trois bandes et d’une presence plus un sélecteur de Damping, plus sympa en position In qu’en Out, commutable au pied. On est censé retrouver là un rendu plus vintage ou plus moderne. En réalité, et dans les conditions de ce test, en Out le son s’écrase, c’est un peu mou, mais il est possible que le résultat soit notablement différent avec les Vintage 30 du baffle Ibanez. Ontermeine avec le réglage de Volume du Send et du Return de la boucle qui encadrent un switch de mise en/hors fonction d’icelle. Les switches, à l’ancienne, sont très solides, les potards sont tous métalliques et agréables à tourner, le Power et le Standby sont fixés chacun sur sa plaque métallique.

A l’arrière s’étale une connectique impressionnante : une sortie 16 ohms, puis deux sorties 16 ohms dont une peut être employée en 8 ohms toute seule et une paire de sorties 8 ohms dont une peut servir en 4 ohms toute seule, deux entrées footswitch l’une pour l’autre pour mettre la boucle d’effets en/hors service, le Send, le Return et le switch série/parallèle de la boucle. On note que la boucle étant réglable en entrée et en sortie, on peut très bien en branchant un câble (le plus court possible) directement du send au return se servir de la boucle pour atténuer ou gonfler le son. Comme elle est en plus switchable au pied... Sur le pédalier on retrouve deux autres interrupteurs : changement de canal et mise en/hors fonction du Damping.

Le transfo torique
Le transfo torique

Un petit coup d’oeil à l’’intérieur pour découvrir un transfo torique d’alimentation (on les reconnaît à leur forme circulaire) moins sensible au bruits de fond,. C’est important car la qualité de l’alimentation électrique joue sur le rendu final d’un ampli à lampe. Les lampes sont elles aussi triées sur le volet : quatre Ruby 6L6GCMSTR en puissance et cinq Ruby 12AX7A-SELECTED en préamplification. On peut les changer pour des 6550, on dispose alors d’un switch et d’un réglage de bias nichés entre deux supports de lampe.

Bref cet ampli jouit d’une excellente fabrication et d’une finition qui va dans les moindres détails comme le logo et le panneau des commandes rétro-éclairés. C’est à la fois beau et pratique sur scène.

Go Thermion Go !

Le réglage de Bias
Le réglage de Bias

Sur le canal Vintage, la puissance est là et ça dépote sérieux dès les premières notes. Les basses restent bien tights et bien rondes quel que soit le volume. Les réglages d’égalisation pourraient cependant être plus efficaces, ils n’ont guère de relief et on se retrouve vite à les pousser pour obtenir ce qu’on veut. Les médiums sont très musicaux mais leur réglage manque d’amplitude, et on aurait aimé disposer d’un plus large éventail pour sculpter vraiment le son. Ce canal est très à l’aise à partir d’un certain volume tout de même sur les sons crunch et légèrement saturés. On retrouve le manque d’amplitude de l’égalisation sur le canal Hot, mais on est là encore frappé par la puissance de l’engin, son punch, la manière dont les notes se détachent individuellement tout en se fondant dans un corps de son saturé très convaincant. Mode oblige, le Thermion louche vers les distos creusées et métalliques, mais il est aussi capable de disto plus conventionnelles.

Alors, très franchement, le Thermion n’est pas exactement au niveau d’un Krank, d’un Soldano ou d’un Mesa Boogie, mais il n’en n’est pas si loin.Il fournit des prestations plus qu’honorables et largement au-dessus de la moyenne. La tête Thermion est super équipée pour un prix bien moindre que ceux pratiqués par la concurrence (quasiment la moitié). Ce premier pas de la marque niponne dans le monde de l’amplification à lampes haut de gamme est très réussi et très encourageant surtout lorsqu’on se rappelle avec quel acharnement Ibanez a toujours su retravailler ses produits pour les améliorer.

Cliquez sur ce lien pour voir une présentation flash interactive du Thermion et écouter quelques samples


Autres infos
  • Niveau de fabrication
  • Esthétique sympa
  • Tête suréquipée
  • Conception du baffle
  • Puissance
  • Eclairage du panneau des commandes
  • Excellent rapport qualité/prix
  • Egalisation pas au niveau du reste
  • Prix indicatif :
    • Tête : 1189 € TTC
    • Baffle : 979 € TTC
  • Distribution : Mogar Music France

 

Mots-Clefs

Amplis/Préamplis
120W Lampes Stack
Type d’article
Banc d’essai
Marques
Ibanez
Numéro
Inédit

 

Plus sur le web


Rechercher

5 articles au hasard

1.  Riff Machine

2.  Vox Cry Baby

3.  La tenue de l’accord

4.  (12 x R)3

5.  Fille de Strato


Dans la même rubrique

28/10/2014 – His Marshjesty !!!

24/08/2014 – Taille XS Puissance XXL

31/01/2014 – Vibrator le retour

29/01/2014 – Sans comPlexis

28/01/2014 – Twangy